Martin Luther King, 50 ans après sa disparition : L’homme Noir toujours en quête de reconnaissance

Martin Luther King, 50 ans après sa disparition : L’homme Noir toujours en quête de reconnaissance

Hier 4 avril, cela faisait un demi-siècle, jour pour jour, que le leader charismatique de la lutte contre la ségrégation raciale, Martin Luther King a été assassiné à Memphis aux Etats-Unis. Si tout indique que c’est son combat contre les lois ségrégationnistes Jim Crow qui lui a été fatal, le moins que l’on puisse dire est que le pasteur américain n’aura pas lutté pour rien. Faire reculer les injustices subies par les Noirs américains, faire qu’aucune personne ne soit plus jugée en fonction de la couleur de sa peau, abattre les murs d’hostilité et de méfiance entre Noirs et Blancs, c'est le combat mené par ce porte-étendard pour la dignité et le respect de l’Homme Noir. En Amérique où il est né et mener sa part de combat, son assassinat  n’a pu tuer la noble cause qu’il défendait ni même intimider ses fervents administrateurs qui ont décidé de tenir allumé le flambeau de la lutte. De Bobby Seale à Lynda Lowery en passant par  Stokely Carmichael, jusqu’à Jesse Jackson, pour ne citer que ceux-ci, dont la témérité dans le combat l’a amené à se présenter à la présidentielle américaine de 1984 et 1988, on peut dire que ce sont des intrépides qui ont pris la relève de Luther King. Avec détermination et l’adhésion de tous ceux qui ont été séduits par le fameux discours de King, ‘’I have a dream’’ prononcé en 1963, ils ont pu faire bouger les lignes. Les inégalités raciales se sont réduites de génération en génération. Et comment ne pas comprendre l’émotion de Jesse Jackson lors de l’investiture de Barack Obama, le premier Noir  à accéder à la Maison blanche ?  C’est dire si l’Amérique honorait autrement la mémoire de King et qu’un de ses meilleurs rêves s’est enfin réalisé avec l’ascension d’un descendant d’esclave noir  à la plus haute fonction des Etats-Unis.

Cependant, l’arbre ne doit pas cacher la forêt. Même si le sens de combat de Martin Luther King a traversé les frontières américaines pour galvaniser les hérauts de la lutte anti apartheid en Afrique du Sud et en Namibie qui ont pu éradiquer le ségrégationnisme, il reste que les inégalités entre Noirs et Blancs persistent toujours aux Etats-Unis. L’actuel locataire de la Maison Blanche, Donald Trump a beau déclarer le 4 avril comme un pour honorer l’héritage du Dr King et exhorter  ses compatriotes à faire leur part pour que les rêves de paix, d’unité et de justice du Dr King deviennent une réalité, le racisme a toujours la peau dure en Amérique. Eu égard aux bavures policières sur les Noirs et le dynamisme du militantisme défendant la race blanche à l’image des suprémacistes blancs aux Etats-Unis, sans tenir compte des agressions racistes ces derniers temps en Italie tout comme en Espagne, on peut dire l’homme noir est toujours en quête de reconnaissance.

Drissa TRAORE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+