MORT DE DEUX SOLDATS FRANÇAIS AU MALI : Un pied de nez à un chef de guerre nommé Macron

MORT DE DEUX SOLDATS FRANÇAIS AU MALI : Un pied de nez à un chef de guerre nommé Macron

« Les forces du mal » se sont encore manifestées dans le Nord-Est du Mali, plus précisément dans la région d'Indelimane, hier mercredi 21 février 2018, en posant une mine artisanale sur le chemin d’un convoi de militaires français de l’opération Barkhane. Deux des soldats à bord d’un véhicule blindé qui a heurté cette mine artisanale appelée par les spécialistes engin explosif improvisé (IED), sont morts et un est grièvement blessé. A noter que c’est la deuxième fois qu’un convoi de l’opération Barkhane saute sur une mine, après celle de janvier dernier qui aura blessé trois soldats. Ce qui amène à dire que les terroristes qui écument la partie septentrionale du Mali, semblent adopter comme nouveau modus operandi, les attaques aux engins explosifs pour commettre leurs basses besognes.

Il est temps d’aller vite et bien

Dire que cette nouvelle attaque ciblant des soldats français engagés dans la guerre contre le terrorisme dans la zone du G5 Sahel intervient trois jours après le 54e sommet de Munich sur la sécurité et à seulement 48 heures de la table-ronde des bailleurs de fonds pour le financement de la force conjointe du G5 Sahel, prévue le 23 février prochain à Bruxelles. Il faut espérer donc que ce rendez-vous sera une réussite, afin d’accélérer l’opérationnalisation de cette force conjointe  qui va permettre de  renforcer les moyens humains et logistiques, tel que l’avait promis le ‘’chef de guerre’’ Macron, lors de son séjour au Mali. Sinon, que se passera-t-il si à l’issue de la rencontre de Bruxelles, les financements acquis se révèlent nettement insuffisants par rapport aux budgets concoctés par l’état-major de la force conjointe pour soutenir les opérations sur le terrain ? Il est donc temps d’aller vite et bien.

Rappelons que la force française Barkhane mobilise environ 4 000 militaires français  déployées dans cinq pays du Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad).

D.T

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+