Header

OPERATIONNALISATION DES BRIGADES ANTI-BANDITISME ET TERRORISME : Pour un délai d’intervention de 10 minutes chrono

OPERATIONNALISATION DES BRIGADES ANTI-BANDITISME ET TERRORISME : Pour un délai d’intervention de 10 minutes chrono

La Commission de l’Union européenne (UE) a procédé, le 16 mai 2017, à la remise de véhicules d’intervention 4X4 à la Brigade anti-banditisme et terrorisme (ABT). D’une valeur de plus de 98 millions de F CFA, ce don participe au renforcement des capacités opérationnelles des ABT afin de faciliter leurs interventions dans la ville de Ouagadougou et ses environs.

 

Ce sont, au total, 4 véhicules tout-terrain, Land Cruiser Hardtop, d’une valeur globale d’environ 150 mille euros qui viennent s’ajouter au parc automobile de la brigade Anti-banditisme et terrorisme (ABT), des unités de la gendarmerie et de la police. Cette initiative a été possible grâce à la Commission de l’Union européenne (UE) et s’inscrit dans le cadre du Projet d’appui au renforcement de la sécurité intérieure du Burkina (PARSIB). Un programme qui entend renforcer la sécurité au Burkina Faso, en réduisant les délais d’intervention des forces de l’ordre et de sécurité. La remise des matériels composés exclusivement de véhicules, répond donc à cet objectif. Selon Thierry Barbé, le chef de la délégation de l’Union européenne, le PARSIB est le premier volet de la coopération entre le Burkina Faso et l’UE, avec surtout l’arrivée, en septembre 2016, de l’équipe de la police fédérale belge. « Nous avons voulu apporter un premier soutien d’urgence en matière de formation et d’équipement, pour répondre aux menaces terroristes », a-t-il dit. C’est, pour lui, dans le cadre de cet appui qu’intervient la remise des 4 véhicules et, très prochainement, viendront des équipements individuels et collectifs d’intervention, afin  d’opérationnaliser les ABT. « Ces véhicules tout-terrain devront permettre aux ABT de mener des patrouilles de prévention en période hors crise et d’intervenir efficacement en cas de crise », a-t-il spécifié. C’est également l’avis du ministre en charge de la sécurité, Simon Compaoré, pour qui également le PARSIB constitue une première étape en termes de renforcement des capacités opérationnelles des ABT qui, in fine, réduiront leur délai d’intervention à 10 minutes (mn) Chrono. « Il est souvent reproché au Forces de sécurité un délai d’intervention trop long… C’est la raison pour laquelle le ministère a fixé comme objectif à atteindre, une intervention dans les 10 minutes pour les ABT et 30 minutes pour les unités spécialisées », a, en effet, fait savoir Simon Compaoré. Aussi, cette cérémonie de don de véhicules a été suivie d’une remise d’attestation à 24 agents des forces de l’ordre et de sécurité. Ces derniers, toujours dans le cadre du PARSIB, ont bénéficié d’une formation qui leur permettra d’être encore plus opérationnels.  A ces derniers, le ministre de la Sécurité n’a pas manqué de dire ceci : « Vous n’êtes pas seulement une force d’intervention, mais avant tout une communauté d’Hommes unis par le même esprit de service et animés par le même sens du devoir ».

 

Adama SIGUE

 

Nicolas Oebel, expert en contractualisation du PARSIB à propos des véhicules d’intervention de l’ABT

 

