MEDIATION AFRICAINE EN RDC : L’UA réussira-t-elle la où la CENCO a échoué ?

MEDIATION AFRICAINE EN RDC : L’UA réussira-t-elle la où la CENCO a échoué ?

Une mission de haut niveau de l’Union Africaine conduite par le président de la Commission de l’Union, Moussa Faki Mahamat, accompagné de la Commissaire des Affaires politiques, Minata Cessouma, a séjourné 4 jours durant à Kinshasa. Cette délégation a rencontré l’ensemble de la classe politique congolaise dont le président Joseph Kabila et l’Eglise catholique, avec pour objectifs de résoudre l’impasse politique dans laquelle est englué le pays en tentant de convaincre les protagonistes de la scène politique et principalement l’opposition, d’accepter l’idée d’une élection en 2018, vu l’échec de la date butoir de la fin de l’année.  Pour ce faire, l’organisation continentale mise sur une méthode bâtie autour de maîtres-mots comme « dialogue », « écoute » et « accompagnement ». Ce faisant, elle entend se positionner comme une alternative à la posture très critique des pays occidentaux et à la politique des sanctions.

 

Le pari du succès des missi dominici de l’UA n’est pas gagné d’avance

 

A priori, l’on ne peut que se féliciter de cette initiative de l’UA qui, pour une fois, prend ses responsabilités alors qu’elle a si souvent brillé par son absence dans bien des foyers de tension sur le continent. Elle s’offre ainsi l’occasion de se rattraper après le flop de sa première médiation conduite par le Togolais Edem Kodjo. Et c’est en cela que cette mission africaine sur les rives du Congo peut constituer une lueur d’espoir dans cette chambre noire congolaise et ce d’autant plus que le président de la Commission de l’UA est nouveau et est  certainement animé de la volonté d’imprimer sa marque à l’institution dont il hérite et par ricochet à la marche du continent. Cela dit, cette offre de bons offices faite par l’UA suscite des interrogations quant à ses chances réelles de succès. L’on peut en effet se poser la question de savoir si la diplomatie africaine réussira à débusquer le diable de son antre, là où les prières des hommes d’Eglise n’ont eu que l’effet d’un coup d’épée dans l’eau. De quelles armes dispose véritablement l’organisation panafricaine  pour faire plier Kabila qui n’a cédé ni face à la pression de la rue, ni face aux sanctions américaines et européennes ?  A l’évidence, sans jouer les Cassandre, le pari du succès des missi dominici de l’UA n’est pas gagné d’avance. Et pour causes. D’abord, pour qu’une médiation ait des chances de succès, elle se doit de partir avec la confiance de tous les protagonistes. Or, on le sait, l’UA n’a pas bonne presse dans l’imaginaire  des populations et des oppositions africaines. Traînant la sulfureuse réputation de syndicat des chefs d’Etat africains, elle n’a jamais pu, dans ses interventions à travers le continent, se défaire de cette image qui lui colle à la peau. Et ce n’est certainement pas au moment où le président en exercice de l’organisation lui-même, le Guinéen Alpha Condé, nourrit des velléités de modification constitutionnelle pour briguer un troisième mandat et de fait marquer son appartenance à la longue lignée des dictateurs africains, qu’interviendra la mue. Du reste, dès la première médiation africaine menée sous la houlette de Edem Kodjo, l’opposition congolaise n’a jamais fait mystère de sa méfiance vis-à-vis de l’UA qu’elle accuse de parti pris pour le pouvoir. Et comme « le molosse ne change jamais sa manière éhontée de s’asseoir » comme dit l’écrivain, il y a fort à parier que la plateforme de l’opposition ne donnera pas à l’UA le bon Dieu sans confession.

