Politique nationale : Me Ambroise Farama lance l’OPA-BF

Politique nationale : Me Ambroise Farama lance l’OPA-BF

OPA-BF. Entendez par là, l’Organisation des peuples africains, section du Burkina Faso. Le congrès constitutif du nouveau parti politique s’est tenu le dimanche 11 février 2018 à Ouagadougou. Me Ambroise S. Farama, président du parti, rencontrera la presse aujourd’hui, mercredi 21 février 2018 à 11h, au Centre national de presse Norbert Zongo. Me Ambroise Farama avait démissionné de l’Union pour la renaissance/Parti sankariste (UNIR/PS), le 22 juin 2017, pour « convenance personnelle».  « Depuis le dernier congrès, il (Me Ambroise Farama) n’était plus des nôtres. Vous savez bien sûr qu’il était dans la Commission constitutionnelle au nom de l’UNIR/PS. Je ne sais pas si c’est parce que maintenant les travaux de la commission tirent vers leur fin qu’il a jugé nécessaire de quitter définitivement le parti. Mais s’il y a des raisons autres, je ne les connais pas, parce qu’il a dit que c’est pour convenance personnelle. Comme on adhère librement à un parti, on quitte aussi librement un parti. Quand vous perdez un militant qui vous quitte, même si c’est le dernier des militants, c’est avec regret. On aurait souhaité qu’il soit encore là, mais c’est pour convenance personnelle », avait réagi Me Sankara, le 24 juin 2017. Quelle sera l’orientation idéologique de l’OPA-BF ? La question trouvera réponse aujourd’hui. Sur ce sujet, le président Farama avait donné des indices dans les colonnes de notre confrère « Courrier Confidentiel ». « Nous voulons proposer à notre peuple et à l’Afrique, un modèle original de développement. Il nous faut définir des stratégies et des tactiques nouvelles de lutte pour conduire le processus d'émancipation de nos peuples. Nous pensons que les pays africains ne peuvent prétendre individuellement à un développement indépendant, vu leurs poids respectifs sur le marché international. Nous entendons donc, dans les semaines à venir, proposer à notre peuple, notre vision panafricaine….Je dis bien que je poursuis la réflexion avec des camarades. Ensemble, nous déterminerons la forme dans laquelle nous allons exprimer nos convictions politiques », disait-il.

 

* MENA : les encadreurs du secondaire ont désormais leur syndicat

 

La famille des syndicats s’est agrandie avec la naissance du Syndicat national des encadreurs pédagogiques du secondaire (SYNEPS). Son bureau, composé de 11 membres, est dirigé par Kaboré Guingri, élu secrétaire général. Des objectifs du SYNEPS, on retient, entre autres : « mobiliser tous les encadreurs pédagogiques de l’enseignement secondaire du Burkina Faso ; défendre fermement les intérêts matériels et moraux des encadreurs pédagogiques du secondaire contre toutes les formes d’injustice et de mépris ; lutter pour la connaissance, la reconnaissance, la sauvegarde et la promotion des libertés démocratiques et syndicales ; lutter pour l’avènement d’un enseignement de qualité, gratuit, laïc et démocratique au Burkina Faso ; lutter pour une pleine participation des encadreurs pédagogiques à l’analyse, à la conception et à la mise en œuvre des politiques éducatives ; lier ses luttes revendicatives à celles du peuple burkinabè pour la libération nationale et sociale ».

 

* Violences à Matiacoali : les protagonistes   autour d’une table

 

On se souvient que des incidents violents avaient opposé une partie de la population aux autorités locales dans la commune de Matiacoali, province du Gourma. La pomme de   discorde : l’aménagement d’une partie de la forêt de cette commune. De nombreuses personnes avaient été interpellées et la mairie avait été fermée. Pour ce faire, les conseillers municipaux de la commune de Matiacoali, majoritairement membres du PDS/METBA, souhaitaient parler de la crise avec la presse demain,  jeudi 22 février 2018, à Ouagadougou.  Eh bien, cette rencontre avec les journalistes n’aura plus lieu, puisque les protagonistes, finalement, ont décidé de ne pas médiatiser l’affaire. « L'évolution de la situation sur le terrain, conduisant à l'instauration d'un dialogue entre les différentes parties, celles-ci souhaitent que le problème ne soit pas particulièrement médiatisé », nous apprend-on.

 

 

* Coopération : Ouagadougou va abriter la réunion annuelle entre l’Association internationale des maires francophones et l’Union Européenne

 

L’Association internationale des maires francophones et l’Union européenne ont choisi la ville de Ouagadougou pour abriter leur réunion annuelle des groupes de plaidoyer sur les conditions nécessaires au déploiement du plan d’investissement externe de l’UE  dans les villes africaines, l’information au service du développement, les finances locales, la fonction publique territoriale et les ODD. La cérémonie d’ouverture de cette rencontre internationale qui regroupera près de 200 participants (maires et experts), interviendra le  22 février 2018 à 08h30 dans la salle Waongo 1 de l’hôtel Laïco Ouaga 2000.

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+