MISE EN ŒUVRE DU PNDES : Le bilan à mi-parcours attendu les 9 et 10 juillet prochains

MISE EN ŒUVRE DU PNDES   :  Le bilan à mi-parcours attendu les 9 et 10 juillet prochains

Adopté en Conseil des ministres le 20 juillet 2016 pour la période 2016-2020, le Programme national de développement économique et social (PNDES), référentiel de développement au Burkina Faso, suit son bonhomme de chemin, depuis l’appel à la mobilisation de fonds de Paris pour sa mise en œuvre. Compte tenu du devoir de redevabilité, le gouvernement a décidé d’organiser, les 9 et 10 juillet prochains, une conférence internationale sur la mise en œuvre du PNDES, pour faire le bilan à mi-parcours, tirer les enseignements et dégager des perspectives pour l’optimisation du référentiel de développement.  La conférence de presse a eu lieu le 19 juin 2018 à Ouagadougou. Elle a été animée par Rosine Hadizatou Coulibaly/Sori, ministre en charge de l’économie, entourée de certains membres du gouvernement.

 

Comment se porte le PNDES actuellement? C’est la question que la majorité des Burkinabè se posent, compte tenu du contexte. La réponse sera donnée au cours de la Conférence internationale sur la mise en œuvre du PNDES, qui se tiendra les 9 et 10 juillet 2018 et sera axée sur l’accélération de la transformation agro-sylvo-pastorale au Burkina Faso.  Selon Hadizatou Rosine Coulibaly/Sori, la transformation agro-sylvo- pastorale est une nécessité, parce que « nous ne pouvons pas nous satisfaire d’une agriculture de subsistance ».  A l’entendre, l’objectif de la conférence internationale sur la mise en œuvre du PNDES est d’améliorer le niveau de mobilisation des ressources, pour le financement du développement du Burkina Faso.  Au cours de la conférence de presse du 19 juin dernier, le ministre en charge de l’agriculture a fait un bilan succinct, pour ce qui est de la mobilisation des fonds. En effet, Hadizatou Rosine Coulibaly/Sori  a relevé que de janvier 2016 à avril 2018, l’effort de mobilisation des ressources extérieures a permis de sécuriser, au titre des partenaires techniques et financiers, un montant de 5 054 milliards  de F CFA, soit 1 844 milliards de F CFA sous forme de conventions signées, et 3 210 milliards  de F CFA en programmes de coopération validés. Le ministre a fait comprendre que sur cette base, le taux de mobilisation des annonces faites par les partenaires techniques et financiers (8 353 milliards de F CFA), ressort à 61% pendant que le taux de financement des besoins exprimés (5 570), s’établit à 91% à fin avril 2018. Pour ce qui est de la mobilisation des ressources internes, le ministre Hadizatou Rosine Coulibaly/Sori a déclaré que les résultats indiquent 3 141 milliards de F CFA de ressources mobilisées, sur une prévision, sur la même période, de 3 623 milliards  de F CFA, soit un taux de mobilisation de 87%. En ce qui concerne le secteur privé, le ministre en charge de l’économie a relevé que « nonobstant les concours du secteur bancaire et des financements des entreprises, le taux de mobilisation des ressources extérieures privées demeure encore faible ». Et elle explique le faible taux par, entre autres, l’incompatibilité des offres des acteurs du privé avec la vision et les orientations financières du gouvernement. Toute chose qui a impacté certains secteurs à forte valeur ajoutée dont celui de de la transformation agro-sylvo-pastorale. D’où la nécessité de l’organisation des tables rondes sectorielles et/ou thématiques, pour combler ces besoins de financement. A cet effet, le 10 juillet prochain, 2e jour de la conférence, l’accent sera mis sur les potentialités, opportunités d’investissements privés et expériences dans la transformation agro-sylvo-pastorale au Burkina Faso et sur les rencontres B to B. Le premier jour de la conférence, le 9 juillet, sera consacré à l’examen de l’état de mise en œuvre du PNDES et les perspectives. Le même jour sera consacré à une table ronde sur le financement du Programme d’urgence pour le Sahel (PUS-BF) et le Programme d’appui au développement des économies locales (PADEL).Environ 250 participants sont attendus à la conférence internationale sur la mise en œuvre du PNDES. Par ailleurs, il est à noter que « l’organisation de la conférence mobilisera 140 millions de F CFA supportés aux 4/5 par les partenaires ». Pour rappel, l'objectif du PNDES est de transformer structurellement l'économie burkinabè, pour une croissance forte, durable, résiliente, inclusive, créatrice d'emplois décents pour tous et induisant l'amélioration du bien-être social.

Françoise DEMBELE

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+