JEAN LEONARD BOUDA, PRESIDENT DU GROUPE MUNICIPAL UPC : « Béouindé n’a aucune considération pour les maires d’arrondissements »

JEAN LEONARD BOUDA, PRESIDENT DU GROUPE MUNICIPAL UPC   :  « Béouindé n’a aucune considération pour les maires d’arrondissements »

 

 

Dans le cadre de ses conférences de presse hebdomadaire, l’Opposition a organisé,  le 22 mai 2018 au siège du Chef de file de l’Opposition (CFOP), une rencontre avec les journalistes pour, « échanger sur l’actualité ». C’est ainsi que les conférenciers ont évoqué les problèmes qui minent le fonctionnement de l’arrondissement 3 de la ville de Ouagadougou.

 

Rien ne va à l’Arrondissement 3 de Ouagadougou, par la faute « de personnes haut-placées » et du maire de Ouagadougou, Armand Pierre Béouindé. C’est ce qui est ressorti de la conférence de presse du 22 mai dernier de l’opposition. « La tentative de destabilisation du conseil municipal de l’arrondissement 3 de la ville de Ouagadougou est l’œuvre de personnes haut-placées », a déclaré Jean Léonard Bouda, Président du groupe municipal UPC. Et il « n’en doute point, à la lumière du développement de la crise ». En effet, précise Jean Léonard Bouda, « la mairie de l’arrondissement 3 ne dispose pas de fonds pour son fonctionnement, au mépris des textes ». Et le maire Béouindé « a marqué sa volonté de gérer le budget de l’arrondissement 3 », a confié le porte-parole de l’opposition. Au regard des griefs égrenés contre le maire central, le porte-parole de l’opposition estime que  « Béouindé n’a aucune considération pour les maires d’arrondissements au point qu’il s’incruste dans les arrondissements pour mener des activités sans informer et encore moins impliquer les maires d’arrondissements. Ce au mépris des articles 331 à 333 du Code général des collectivités territoriales, qui prescrivent une relation de collaboration et non de hiérarchie ou de tutelle ». Toute chose qui, selon Jean Léonard Bouda, joue négativement sur les populations. A l’en croire, « la haine de l’adversaire a toujours aveuglé Béouindé, si bien qu’il oublie que dans tous les arrondissements, vivent des Burkinabè de tous bords politiques ».  Dans la même lancée, l’opposition a décrié la gestion du maire central en ce sens que « son comportement risque de détériorer le climat social déjà délétère ». Et elle n’a pas manqué de relever, à propos du ramassage des ordures, que « le maire gère seul les trois millions mobilisés à cet effet » et c’est pourquoi « Ouagadougou est passée de la ville la plus propre d’Afrique en 2013 à la 7e ville la plus sale d’Afrique en 2017 ». En tout état de cause, l’opposition a interpellé « le ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation sur les agissements du maire de Ouagadougou, qui abuse de ses pouvoirs pour nuire aux adversaires politiques ». Au cours de la conférence de presse du 22 mai dernier, l’opposition n’a pas manqué de mettre le gouvernement en garde  par rapport aux lotissements dans la ville de Ouagadougou : « On n’est pas loin de l’impasse », dit-elle, parce que « la lenteur avec laquelle l’apurement du passif foncier urbain se fait, révèle le laxisme délibéré des dirigeants ». Et pour ce qui concerne les logements sociaux, Jean Léonard Bouda a estimé « que ces logements n’ont rien de sociaux, si le gouvernement propose des deux-chambres-salons à 7 500 000 F CFA ».

Françoise DEMBELE

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+