MISE EN ŒUVRE DU PNDS : 15 000 milliards d’investissement à l’horizon 2016-2020

MISE EN ŒUVRE DU PNDS : 15 000 milliards d’investissement à l’horizon 2016-2020

Dans le souci d’une meilleure appropriation du Programme national de développement économique et social (PNDES) par les associations, mouvements associatifs et Organisations de la société civile (OSC) spécifiques, la coordination des mouvements et associations pour la vulgarisation du programme du président du Faso a initié le samedi 10 septembre 2016, une conférence publique à la maison de la culture Anselme Titianma Sanon (ATS) de Bobo-Dioulasso. Première de la série de conférences qui vise à couvrir les treize régions du Burkina Faso, du 10 septembre au 13 octobre prochain, celle des Hauts-Bassins a été placée sous la présidence du Premier ministre (PM) Paul Kaba Thiéba.

 

Faire connaître le PNDES et le programme du président du Faso aux associations et OSC spécifiques, créer des échanges directs avec les autorités ou responsables de la mise en œuvre des différents programmes, créer un dialogue direct entre les plus hautes autorités et acteurs/animateurs des associations et OSC, vulgariser le programme du président du Faso, tels sont les objectifs escomptés par la conférence de Bobo-Dioulasso qui a drainée de milliers de membres et responsables  d’associations, de mouvements associatifs, d’acteurs des structures spécifiques et OSC des Hauts-Bassins le samedi 10 septembre dernier, à la maison de la culture ATS de la cité de Sya. Et le premier adjoint du maire de la commune de Bobo-Dioulasso, Martin Coulibaly, a remercié le PM et sa délégation pour le choix porté sur sa commune pour l’acte 1 dans le processus d’échanges et d’explication du PNDES dans les 13 régions du pays des Hommes intègres à l’entame. Et d’ajouter que la grande mobilisation du jour, dont les populations cibles dudit programme ont fait preuve, témoigne de l’intérêt que celles-ci accordent à la réussite du programme du président Roch Marc Christian Kaboré, et les exhortent à s’en approprier « pour qu’ensemble nous puissions parvenir au résultat escompté », a-t-il dit.  A la suite de ce dernier se sont succédé Félix Kambiré, président du comité d’organisation de la conférence, et Boris Ouédraogo, représentant des associations, mouvements associatifs et OSC, à la tribune dont les allocutions ont retraçé toute l’importance et la nécessité de cette initiative qui se veut être un véritable cadre d’échanges entre le gouvernants et les gouvernés pour un développement plausible. « Aujourd’hui nous sommes là pour vous parler du PNDES qui est l’ensemble des actions et dispositions que le président du Faso va mettre en œuvre pour donner de l’emploi aux jeunes et aux femmes pour reconstruire les Hauts-Bassins en particulier, le Burkina Faso en général, après tant d’années de stagnation », a indiqué le PM Paul Kaba Thiéba dans son intervention. En effet, a-t-il indiqué, adopté en Conseil des ministres le 20 juillet dernier, le PNDES veut trouver des réponses à trois questions fondamentales : Où sommes-nous ? Où allons-nous ? Que voulons-nous faire pour reconstruire notre chère patrie le Burkina Faso ? Ainsi, un bref exposé du PM nous apprenait que le PNDES se fixe pour objectif de transformer structurellement l’économie burkinabè pour mettre en place une politique de croissance forte et inclusive selon 3 grands axes. Il s’agit de reformer les institutions et moderniser l’Administration de sorte qu’elle soit proche des citoyens ; développer le capital humain par le biais de la formation ; développer les secteurs porteurs pour l’économie nationale (l’agriculture, l’élevage, etc.). D’ici 2020, le PNDES va permettre, à en croire Paul Kaba Thiéba, d’optimiser l’efficacité du gouvernement en espérant une augmentation du Produit intérieur brut (PIB) de 7,7 à 8%  ainsi qu’une augmentation de la croissance économique qui va permettre de créer 50% de nouveaux emplois pour les jeunes par an et diminuer le taux de pauvreté de 35% en moins de 5 ans. Pour parvenir à ce résultat, un budget de 15 000 milliards de F CFA  devra être mobilisé dont 8 400 milliards seront consacrés à l’investissement (les infrastructures routières, les hôpitaux, les écoles et universités, le développement de l’agriculture, de l’élevage, du secteur de l’énergie, etc.). Mais où va-t-on avoir les fonds pour boucler ce budget ? Pour toute réponse, le PM a indiqué que le gouvernement entend se tourner vers les bailleurs de fonds, la Banque mondiale, les pays arabes, les financements concessionnels, le Partenariat public-privé (PPP), les endettements sur le marché financier « non pas pour consommer mais pour investir », a-t-il relevé. De ces 15 000 milliards de F CFA, a-t-il relevé, 9 825,2 milliards de ressources propres devront être mobilisés par le gouvernement burkinabè. Pour cela le PM a demandé à tout un chacun de consentir un sacrifice en s’acquittant de ses devoirs fiscaux notamment les impôts. Après avoir exposé les objectifs et résultats attendus du programme, Dr Mathias Somé a donné un aperçu du programme du président du Faso. A la fin des exposés, les participants ont posé des questions au PM et à sa délégation qui ont donné satisfaction à toutes les préoccupations à eux posées dont celle de Mme Awa Traoré qui a dit ceci : « A quand la création de la banque, pour la promotion de la femme ?  Aussi a-t-elle souhaité que cette banque après création, puisse octroyer des prêts aux femmes sans garantie aucune ». Elle a aussi souhaité qu’un accent particulier soit mis sur la formation et l’entrepreneuriat féminin. A l’issue de la conférence, le PM s’est réjoui de sa réussite et n’a pas manqué de souhaiter bonne fête de Tabaski à tous les musulmans des Hauts-Bassins.

 

Le MONARCK (Correspondant)

 

 

Articles similaires

3 Commentaires

  1. Anonyme

    Commentaire…Tournons Vers Nous. Il N’existe Pas Et Il Nexistera Pas Un Commercant Qui Viendra Ns Faire Sortir De Ntre Misère. Qu’est C Que Ns Avons Fait Pr Etre Libre Et Faire Un Choix?

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+