MAISON DU PEUPLE A OUAGADOUGOU : « Le procès de la françafrique » aura lieu demain

MAISON DU PEUPLE A OUAGADOUGOU :  « Le procès de la françafrique » aura lieu demain

L’ONG Urgence panafricaine était, le 14 novembre dernier, face aux Hommes de médias à Ouagadougou. L’objectif de ce rendez-vous était d’inviter le peuple burkinabè à une participation massive au géant meeting dénommé « Le procès de la françafrique » qui aura lieu le samedi 17 novembre 2018 à la Maison du peuple à Ouagadougou. Ce meeting qui sera animé par le président de l’ONG Urgence panafricaine, Kemi Seba, entre dans le cadre de sa lutte contre l’impérialisme, le néocolonialisme et le pillage des ressources minières et minéralières de l’Afrique par le système colonial.

Ce sont 3 000 places qui sont réservées à la Maison du peuple à la population burkinabè lors du meeting de l’ONG Urgence panafricaine. Dénommé « Le procès du peuple contre la françafrique », l’événement est prévu se dérouler le 17 novembre prochain à Ouagadougou. Selon le président de l’ONG Urgence panafricaine, le choix porté sur le Burkina Faso pour abriter le premier procès est que ce pays est un symbole de la résistance. Il sonnera comme le départ du processus d’expression populaire sur la problématique françafricaine et du néocolonialisme. La parole sera donnée au peuple burkinabè pour qu’il exprime son opinion sur ces questions impérialistes. « Les citoyens se prononceront et expliqueront à tous les pays francophones ce qu’ils pensent du néo-colonialisme et de la Françafrique. Car, sur ces pratiques de longue date, il n’y a jamais eu un référendum du peuple, on n’a jamais entendu le peuple sondé sur avis. Notre objectif est donc de permettre à cette masse sociale de transmettre ses doléances, ses souffrances devant divers médias mondiaux », a indiqué Kemi Seba.
Pour lui, si le peuple africain continue d’être associé de manière quotidienne à l’influence internationale et à la corruption de nos élites, c’est parce que la françafrique ne cesse jamais son vampirisme qui consiste souvent à utiliser plusieurs stratégies pour désorienter le peuple africain de manière attrayante. C’est pourquoi Kemi Seba pense qu’il est important pour les membres de la société civile de s’interroger sur ces questions précises telles que les problématiques de la souveraineté et la mal gouvernance, et trouver une nouvelle méthode de sensibilisation au sein des classes prolétariennes et faire en sorte que la lutte se répande dans tous les pays d’Afrique francophone. « A ceux qui pensent que ces procès ne servent pas, parce qu’il n’y a pas de décision juridique officielle, Kemi Seba a signifié qu’une libération ne se fait pas seulement dans les cadres institutionnels, mais aussi par l’apport idéologique de tous pour un intérêt continental et non local car les leaders des mouvements ne réussiront pas seuls cette lutte ».  Par ailleurs, le président de l’ONG Urgence panafricaine a souligné que ce procès ne se limitera pas seulement au Burkina Faso mais connaîtra son essor dans tous les pays francophones de l’Afrique, pour que le peuple exprime sa pensée de manière efficiente sur l’impérialisme français. L’Afrique est un continent riche mais de populations pauvres. En rappel, l’activiste Kemi Seba n’est pas le bienvenu dans certains pays africains comme la Côte d’Ivoire, la Guinée et le Sénégal. Bien qu’il soit vu d’un mauvais œil dans ces pays, Kemi Seba a confié à la presse burkinabè qu’il se rendra dans ces contrées pour des « Procès du peuple contre la Françafrique ».

Ben Issa Traoré

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+