A la uneEchos des provinces

POLEMIQUE AUTOUR DE LA FORET CLASSEE DE KUA

Des jeunes dans la rue pour réclamer la construction de l’hôpital

L’association Citoyen pour le développement de Bobo-Dioulasso a organisé, le jeudi 30 mai 2019, une marche de soutien pour la construction de l’hôpital sur le site de la forêt de classée de Kua. A cette marche, certains honorables députés, des chefs coutumiers et bien d’autres personnalités ont pris part. la marche a été suivie d’une conférence de presse.

C’est pour exprimer leur approbation pour la construction du centre hospitalier universitaire de référence sur le site choisi par le gouvernement en tandem avec la Chine, que les jeunes de la ville de Bobo-Dioulasso ont organisé cette marche suivie d’une conférence de presse. Dans la rue, les marcheurs scandaient le slogan «  Oui pour la construction de l’hôpital ». Et de demander que cette construction soit faite sur le site actuellement indiqué à cet effet, c’est-à-dire la forêt classée de Kua. Aussi, les marcheurs scandaient « non au changement de site ». Au gouvernorat, c’est le secrétaire général, Sayouba Sawadogo, représentant le gouverneur, qui les a accueillis. Il a reçu de leur main un message qu’il promet de transmettre à qui de droit. Dans ce message, ont été notifiées trois recommandations, à savoir le soutien indéfectible au gouvernement pour la construction de l’hôpital de référence sur le site de la forêt classée de Kua, l’accélération du processus de déclassement de 16 ha et la prise des mesures idoines pour la construction dudit hôpital, l’appel à l’ensemble des autorités administratives, coutumières et des forces vives à rester mobilisées pour la construction de cet hôpital. Le chef coutumier de Dagasso, Siaka Oula Sanou, demande aux autorités que le site choisi soit le lieu de l’implantation de l’hôpital et met en garde toute personne qui viendrait à faire changer cet avis. Quant au maire de l’arrondissement N°7 de Bobo-Dioulasso, Hermann Sirima, il a marché en tant que jeune en interpellant en premier lieu le président Roch Marc Christian Kaboré. En effet, toutes les fois qu’on prévoit un projet d’une grande envergure, des polémiques les font détourner pour d’autres cieux. Dans la foule, c’est le cas de l’aéroport international dont a bénéficié la République sœur du Mali qui est sur toutes les lèvres. D’autres personnalités telles que l’honorable Léonce Sanou, se sont prononcées. Pour les organisateurs, cette affaire n’est point politique mais plutôt une question sociale. Au cours de la conférence de presse organisée à l’issue de la marche à la maison des jeunes, l’association a accusé le plan machiavélique de certaines personnes qui empêchent le développement de Bobo-Dioulasso, au nombre desquelles l’honorable député Moussa Zerbo. « Il a été témoin oculaire et auditif de la destruction de 200 plants dans la forêt de Bangréwéogo et il ne s’est pas prononcé. Pourquoi faut-il que ce soit Bobo pour qu’il s’oppose. Il n’a pourtant jamais organisé de campagne de plantation d’arbres », ont reproché les organisateurs. Selon eux, ce dernier aurait dû attendre les résultats de l’étude environnementale et sociale avant de se prononcer. Il en est de même pour les agents des eaux et forêts qui ont manifestement fait preuve d’insubordination.

Emmanuel SOMBIE (Correspondant)

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer