INSURRECTION POPULAIRE AU BURKINA : L’Autre Burkina/PSR fait son mea culpa

INSURRECTION POPULAIRE AU BURKINA : L’Autre Burkina/PSR fait son mea culpa

Ceci est une déclaration de l’Autre Burkina/Parti pour le socialisme et la refondation. Tout en soutenant la transition, le parti fait son mea culpa pour les erreurs commises qui ont poussé le peuple à s’en prendre à tout un symbole, celui de la démocratie plurielle qu’est l’Assemblée nationale. Lisez donc !

 

L’histoire de notre peuple vient une fois encore de s’accélérer en cette fin du mois d’octobre 2014. Actuellement, nous traversons une crise institutionnelle et de gouvernance qui porte en elle les risques majeurs de détérioration grave et profonde de la paix civile. Et si notre pays a connu des moments très élevés de violence dans sa marche pour le progrès et la dignité, l’on peut dire sans exagération qu’ils n’ont que rarement atteint ce niveau. Ce qui pourrait s’expliquer par l’aiguisement profond et constant des contradictions entre les citoyens et aussi entre les forces sociopolitiques dans notre pays.

Et le symbole de la démocratie plurielle chez nous, notre Assemblée nationale, envahie, saccagée et incendiée est le signe de l’expression grave de la colère du peuple. Nous devons en tenir compte sous peine d’être définitivement rejetés par ce même peuple !

Et si les uns ont vécu des moments d’aboutissement de leur combat légitime contre la révision de l’article 37, pour les autres, c’est notre cas, ce fut un réveil brutal douloureux et violent.

En fait, nous n’avions pas tiré les conséquences immédiates des nombreuses réactions de rejet de notre prise de position en faveur du référendum. Comment peut –on s’opposer à la révision de cet article tout en appelant à un référendum, disaient certains ? En effet, dans le contexte du moment, le référendum ne pouvait plus être une solution de compromis pour départager les deux camps, parce que les nombreux citoyens opposés à ce choix n’acceptaient pas le principe même de la révision de l’article 37. Ce fut alors une erreur, un choix qui, pour certains, s’apparentait à une compromission. Oui, nous faisons notre mea culpa !

Au delà des discussions pour les répartitions des places dans les organes de transition, notre parti est préoccupé par la problématique de soutenir ou non la transition. Oui, au nom de la paix civile, notre parti soutient la transition !

Et pour l’heure, la tâche principale au pays, est celle de la reconstruction politique et humaine. A cet effet, notre parti salue et rend hommage à tous ceux dont l’action permet d’espérer une amélioration de la situation. Toute notre compassion aux nombreuses victimes des graves violences et nos sincères condoléances à toutes les familles endeuillées.

Le pays veut la paix, le peuple exige le changement et la patrie aspire à la dignité pour tous. C’est pourquoi, nous devons travailler pour la tolérance, en vue de la réconciliation nationale des fils de notre pays  parce que justement « on ne peut pas avancer en laissant des fils du pays derrière nous ».

POUR LE COMITE EXECUTIF NATIONAL DU PARTI

LE PRESIDENT NATIONAL

Dr Alain ZOUBGA

Officier de l’Ordre national

 

 

Articles similaires

4 Commentaires

  1. rimwaya

    Si tu sais ce qu’est la HONTE, tu dois disparaître de la circulation! Vaurien de tube digestif! Tu n’occuperas plus un poste de responsabilité dans ce pays. Bon à rien! Tu as oublié tes récentes sorties médiatiques, nous on n’a pas oublié. L’arrogance et la suffisance qui se lisaient sur ton (malheureux et horrible) visage. De grâce, barre-toi et laisse nous « gérer » notre transition. Nous n’avons plus besoin de voir vos tronches, « monsieur » de l’opposition qui « soupait » avec la majorité. C’est vous blaise a voulu utiliser pour noyauter l’opposition et vous y êtes allés tout bavant, toi, ram, hermann et son « frérot » Salvador, toussaint abel, diemdoda dicko et autres traîtres à la Nation! Apatrides, vous rendrez des comptes au PEUPLE! Webmaster, laisse passer s’il-te-plaît!

    Reply
  2. lewang

    Quandje lis des malheureux et malhonnetes comme ce type là j’ai envie de pleurer. Hier seulement vous avez soutenu bec et ongles ce potentat de Blaise. Et vous voila vouloir retourner les vestes parce que vous avez chauds. Faites vous oubliés sinon…bande de cafards!

    Reply
  3. ous

    M. Zoubga, tu es le papa de qui même? J’ai honte pour tes enfants. Je suis sur qu’ils n’auraient pas voulu t’avoir comme papa en ce moment. Tout un docteur qui se banalise, qui se rabaisse jusqu’à ce point, c’est vraiment triste. C’est mieux de ne plus sortir ta tête de ton cachot d’autant plus que tu n’a plus de leçon a donner a quelqu’un, tu n’est plus utile au pays.

    Reply
  4. Joseph

    Voilà ou le tube digestif peut vous conduire? Pour préserver votre situation(tu as refait ta maison en un temps record) vous étiez prêt à mettre le Burkina à feu et à sang. Arrêtez de demander pardon parce que nous n’avons plus votre temps, vous vous retrouvez dans la poubelle de l’histoire.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+