L’UA court vers un échec programmé

Par ailleurs, l’on peut douter de l’efficacité de la méthode préconisée par les émissaires de l’UA, dans un contexte marqué par la rupture de confiance entre acteurs de la scène politique congolaise et caractérisé par des positions de plus en plus tranchées. Misant tout sur le dialogue, l’UA entend mener et poursuivre les consultations entre le pouvoir et l’opposition sur la base de la promesse faite par la Commission électorale de publier dans les prochains jours un échéancier pour les élections. Quand on connaît le virus de procrastination dont est malade cette commission et les légendaires volte-faces de Joseph Kabila qui s’était pourfendu, il y’a peu,  de la déclaration « je n’ai rien promis du tout », l’on pourrait se demander de quels arguments peuvent disposer les médiateurs de l’UA pour ramener à la table des négociations le Rassemblement de l’opposition. Et comme pour prouver qu’elle n’entend plus se laisser mener en bateau à l’expiration de l’accord de la Saint-Sylvestre suite à la visite de l’UA, l’opposition a, dans un communiqué, appelé à une transition sans Joseph Kabila à la tête de l’Etat à partir de Janvier 2018. De ce qui précède, l’on pourrait, sans grand risque de se tromper, dire  que l’UA court vers un échec programmé. Et c’est en cela que tout laisse croire que le retour de l’organisation continentale dans le bourbier congolais n’est qu’un engagement pour se donner bonne conscience. Si l’UA qui s’est librement dotée d’instruments de prévention des crises et des conflits voulait véritablement aider  le peuple congolais, elle se garderait de s’engager dans ce cul-de-sac pour emprunter la voie des sanctions contre le dictateur Joseph Kabila qui empêche volontairement le fonctionnement des institutions républicaines à son seul et unique profit. Faute de ce courage salutaire, le costume et la cravate de la diplomatie africaine encourent le risque de s’entacher de la glaise congolaise, là où les prélats, à défaut de pouvoir tirer les Congolais des sables mouvants, ont pu tout au moins conserver immaculées leurs soutanes.

« Le Pays »

Articles similaires

1 Commentaire

  1. Misezuel

    Aux PRESIDENTS, CHEFS d’ETATS et REPRESENTANTS des Pays MEMBRES de l’Union Africains (UA).

    Siège officiel
    Quartiers Généraux de l’Union Africaine (UA)
    B.P 3243 Roosevelt Street (Proche du Vieil aéroport)
    W 21K19 / Addis Abeba
    Ethiopie
    Tél : (251) 11 551 77 00
    Fax : (251) 11 551 78 44
    Nos Réf à rappeler : KATIOPA_Ku/Flse 1

    CONCERNE :

    NOTRE REVOLTE et NOTRE INDIGNATION à propos de VOTRE DECISION de nommer PAUL KAGAME à la TETE de l’Union Africaine (UA) pour l’exercice 2017 – 2018.
    OBJET de la PRESENTE :

    MISE EN DEMEURE VOUS RECLAMANT L’ANNULATION de CETTE DESIGNATION au plus tard le 31 JUILLET 2017, conformément aux articles 30 et 28 du Statue de Rome, par JUSTICE aux CRIMES contre L’HUMANITE, GENOCIDE et CRIMES de GUERRE commis en République Démocratique du Congo (RDC) jusqu’ à ce jour.

    Chers Frères et Chères Sœurs,

    Au nom de NOS DOUZE MILLIONS (12.000.000) de MORTS, VICTIMES DIRECTES et INDIRECTES, de l’AGRESSION de la République Démocratique du Congo (RDC) par l’ARMEE RWANDAISE « COALISEE », tel qu’établit dans les RAPPORTS Gareton et le RAPPORT Mapping des Nations Unies.

    http://www.rwamucyo.com/fileadmin/user_upload/documents/19970402-RWA-RAPPORT_ROBERT_GARETON_Rapporteur_special_exactions_AFDL-FPR_Est_Congo_1996-1997_ESP.pdf

    Nous tenons, AUJOURD’HUI, à vous faire savoir OFFICIELLEMENT NOTRE INDIGNATION devant la LEGERETE avec laquelle vous avez désigné Paul KAGAME à la fonction de Président de l’UA 2017 – 2018 alors que vous savez TOUS très bien qu’il est le COMMANDITAIRE de cette AGRESSION contre la RDC, mais agissant par l’entremise de ses deux OFFICIERS Militaires : JAMES KABAREBE et un certain «Commandant HYPPO».

    • Si pour JAMES KABAREBE, après l’avoir imposé par la force des armes comme chef Suprême de l’armée de la RDC, Paul Kagame l’a réintégré dans l’armée Nationale Rwandaise. Et Actuellement Paul Kagame a nommé ce James Kabarebe ministre de la défense Nationale Rwandaise !

    • Pour le cas du « Commandant HYPPO», après lui avoir fait USURPER la NATIONALITE CONGOLAISE sous la FAUSSE IDENTITE de JOSEPH KABILA KABANGE, Paul Kagame a ensuite planifié, organisé et continu à couvrir par TERRORISME et la RUSE, l’IMPOSTURE en RDC de son Officier Militaire !

    COMMENT comprendre que JAMAIS en AUCUNE fois, vous n’ayez CONDAMNE PUBLIQUEMENT Paul KAGAME mais qu’à la première OCCASION et sans AUCUNE GENE, vous tentez de le REHABILITER par VOTRE DECISION?

