INSALUBRITE A NOUNA : La population, coupable et victime !

INSALUBRITE A NOUNA :   La population, coupable et victime !

La ville de Nouna offre un spectacle désolant en matière d’insalubrité. L’hygiène et l’assainissement sont un luxe dans cette cité où habitants et tas d’immondices se côtoient au quotidien au risque d’engendrer des maladies. Le maire, Issoufou Traoré, qui a pris les commandes de la commune, le 29 août 2016, avait inscrit dans le programme de développement communal, le pari de rendre Nouna propre. Cependant, malgré les efforts consentis par ses collaborateurs et lui, le défi reste entier et c’est toute la population nounalaise qui est interpellée.

Le taux d’accès à l’assainissement familial dans la province de la Kossi est estimé à 9,3%, selon une étude menée par le ministère de l’Eau et de l’assainissement, en 2017. Si ce chiffre est alarmant, le constat l’est encore plus. Les rues à Nouna ressemblent à des poubelles. Les ordures ménagères se dressent telles des collines au milieu de plusieurs voies. Comme si cela ne suffisait pas, les eaux usées se mêlent à celles des fosses septiques à ciel ouvert qui coulent et stagnent dans ces rues pour dégager des odeurs nauséabondes. Les devantures de certaines concessions se transforment en mares d’eau qui ne tarissent à aucune période de l’année. La saison hivernale complique davantage la situation. L’absence de caniveaux dans la ville pose un sérieux problème d’assainissement. Au moindre crachin, la voie disparaît sous les eaux et pour circuler, il faut patauger dans la boue. Plusieurs paysans attachent leurs bœufs de labour dans la rue. Les excréments de ces animaux salissent et rendent la circulation désagréable. Mais cela ne semble guère déranger les Nounalais. Les jeunes se réunissent dans les grains de thé juste à côté des tas d’ordures. Les restauratrices dans les quartiers ne se préoccupent guère des eaux usées qu’elles jettent à longueur de journée. Leurs clients semblent être amusés par le spectacle qu’offrent les porcs qui se baignent dans ces eaux puantes. Les ménages vident les excrétas en pleine rue. Nous avons prêté l’oreille à un habitant du secteur 6 chez qui nous avons trouvé, une nuit, deux jeunes hommes occupés à déverser le contenu d’une fosse d’aisance sur une route très fréquentée. « Le WC est rempli et il nous faut le vider. Je ne vois pas pourquoi cela vous rend curieux », nous a-t-il lancé dans un ton d’étonnement, avant d’ordonner aux deux jeunes hommes de continuer le travail.

Le manque d’hygiène ne tue pas un Noir

Le lendemain matin, nous sommes revenus sur les lieux pour nous imprégner des impressions des voisins. L’un d’eux a bien rigolé en nous demandant si nous sommes « nés en France », une façon pour lui de nous demander si c’était notre première fois de voir une telle chose. Un autre voisin a, par contre, signifié qu’il a eu du mal à dormir à cause des odeurs, avant de se résigner en ces termes: « On n’y peut rien. Il faut supporter ». Cela nous rappelle ce dicton dioula tristement célèbre à Nouna : « nogo ti farafin faga », qui veut dire que le manque d’hygiène ne tue pas un Noir. Cela n’est point étonnant si l’on sait qu’en famille, tout le monde lave les mains dans la même eau pour passer à table et ce, de l’aîné au benjamin.  Les tas d’immondices et les eaux des fosses qui coulent, rendent certaines rues presqu’impraticables toute l’année. Daouda Traoré, responsable de la promotion en santé, de l’hygiène et de l’assainissement au district sanitaire de Nouna, déplore cette insalubrité chronique en évoquant les maladies qui en découlent. « Les eaux usées qui stagnent dans les rues, sont des nids de moustiques engendrant une forte expansion du paludisme et de la dengue. En plus des odeurs nauséabondes au quotidien, ces eaux infectent celles des puits que les ménages utilisent sans traitement. Cela entraîne forcément d’autres maux à court et long termes, tels que le choléra, les maladies diarrhéiques et les parasitoses. Le danger concerne aussi les animaux qui boivent souvent ces eaux », précise-t-il. A cela s’ajoute l’image même que la ville donne aux visiteurs. « C’est à Nouna que les gens jettent paisiblement les ordures devant leurs concessions. Si c’était à Bobo, leurs voisins les auraient interpellés », nous confie Adama Ouédraogo, un Bobolais qui séjourne à Nouna.

Des actions sont entreprises par les autorités municipales

L’équipe municipale dirigée par Issoufou Traoré joue sa partition à travers des séances de sensibilisation. Pour le secrétaire général de la commune, Harouna Zerbo, les efforts pour rendre propre la ville de Nouna, sont multiples. Chaque année l’association Nord/Sud, en collaboration avec la mairie, organise un concours de salubrité dénommé « Le quartier le plus propre ». « Cela vise à inciter la population à une prise de conscience de leur responsabilité vis-à-vis du développement de la commune », explique-t-il. Les travaux du projet Haute intensité de main-d’œuvre (HIMO) supervisés par la mairie et la direction provinciale des Infrastructures, sont aussi axés sur la propreté de la ville. Depuis 2013, une centaine de jeunes sont recrutés chaque année dans le cadre de ce projet pour nettoyer les services et les routes. Un partenariat existe également entre l’ONEA et la municipalité et consiste à construire des latrines pour les familles afin de lutter contre les fosses septiques à ciel ouvert. La réglementation en vigueur dans la commune prévoit une amende de 2 500 F CFA contre les habitants qui possèdent des fosses non couvertes. Parce que la voie de la sensibilisation semble ne pas porter fruit, Harouna Zerbo préconise la répression et ce, de concert avec les services de l’Environnement et la Police. « Il faut des sorties de contrôle sur le terrain en vue d’appliquer les sanctions  prévues contre les détenteurs des fosses à ciel ouvert et ceux qui obstruent les voies avec les ordures, les excrétas et les bois de chauffe », indique-t-il. Daouda Ouédraogo, lui, propose que la mairie acquiert un camion vidangeur de fosses d’aisance. « Si on dit à la population de ne pas vider les w-c dans la rue, on doit leur trouver où jeter ces déchets. Chaque famille doit s’octroyer des poubelles individuelles. Il faut également des poubelles publiques dans plusieurs endroits de la ville. Les autorités locales doivent aménager un site de décharge et de traitement des déchets », a-t-il poursuivi. Le promoteur de santé indique qu’il y aura bientôt la mise en place d’un comité communal de contrôle citoyen du budget dont il est membre. A l’entendre, l’une des priorités de ce comité est de trouver un plan pour assainir la commune. La ville de Nouna a aussi nécessairement besoin de caniveaux. Le secrétaire général de la mairie en est conscient, mais évoque le manque de ressources financières en ces termes : « Il faut des partenaires techniques et financiers car la commune ne dispose pas d’assez de fonds pour financer les travaux. Nous avions une convention avec la ville de Saint Priest en France pour construire les caniveaux. Malheureusement, la ville a changé d’équipe dirigeante et le projet est tombé à l’eau ». En attendant des solutions idoines, la population nounalaise est interpellée. Que chaque habitant nettoie la devanture de sa concession, car coupable ou victime, c’est la population qui en pâtit.

Issa Mada DAMA
(Correspondant)

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+