NOUVELLES VIOLENCES EN EX-OUBANGUI-CHARI : Où va la RCA ?

NOUVELLES VIOLENCES EN EX-OUBANGUI-CHARI : Où va la RCA ?

Quelle thérapie pour la RCA ? C’est la question que plus d’un se pose, au regard de ce qui se passe dans ce pays qui, depuis plus de trois ans, est sous les feux des projecteurs. Et c’est peu dire ! En effet, alors que l’on croyait finie la chasse à l’homme, quelle ne fut  notre surprise d’entendre, le 4 décembre dernier, que des anti-balaka armées jusqu’aux dents avec, tenez-vous bien, des AK47, ont attaqué le camp des déplacés internes de Bria où vivent environ 35000 personnes sous contrôle de la MINUSCA. Le bilan provisoire fait état d’un Casque bleu tué et trois autres blessés. C’est le 14e Casque bleu tué depuis le début de l’année 2017 qui s’achève.  C’est la preuve s’il en est, que la RCA est loin d’être pacifiée, tant les groupes armés y disposent d’une capacité de nuisance très redoutable. A preuve, cette nouvelle attaque contre le check-point de la MINUSCA a empêché la visite d’une délégation du Panel de facilitateurs de l’Union africaine (UA) dont l’objectif était de rencontrer les représentants de différents groupes armés, dans le cadre de l’initiative de  l’UA pour la paix et la réconciliation en RCA.

Le temps est venu de siffler la fin de la recréation en Centrafrique

C’est dire que le président Faustin Archange Touadéra a encore du pain sur la planche. Il est plus à plaindre qu’à envier ; lui qui s’évertue à convaincre les investisseurs à ne pas tourner le dos à son pays. On se rappelle encore le récent Forum des investisseurs qui s’est tenu en début novembre à Bangui, qui a été émaillé d’incidents, sous le nez et les yeux de certains partenaires venus pour la circonstance. En tout cas, le temps est venu de siffler la fin de la recréation en Centrafrique. Car, à l’allure où vont les choses, il faut craindre que le pays qui est déjà sous la coupe réglée des groupes armés, ne devienne la destination privilégiée des djihadistes de tout poil, traqués qu’ils sont en Irak, en Syrie et au Sahel. Cela dit, la communauté internationale aurait tort de laisser l’Archange se battre seul comme un beau diable.

B.O

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+