MARCHE-MEETING DE LA SECTION MBDHP DE LA GNAGNA : La vérité et la justice pour tous les crimes

MARCHE-MEETING DE LA SECTION MBDHP DE LA GNAGNA :     La vérité et la justice pour tous  les crimes

 

 

La section MBDHP de la Gnagna, les structures syndicales et la société civile de la province, ont, à l'instar des autres localités, tenu une marche-meeting le 4 novembre dernier. Elles ont arpenté les artères clés de la ville pour exiger  la vérité et la justice pour toutes les victimes des  30 et 31 octobre 2014, du putsch manqué du 15 septembre 2015, ainsi que les autres  crimes impunis. Ils ont ensuite remis leur déclaration aux autorités.

 

La section Mouvement burkinabé des droits de l'Homme et des peuples (MBDHP) de la Gnagna, les organisations syndicales de la province, ainsi que la société civile ont observé une marche- meeting le 4 novembre 2017, à Bogandé. Ils ont arpenté les artères clés de la ville avec des slogans comme: "non à l' impunité", " vérité et justice pour tous les crimes", "non aux juges acquis ", "bitumage de la Route nationale 18". Pour les organisateurs, les dossiers de ces crimes susmentionnés n'ont pas connu de dénouement heureux jusqu'à ce jours; les autorités politiques et judiciaires sont  restées dans un mutisme et ce, au mépris des populations éprises de vérité et de justice. Pour Michel Haro de la section MBDHP de la Gnagna, c'est face à ce tableau sombre de l'état de l'impunité au Faso, que les structures de défense des droits humains ont tenu cette marche-meeting, pour honorer la mémoire des martyrs et de tous ceux qui sont tombés les armes à la main dans le combat pour exiger plus de démocratie,   de liberté,  de vérité et de justice pour toutes les victimes de l'insurrection populaire, du putsch manqué et des autres crimes restés impunis. Ils veulent aussi interpeller le gouvernement à assumer en toute responsabilité son rôle régalien et de garant de la justice, et appeler la population à s'organiser suivant toutes les formes légales et légitimes afin d’assurer sa survie, car ils sont convaincus que les autorités politiques et judiciaires n'ont aucune volonté de faire éclater la vérité. La prevue, selon eux, ils continuent leur politique de mise sous perfusion les vaillantes populations.

Parlant de la Route nationale 18, les organisateurs ont laissé entendre qu'ils souffrent de comprendre que les travaux d’entretien courant promis depuis février 2017 peinent à être une réalité et ils ne savent plus quel sort est réservé aux tronçons internes de la province.

Recevant la declaration des marcheurs, Frédéric Paré, préfet de Bogandé,  représentant le haut-commissaire, a salué l' esprit pacifique de la marche et promis de la transmettre aux autorités compétentes dans les délais raisonnables.

Larba YARGA (Correspondant)

 

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+