LA NOUVELLE DU VENDREDI : Un partage très humain

LA NOUVELLE DU VENDREDI  :   Un partage très humain

Il y a quelques jours, invité par un ami dans un quartier de Ouagadougou, j’assistai à la plus grande cérémonie d’une communauté étrangère vivant au pays de l’hospitalité africaine en souvenir de leur guide spirituel.

Sur le lieu de la cérémonie, l’accueil était très fraternel, convivial et très souple. Rapidement, on vous mettait à l’aise et vous vous sentiez bien.

Sous de grands chapiteaux, avec des centaines de participants, des grandes autorités religieuses, coutumières et politiques, la cérémonie débuta en ce dimanche aux environs de 9h. Après les discours, les déclarations, les prières et les bénédictions, les organisateurs  demandèrent aux convives de se réunir  à 5  ou 6 par groupe et apportèrent des  bassines d’eau pour se laver les mains avant le grand repas.

Toute l’assemblée sans exception, des autorités aux simples invités, des enfants aux mendiants nécessiteux observèrent ce rituel. Des plats équitables en contenu (riz, viande, légumes et autres) se placèrent au centre des convives et on donna le signal. Ce fut pour moi la première fois de ma vie, d’assister à une cérémonie réunissant  plus 400 à 500 personnes mangeant ensemble et en même temps le même plat.  Après le repas de résistance, des kits  de dessert contenant des fruits luxueux et équitables furent distribués à tous sans exception. Ensuite, pour ceux désirant prendre le thé ou le café,  bénéficièrent d’un service identique et sans équivoque.

D’habitude au pays des Hommes intègres,  dans les cérémonies réunissant autant de personnes et de diverses classes sociales, les convives ne mangent jamais le même plat. Souvent pour la même cérémonie selon leurs rang et grade humain, les uns sous la tente consomment du riz avec des têtes de poisson et du zom-kom, pendant que dans  le salon de l’hôte du jour, sous la climatisation et le confort, les autres se gavent de frite, de caviar, de fromage, de viande tendre, de poisson de première qualité, de boissons luxueuses et j’en passe.

 Dans cette cérémonie du jour, tout était nouveau pour moi.  L’ambassadeur, l’imam, le pasteur, l’archevêque, le comptable, le riche, le commerçant, le bijoutier, le vigile, le mendiant… tous mangeaient le plat de la même marmite.

J’étais séduit par ce partage si humain et si noble dans une cérémonie.  J’en parlai à la personne dont je bénéficiais mon invitation. Il me confia  l’enseignement de leur guide spirituel:

Si vous m’aimez et que vous croyez en Dieu et à mes enseignements,  dans les célébrations de partage de repas, n’excluez personnes. Soyez équitable et juste dans vos plats.  La bénédiction qui monte au ciel  dans une cérémonie pour le partage d’un repas commun, prend sa source dans l’équité  des plats. Souvent dans une cérémonie incluant un partage de repas, les affamés de Dieu  dont les bénédictions s’élèvent rapidement  au ciel ne voient hélas que les restes de ce  dont les riches se sont injustement  gavés, et qu’ils ont piétinés.

Si vous voulez la bénédiction d’un repas commun en mon nom, par la crainte de Dieu, soignez juste et équitable.

Au cours de ce  repas commun, je n’avais jamais vécu de si beau, de si noble et surtout de si humain dans une communauté.

Ousséni Nikiéma

Tél. :  70 13 25 96

lescontesdedunia@yahoo.fr

 

 

 

 

Articles similaires

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+