A la uneMissive à mon oncle

L’ONCLE AU NEVEU

Cher neveu,

J’ai reçu ta lettre de la dernière fois. Je t’en remercie énormément. Je salue toute la famille et te souhaite bon courage. Cela dit, je m’en vais te donner l’essentiel de ce qui fait l’actualité chez nous. En effet, la semaine écoulée a connu le mouvement d’humeur des transporteurs routiers qui, une fois de plus, se disent mécontents. Ils reprochent, en effet, au gouvernement de bloquer la mise en place de leur faîtière. Pour quelle raison ? Je ne saurais en dire plus. Seulement, je sais que le Premier ministre a reçu dans la foulée, les syndicats des transporteurs et des routiers pour échanger sur la question. A l’issue de cet entretien, un moratoire d’un mois a été donné aux différentes parties prenantes pour mettre en place ladite faîtière.

Cher neveu, s’il y a un sujet qui fait actuellement des gorges chaudes chez nous, c’est bien l’application annoncée par le gouvernement, de l’Impôt unique sur les traitements et salaires (IUTS) aux travailleurs de la Fonction publique. A coups de déclarations, plusieurs syndicats s’y sont opposés, menaçant même de mettre fin à la trêve sociale en cours si le gouvernement tente d’opérer un passage en force. Pour l’instant, cher neveu, on attend de voir la suite qui sera donnée à ce qui s’annonce comme un véritable bras de fer. Parlant de la lutte contre l’insécurité, laisse-moi te dire, cher neveu, qu’un groupe de 100 experts viennent de remettre leur rapport au président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré. C’était le 20 janvier dernier à Ouagadougou.

Selon le ministre de la Sécurité, Ousséni Comparoé, « le Burkina Faso est l’un des rares pays en Afrique à se doter d’un document aussi important ». On espère donc, cher neveu, que les lignes vont bouger et que les attaques terroristes dont est victime notre pays, relèveront bientôt d’un lointain souvenir. En tout cas, c’est aussi le souhait de nos évêques qui, réunis la semaine dernière à Koupèla, ont dépeint une « situation sécuritaire préoccupante et inquiétante » au Sahel. Peu avant, c’est l’ensemble des coutumiers et religieux du Burkina, qui lançaient un appel à la paix et à la cohésion sociale. Aussi, très préoccupés par la crise sécuritaire que connaît notre pays, 11 « sages » disent être en train d’étudier une feuille de route afin de parvenir à la réconciliation nationale que tout le monde appelle de ses vœux.

Parlant toujours de la réconciliation nationale, je t’informe, cher neveu, que Safiatou Lopez que tu connais bien et ses camarades, ont décidé de porter sur les fonts baptismaux le Mouvement pour le plaidoyer du retour de la paix et de la cohésion sociale (MPCRN). Sitôt  créé, ledit mouvement veut aller au charbon. C’est dans ce cadre qu’il rencontrera, dans les prochains jours, tour à tour, le Premier  ministre, le Chef de file de l’opposition politique, la majorité présidentielle, les coutumiers et les religieux. Bon vent donc à dame Lopez et compagnie. Cher neveu, je termine par cette actualité plus gaie. Il s’agit de la libération, en début de semaine en cours, du fils du PDG de la mine d’or d’Inata. Celui-ci avait été enlevé le 23 septembre 2018 par des hommes armés non identifiés, dans le Nord du Burkina.

Ton oncle

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer