MANIFESTATION AU GOUVERNORAT DU NORD : La CCVC/Yatenga exige des autorités des solutions à leurs préoccupations

MANIFESTATION AU GOUVERNORAT DU NORD  : La CCVC/Yatenga exige des autorités des solutions à leurs préoccupations

Les organisations réunies au sein de la Coalition provinciale Contre la Vie Chère (CCVC) du Yatenga, avaient appelé leurs militants, sympathisants et l’ensemble de la population à observer un sit-in devant les locaux du gouvernorat du Nord le vendredi 02 septembre dernier pour exprimer leur ras-le-bol face à la dégradation continue des conditions de vie des habitants et exiger en même temps des autorités des solutions pérennes. Leur plateforme minimale d’action a été reçue par la représentante du gouverneur, Madame Kabou Séni, le Haut-commissaire de la province du Yatenga.

 

Dans la matinée du vendredi 02 septembre 2016, la CCVC/Yatenga s’est déportée au Gouvernorat de la région du Nord pour un sit-in. Fort déterminés de leurs revendications qu’ils trouvent légitimes et concrètes, les organisations qui composent cette coalition sont allées jusqu’à remettre une plateforme minimale d’action aux autorités de la région notamment celle de la ville de Ouahigouya, chef lieux de la région du Nord. « Nous sommes devant vos locaux ce vendredi 02 septembre pour d’une part exprimer notre ras-le-bol face à la dégradation continue de nos conditions de vie et de travail et, d’autre part exiger des autorités des solutions » a lancé le président de la CCVC/Yatenga à Madame le Haut Commissaire de la province du Yatenga, représentant monsieur le Gouverneur de la Région.

 

Audit sur la gestion des directions de l’ONEA et de la SONABEL

                                                             

 Tout au long du discours du Président de la coalition, monsieur Check Abdoul Dramane Ouédraogo, un accent était particulièrement mis sur les volets sanitaire, socio-économique et sécuritaire. En effet, à entendre le message véhiculé par le Président de la CCVC/Yatenga, moins d’une année après la marche-meeting effectuée le 11 novembre 2015 par la CCVC de ladite province, il est clair que quelques acquis engrangés à l’époque sont remis en cause, pendant qu’on assiste à l’avènement de nouveaux problèmes au grand dam des habitants de la ville de Ouahigouya, voire de la province du Yatenga. La plateforme revendicative remise à madame Kabou Séni, Haut commissaire de la province et représentant le Gouverneur Assane Sawadogo en congé, était essentiellement subdivisée en trois (03) volets.

Il y est question de l’érection de l’ancien site du CHR en CMA, des problèmes de constructions de voiries et de caniveaux, de viabilisations des zones nouvellement loties, d’assainissement et de sécurisation des marchés. Il s’agit là, de quelques revendications relevant du volet sanitaire. En ce qui concerne les volets infrastructurel et socio-économique, la coalition à énuméré au total 25 aspects qui attendent d’être solutionnés. Il s’agit du désenclavement de la province par le bitumage des routes Ouahigouya-Djibo, Ouahigouya-Kongoussi, Ouahigouya-Tougan ; la réfection diligente des digues des barrages de Goinré et de Séguénéga, la clôture des différents cimetières et surtout la fourniture permanente en eau et en électricité qui s’avèrent être des points d’urgence pour la population. A cela s’ajoute une recommandation faite par les acteurs de la coalition qui réclament qu’un audit soit fait sur la construction du nouveau CHR et un autre sur la gestion des directions  régionales de l’ONEA et de la SONABEL de 2008 à 2015. Cela pourrait  permettre d’indexer du doigt les responsables du recul de la « province ». Il est à noter également que les personnes vivant avec un handicap n’ont pas été en reste dans cette lutte. Il a été souhaité une prise de mesure pour faciliter l’accès à l’emploi à ces personnes qui s’emblent être oubliées par nos gouvernants dans l’élaboration de leur politique de développement. Pour le dernier volet qui ne concerne que la sécurité de la population, la coalition est revenue sur le phénomène d’insécurité à laquelle sont exposées les populations de la province et l’obscurité dans laquelle elles pataugent la nuit tombée. De même la divagation des animaux est devenue un phénomène qui pourrait créer des grincements de dents entre les habitants. Pour ce faire, les structures syndicales et l’ensemble de la population ont donné de la voix en demandant de lutter contre ce phénomène dans la cité des Yadsé. Il faut dire que les points dont fait état la plateforme minimale d’action de la CCVC/Yatenga, sont au nombre de 34 et attendent urgemment des réponses satisfaisantes.

 

User de toutes les prérogatives pour la résolution des problèmes dans les meilleurs délais

 

Soucieuse du bien-être des populations et fidèle à ses missions, on peut affirmer que la Coalition provinciale Contre la Vie Chère du Yatenga, à travers son sit-in, tient à interpeller une fois de plus les autorités locales et nationales sur les préoccupations fondamentales auxquelles les différentes couches de la province et de la région sont confrontées. « Nous osons espérer, monsieur le gouverneur, en vous remettant cette plateforme qui contient les préoccupations des populations de la province du Yatenga et environnants, que des solutions rapides et définitives seront trouvées pour soulager les populations. Aussi, par la présente, nous vous prions de transmettre aux autorités nationales les préoccupations contenues dans cette plateforme, objet de notre manifestation et d’user de toutes vos prérogatives pour leur résolution dans les meilleurs délais », a indiqué Check Abdoul Dramane, Président de la CCVC/Yatenga dans son allocution du jour.

Accompagnée par les chefs de directions de la Police Nationale et de la Gendarmerie Nationale, Madame le Haut Commissaire, Kabou Séni, a rassuré et promis aux manifestants de remettre leur plateforme revendicative à monsieur le Gouverneur dès que celui-ci rentrera de son congé. Mais vu la détermination avec laquelle les membres de la coalition ont tenu ce sit-in, on ose croire que ces derniers n’entendent point en rester là ; car bientôt des exemplaires de cette plate forme minimale d’action seront déposés au niveau du Conseil Régional, du Haut Commissariat et de la mairie de la ville de Ouahigouya.

 

Rimédo Séverin.

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+