LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Des milliers de femmes, de cœur avec les FDS

LUTTE CONTRE LE TERRORISME :   Des milliers de femmes, de cœur avec les FDS

Le 11 octobre 2018, comme un seul homme, des milliers de femmes burkinabè ont battu le pavé pour dire non au terrorisme au Burkina Faso. Ces femmes, issues de plusieurs associations des différents quartiers de Ouagadougou et des provinces, ont pris d’assaut les rues de Ouagadougou pour exprimer leur ras-le-bol face aux différentes attaques terroristes qui ont causé d’énormes pertes en vies humaines au sein de nos populations.

Le 11 octobre dernier, c’est sous un soleil de plomb que les femmes du Burkina ont répondu à l’appel de la Coordination des associations féminines. Tout de blanc vêtues, celles-ci ont envahi la place de la Nation de Ouagadougou pour exprimer leur mécontentement face à la situation d’insécurité que vit le Burkina. Brandissant des pancartes sur lesquelles on pouvait lire « Non au terrorisme, trop c’est trop, le Burkina Faso est et restera un Etat indivisible, etc. », ces femmes ont, à travers ces slogans, traduit leur amertume face à ces actes « ignobles » perpétrés par des personnes « sans foi ni loi » qui endeuillent chaque jour nos populations. Elles ont battu le pavé de la place de la Nation au rond-point des Nations unies, en scandant des slogans hostiles à l’endroit des terroristes. Au nom de la Coordination des associations féminines, le Médiateur du Faso, Saran Sérémé, a démandé d’observer une minute de silence en hommage à tous les agents de nos FDS tombés sur le champ de bataille pour défendre la Nation. Après avoir remercié les femmes pour leur forte mobilisation, elle a confié que désormais, les FDS ont le soutien indéfectible et inconditionnel de toutes les femmes du Burkina. Par la même occasion, elle a interpellé la population sur la lutte contre le terrorisme car, a-t-elle confié, c’est unis que nous parviendrons à mettre fin à ce phénomène. A l’endroit du gouvernement, le médiateur du Faso a fait des propositions allant dans le sens de la lutte contre le terrorisme, notamment l’état d’urgence dans certaines zones du pays et la mise hors d’état de nuire de ceux qui sont liés de près ou de loin à ces actes ignobles et ce, quel que soit leur rang.
Ainsi, elles ont décidé de marcher pour dire Non au terrorisme et condamner avec la dernière énergie ces actes barbares qui continuent d’endeuiller notre chère patrie.

Ben Issa TRAORE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+