    Partant,
    NOUS, fils et filles de la RDC et l’AFRIQUE, « vivant loin de notre MERE PATRIE AFRIQUE » avons décidé de NOUS organiser et DESORMAIS de nous IMPLIQUER à 100% avec VOUS dans la gestion EFFECTIVE de la chose PUBLIQUE de notre continent, et cela AVEC ou SANS VOTRE ACCORD, dans le but de faire triompher d’abord LA VRAIE JUSTICE contre l’IMPUNITE du type dont jouissent des CRIMINELS comme PAUL KAGAME…

    Par ces MOTIFS,
    Entendu que par définition, par essence le CRIME contre l’HUMANITE est IMPRESCRIPTIBLE…

    Que TOUT FILS, TOUTE FILLE de l’AFRIQUE a le DEVOIR de prendre TOUTES LES DISPOSITIONS INDISPENSABLES, NECESSAIRES LEGALES pour que TOUT AUTEUR de ce crime soit CAPTURE puis JUGE et CONDAMNE PUBLIQUEMENT en présence de ces VICTIMES ou les représentants de ces dernières, afin de servir d’exemple.

    Que NOUS, PEUPLE CONGOLAIS, nous sommes fixés comme MISSION de CAPTURER PAUL KAGAME afin de le juger et le condamner en RDC…Comme LEGITIMEMENT le peuple juif l’a fait en son temps pour le Nazi en fuite.

    NOUS vous adressons la présente MISE EN DEMEURE de rendre PUBLIC au plus tard le 31 juillet 2017, VOTRE DECISION:

    1. ANNULANT CETTE NOMINATION de PAUL KAGAME pour TOUTES ces RAISONS LEGALES et LEGITIMES évoquées.

    2. DECLARANT NUL et NON AVENU TOUT PROGRAMME proposé à l’Union Africaine (UA) émanant de PAUL KAGAME ou portant la SIGNATURE de ce dernier.

    Soyez avertis que si, à l’expiration de ce délai raisonnable, vous n’avez pas pris cette décision,
    NOUS en prendrons ACTE et nous en tirerons TOUTES LES CONSEQUENCES JUDICIAIRES UTILES.

    Notamment, que PLUS AUCUNE DECISION de l’Union Africaine (UA) ne saurait être OPPOSABLE à NOUS, Peuple Congolais, pour cause de VOTRE CONFLIT d’INTERET EVIDENT de JUGE et PARTIE !
    Dans ce cas, pour la SAUVEGARDE de la SOUVERAINETE et les INTERETS NATIONAUX de la RDC, nous nous réserverons le DROIT d’engager la RESPONSABILITE PENALE COLLECTIVE voire INDIVIDUELLE de l’Union Africaine (UA) sur base des articles 30 et 28 du Statut de Rome devant une Cour ou Tribunal AD HOC.

    En foi de quoi, la présente rédaction vous est adressée par lettre recommandée avec accusée de réception, par fax ainsi que par courriel, afin de nous servir de PREUVE IRREFUTABLE pour la POSTERITE.
    SANS AUNCUNE HAINE ni ESPRIT de VENGEANCE contre PAUL KAGAME encore moins contre VOUS mais mus uniquement par la soif et la recherche de la VRAIE JUSTICE, recevez, chers frères et sœurs, NOS vifs encouragements à prendre…LA BONNE, l’UNIQUE et LOGIQUE DECISION désirée !

    Le 12 juillet 2017

    Les signataires

    Misezuel Mambambu — Mariyus Noko Ngele Les Pétitionnaires
    ————————————————————-

    • Chairperson
    To:william misezuel
    ‎Jul‎ ‎15 at ‎3‎:‎59‎ ‎AM
    Merci. Mais vous avez parlé au collaborateur de M. Moussa Faki Mahamat.

    Bon week-end.

    Laurent

    Sent from my Samsung Galaxy smartphone.

    ——– Original message ——–
    From: william misezuel
    Date: 15/07/2017 09:50 (GMT+03:00)
    To: Chairperson
    Subject: Re: NOTRE INDIGNATION A L’UNION AFRICAINE (UA)

    Bonjour cher frère Moussa Faki Mahamat,
    Suite à notre conversation téléphonique du 14 Juillet 2017, au quelle je vous en remercie de votre bonne réception de notre mise en demeure à l’attention de l’Union Africaine.

    En attendant de votre réponse recevez mes salutations.
    Cordialement votre frère Misezuel

    Rwandan Consulate in New York, NY, United States

    Hello Misezuel,

    Your fax to Re: PAUL KAGAME, Permanent Mission of Rwanda to the United Nations in New York (+1 212 679 9133) was SUCCESSFULLY SENT. More information is available in the Sent folder in your PamFax

    application or in the PamFax Portal at https://portal.pamfax.biz/myfaxes/details/?uuid=SGQ4dpYGn8qQBY

    Regards,

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+