« Ce sont des véhicules qui ont été achetés chez Toyota Gibraltar. Ce sont des Toyota Land Cruiser Hardtop. Ils sont arrivés de manière banalisée à Ouagadougou. Ensuite, nous sommes passés chez un prestataire spécialisé pour la customisation extérieure. Cette opération fait suite à des discussions que nous avons eues avec les utilisateurs finaux. Nous avons donc renforcé certaines fenêtres à leur demande. On a mis des grillages sur les pare-brise avant et arrière. Nous avons également repeint les véhicules sur les pare-chocs pour une plus grande visibilité, car une des fonctions des véhicules, c’est aussi de pouvoir se déplacer rapidement dans la ville. Donc, il faut qu’ils soient visibles. Ainsi, nous avons également procédé à leur marquage latéral en ajoutant des bandes réfléchissantes qui, dans le noir, sont très visibles. Nous avons aussi rajouté des gigaphone et des gyrophares et un amplificateur à l’intérieur. Les véhicules comportent donc toute une série d’accessoires pour être opérationnels. »

 

Nicolas Oebel

 

BON A SAVOIR

 

SUR LE  PROJET  AU RENFORCEMENT DE LA SECURITE INTERIEURE DU BURKINA FASO (PARSIB)

 

A la suite des attentats terroristes enregistrés au Burkina  Faso  ces dernières années, l’Union européenne, à la demande des autorités burkinabè, a souhaité apporter son appui au secteur de la sécurité. Elle a convenu avec le ministère de la Sécurité, de la mise en place d’un Projet d’appui à la sécurité intérieure du Burkina Faso (PARSIB). La mise en œuvre a été confiée à l’Agence belge de développement. L’objectif du projet est de contribuer à la stabilisation du pays en appuyant le secteur de la sécurité intérieure et en optimalisant les forces de sécurité intérieures. Un plan d’action de 18 mois a été identifié, en collaboration avec le ministère de la Sécurité et avec l’expertise de la police fédérale belge, et interviendra dans les domaines suivants :

- La gestion du renseignement ;

- La gestion des crises ;

- Le renforcement des capacités d’intervention et de communication

 

SUR LES BRIGADES ANTI-BANDITISME ET TERRORISME

 

Ces brigades Anti-banditisme et terrorisme assureront une permanence 24h/24 et 7 jours/7, avec un délai d’intervention maximal de 10 minutes dans la ville de Ouagadougou et les villages rattachés. Cette réserve ABT sera composée d’une  capacité prédéfinie à  laquelle la police et la gendarmerie contribuent en fournissant chacune un effectif. Au total, 132 hommes sont en train d’être formés, dont 50% appartiennent à la Police et 50% à la Gendarmerie.  En plus des véhicules, des équipements individuels et collectifs leur seront remis dans les prochaines semaines, dans le cadre de la mise en œuvre du Programme d’appui  à la sécurité intérieure (PARSIB).

 

Source : Dossier de presse

 

Articles similaires

1 Commentaire

  1. EDGAR

    Le terrorisme étant une guerre asymétrique et un fléau des temps modernes, il importe que les forces de sécurité soient mieux outillées pour faire face à ce combat. La formation continue s’avère donc une nécessité à cet effet. Le ministre d’Etat en charge de la sécurité, Simon Compaoré a bien été inspiré pour initier une formation spéciale anti-terroriste à l’attention d’éléments de la police et de la gendarmerie pour une meilleure intervention en cas de menaces terroristes à Ouagadougou et environnants. Cette unité spéciale pouvant se déporter dans d’autres localités du Burkina en cas de besoin, cela est une bonne mesure sécuritaire à saluer. Après avoir fait le tour des commissariats de police et de brigades de gendarmerie de l’ouest du Burkina récemment, le ministre de la sécurité a constaté de visu les réalités de ces forces de sécurité. Cela lui permettra avec l’aide du gouvernement et de partenaires au développement, de trouver les moyens nécessaires pour l’équipement progressif de ces forces de sécurité et la construction de bureaux adéquats pour leur permettre de bien accomplir leur mission. Félicitation au ministre de la sécurité pour son dynamisme et son pragmatisme qui lui permettent de trouver des solutions idoines aux préoccupations de la police et de la gendarmerie, deux corps qui jouent un rôle de premier plan dans la sécurité publique au profit de tous.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+