LA NOUVELLE DU VENDREDI : Alcool et tabac au lycée, alerte !

LA NOUVELLE DU VENDREDI  : Alcool et tabac au lycée, alerte !

Il y a quelques jours, je me suis arrêté un matin dans une cafétéria près d’un lycée de la capitale. Prenant mon thé, je regardais les lycéens sortir pour la recréation de 10 h.
La cafétéria fut prise d’assaut. Tout petit dans mon coin, j’observai le comportement de notre jeunesse, avenir de la patrie. C’est vrai que chaque période à ses réalités. Tournons la page sans nostalgie avec réalisme. C’est bien révolue cette époque où l’élève, pour bien suivre les cours en classe, ne cherchait que du pain, des galettes et de l’eau pour se remplir le ventre.
Pour nos scolaires de la nouvelle génération Facebook, Skype, Twiter et autres, les plats à la récréation ont bien évolué depuis : sandwich bien garni, pain agréablement décoré de l’intérieur, saucisson, brochettes, canettes de sucrerie et surtout canettes de … bière, sont maintenant au menu. Vous avez bien lu, canette de bière pour des scolaires à la récréation. Et ce n’est pas tout. Une bonne bière et une bonne cigarette à la récréation avant de retourner en classe.
Pour se concentrer sur les cours ? Sans être un spécialiste de la santé, il n’est pas difficile de savoir que ce cocktail-poison peut nuire à l’organisme humain sur le présent et dans l’avenir.
Le constat est alarmant, mais pourtant réel. Nos enfants au lycée ou au collège sont devenus de très gros consommateurs de bière et de tabac.
À deux tables de moi, comme on le voit souvent dans les films de réalité d’autres régions du monde, des jeunes entre 14 et 15 ans, discutaient. Des garçons, chacun tirait professionnellement sur sa cigarette. Qui en sirotant un verre de bière, qui en sirotant un verre de café. Les jeunes filles qui les entouraient se permettaient de temps à autre une gorgée de café.
Glacé dans la profondeur des veines, je regardai nos jeunes en me posant mille questions. Lorsque libérant les lieux, ils repartirent dans les classes, j’imaginais la lourde tâche qui attendait les professeurs pour la discipline et le transfert de connaissance.
Témoin de mon observation, la propriétaire des lieux, une dame, la soixantaine bien sonnée, s’approcha et me dit :
« Mon frère, je vous regarde et je vous comprends. Nous assistons à cela tous les jours. Ici, dans cette rue, nous ne vendons ni cigarette ni alcool. Mais regardez ces mégots, je suis obligée de balayer les lieux après leur départ. Cette nouvelle génération a réponse à tout. Surtout, évitez le mot interdit. C’est pour eux une sorte d’invitation. Chaque jour, je suis obligée à la récréation de subir leur présence pendant 30 minutes. À la moindre contrariété, je paierai à la prochaine grève, par le saccage de mon matériel et le pillage de mon kiosque. Je ne vois qu’une chose : le dialogue et la sensibilisation. Avant, le problème de l’alcool et du tabac concernait uniquement les jeunes garçons. De nos jours, les jeunes filles s’y invitent. J’ai peur … ».
En reprenant mon chemin, je pensai à ces dires de mon oncle : « On s’invite toujours dans la cigarette et dans l’alcool avec plaisir et sourire pour s’amuser et faire tendance. C’est en y laissant sa santé et sa vie qu’on se rend compte qu’on entrait dans l’enfer. Et c’est déjà trop tard. »

Ousseni Nikiéma, lescontesdedunia@yahoo.fr 70-13-25-96

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+