Missive à mon oncle

LA MISSIVE A MON ONCLE

Cher oncle, très ravi de te retrouver encore cette semaine. Puisse Dieu nous protéger. Pour ce qui est de l’actualité chez nous, c’est encore et toujours cette pandémie du coronavirus. Selon le ministère de la Santé et de l’hygiène publique, la Côte-d’Ivoire enregistrait, à la date du lundi 6 avril, 62 nouveaux cas, portant ainsi à 323 le nombre de cas confirmés dont 41 guérisons et 3 décès. Au nombre des personnes contaminées par ce mal invisible, il y a le ministre de la Défense, Hamed Bakayoko, qui a été déclaré positif au test du COVID-19 suite à un prélèvement ce dimanche. Son médecin lui aurait prescrit un confinement auquel il se serait soumis. Et ce, bien que ne présentant aucun signe de la maladie. Le ministre Hamed Bakayoko a, dans son adresse, exhorté les Ivoiriens à prendre au sérieux l’observation de toutes les mesures-barrières pour se protéger et protéger les autres. Cette annonce intervient au moment même où le Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly, a repris officiellement ses activités professionnelles, après s’être auto-confiné depuis le 24 mars dernier. Mon cher oncle, contrairement au ministre d’Etat, ministre de la Défense, le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly n’avait pas été testé positif. Il s’agissait juste d’une mesure de précaution après avoir été en contact avec une personne testée positive au coronavirus. L’actualité, ici, c’est aussi le saccage, dans la nuit du dimanche 5 avril 2020, du Centre d’accueil destiné au test du Covid-19, en construction au stade de la Brigade Anti-Emeutes (BAE) sis à Yopougon, au quartier Toits Rouges. Un acte qui a été condamné avec force par le gouvernement qui, à travers un communiqué lu par le ministre de la Communication et des médias, Sidi Tiémoko Touré, a annoncé des poursuites judiciaires contre les auteurs. « Le Gouvernement condamne avec fermeté cet acte de vandalisme contre des installations sanitaires destinées à sauver des vies humaines.  Le Gouvernement rappelle que la construction de centres d’accueil dans plusieurs quartiers d’Abidjan, vise à augmenter les capacités d’accueil et de prise en charge, en prévision d’une augmentation probable du nombre de malades du COVID-19. Elles s’inscrivent dans le plan de riposte national destiné à mettre un frein à la propagation de la pandémie dans notre pays. C’est pourquoi les auteurs de ces actes seront recherchés et traduits devant les juridictions compétentes. Le Gouvernement invite les populations à une solidarité nationale en soutien à toutes les initiatives prises par le président de la République afin de protéger les populations contre la pandémie », a-t-il déclaré. Et comme il fallait s’y attendre, 24 heures après ces violences, 18 personnes ont été interpellées le 6 avril. « En termes de bilan, nous avons interpellé, à ce jour, 18 individus qui répondront de leurs actes devant les tribunaux », a dit M. Bleu Charlemagne, le porte-parole de la police ivoirienne, qui s’exprimait sur les antennes de la Radiodiffusion télévision ivoirienne (RTI). « Ce désordre qui s’est installé ne passera pas par les Forces de défense et de sécurité. Et nous serons intransigeants là-dessus parce que la majorité des Ivoiriens aspirent à avoir une bonne santé », a-t-il poursuivi. Auparavant, le préfet d’Abidjan, Vincent Toh Bi Irié, qui a assuré que le site saccagé sera bel et bien construit, a indiqué également que ces centres de dépistage du Covid-19 seront mis en place dans toutes les communes d’Abidjan. Mon cher oncle, c’est sportivement que je vais terminer ma missive. Sache que dans la course à la présidence de la Fédération ivoirienne de football (FIF), l’ex-capitaine des Eléphants de Côte d’Ivoire, Didier Drogba, ne devra pas compter sur le soutien de son ancien coéquipier en sélection nationale, Bonaventure Kalou. L’ancien joueur du Paris Saint Germain et actuel maire de la commune de Vavoua (441 km à l’Ouest d’Abidjan) a affirmé, au cours d’une émission Télé dénommée « la Grande Team », qu’il n’apporterait pas son soutien à Didier Drogba, candidat à la présidence de la FIF. Bonaventure Kalou a expliqué avoir été saisi par Didier Drogba il y a tout juste un mois, pour lui faire part de son intention de briguer la présidence de la FIF. Ce qu’il a jugé « tardif », étant donné qu’il s’était déjà engagé auprès d’un autre candidat, à savoir Malick Tohé qui , aux dernières nouvelles, aurait décidé de se retirer au profit d’Idriss Diallo. « Tous mes choix sont faits par conviction et j’essaie de regarder la mentalité de la personne avec laquelle je veux cheminer. Et si elle converge avec la mienne, j’y vais. Je l’ai déjà dit, j’étais avec Malick Tohé qui s’est aujourd’hui associé à Idriss Diallo. A partir de ce moment, je soutiens Idriss Diallo », a déclaré l’aîné de Salomon Kalou. L’ancien Parisien a, toutefois, tenu à préciser qu’entre lui et l’ex-Marseillais, il n’existe aucune ‘’animosité’’. « On s’est croisé mais tard. J’avais déjà donné ma parole et ma parole est sacrée », a souligné Bonaventure Kalou. Avec cette sortie, Bonaventure Kalou brise les rêves de ceux qui, sur les réseaux sociaux, ont appelé à un duo Drogba-Kalou dans la course à la tête de la FIF. Je m’arrête là pour aujourd’hui tout en vous exhortant à respecter scrupuleusement les mesures sanitaires édictées par les autorités face à la pandémie du Covid-19. Qu’ Allah nous protège.

Ton neveu

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer