POT-POURRI

POT-POURRI

 

 CSC : des portes de bureaux défoncées pour installer de nouveaux promus

Alors  que le processus de renouvellement du Collège de conseillers est résolument engagé au Conseil supérieur de la communication (CSC), la situation reste tendue au sein de l’institution. En effet, d’après nos informations, deux bureaux, notamment ceux du Directeur de la communication et du Directeur des marchés publics, tous suspendus de leurs fonctions, ont été défoncés en vue d’y installer des personnes nouvellement nommées. Les portes desdits bureaux ont été « cassées », nous dit-on, en présence d’un huissier. En rappel, le processus de renouvellement du Collège de conseillers est désormais entre les mains du gouvernement, les différentes composantes ayant déjà choisi leurs représentants respectifs.

 Congrès du CDP : Eddie Komboïgo reconnaissant  aux militants

 Fraîchement élu président du Bureau politique national du CDP, Eddie Komboïgo, dans une adresse, dit « barka » aux militants. Voici son « mot » en entièreté : « Notre Pays, l’ensemble du peuple burkinabè et singulièrement les militants de notre parti, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), ont gagné leur pari en organisant les 05 et 06 mai 2018 à Ouagadougou,  le VIIè Congrès ordinaire du CDP.  Ce Congrès, tant attendu des militants qui voulaient amorcer  sereinement la dynamisation de notre parti avec l’élection d’une nouvelle direction politique et de la relecture des textes, s’est bien déroulé dans la cohésion, l’unité et la sérénité. C’est la preuve que les militantes et militants du CDP savent placer l’intérêt supérieur du parti au-dessus des divergences personnelles. Ce qui nous convainc que nous sommes tous résolument tournés vers l’avenir et unis pour la reconquête du pouvoir d’Etat pour la construction d’un Burkina Faso de Démocratie, de Justice, de paix et de progrès. C’est le lieu pour moi de saluer et de féliciter, au nom de la Direction politique nationale, l’ensemble des militantes, militants, sympathisants et toutes les délégations venues de la Côte d’Ivoire, de la France, des Etats-Unis, de l’Italie , de Belgique etc.,  pour cette forte mobilisation. Je félicite et remercie également les acteurs de la scène politique nationale, notamment ceux de l’opposition politique regroupés autour du Chef de file de l’opposition et de la Coalition pour la démocratie et la réconciliation nationale (CODER) pour leur soutien manifeste. J’adresse également mes vives félicitations au comité d’organisation qui a œuvré à la bonne tenue de nos deux jours de travaux, dans un cadre d’organisation matérielle très satisfaisant  et dans des conditions optimales de réflexion sur la vie et les nouvelles perspectives du CDP. Mes sincères félicitations à tous les élus du Bureau exécutif national qui ont eu la confiance des militants. Nous les exhortons à toujours mettre en œuvre  l’idéal social-démocrate prôné par le CDP et à travailler pour son unité et sa cohésion. Je réitère mes sincères remerciements à toutes les militantes, militants et sympathisants du CDP pour leur esprit d’ouverture et de tolérance. Je les exhorte à continuer d’être des artisans de la paix, des défenseurs de la démocratie et de la justice pour un Burkina réconcilié avec lui-même ».

 Droit au logement à Ouaga: le CFOP fera une visite de terrain à l’arrondissement 6

 Le Chef de file de l’Opposition politique (CFOP), Zéphirin Diabré, a accordé, le mercredi 16 mai 2018 au siège de l’institution, une audience à une délégation de la Coalition des associations œuvrant pour le droit au logement (CAODL) de l’arrondissement 6 de Ouagadougou. Dans le compte-rendu de l’audience rédigé par le service de communication du CFOP, on peut lire ceci : « La CAODL est allée présenter au CFOP sa plateforme revendicative de onze points, qui traite du passif foncier dans l’arrondissement et formule des propositions concrètes pour l’apurement de ce passif et pour des lotissements transparents au profit des populations. Dans les échanges, la délégation a relevé que depuis près de trente ans, les membres de la Coalition attendent le lotissement de leur quartier. Ils ont été recensés pour la première fois en 1995, puis plusieurs autres fois jusqu’en 2008, sans voir leur problème résolu. C’est pourquoi elle a demandé au CFOP de plaider auprès des plus hautes autorités du pays pour une issue heureuse à cette crise du logement. La Coalition a également invité le Chef de file de l’Opposition à rencontrer les populations de l’arrondissement 6, afin de mieux comprendre les problèmes de logement auxquels elles font face. Le CFOP a salué la démarche de la CAODL et a marqué son accord pour une visite de terrain à l’arrondissement 6, à une date qui sera bientôt fixée ».

 Mines au Burkina : un levé géophysique aéroporté débute demain à Fada

Sous la présidence du ministre d’Etat, Simon Compaoré, le ministère des Mines et des carrières organise, le samedi 19 mai 2018 à l’aérodrome de Fada N’Gourma, une cérémonie de lancement du levé géophysique aéroporté du quart Sud-Est du Burkina Faso. Un levé géophysique aéroporté est une couverture géophysique d’une partie d’un territoire, à l’aide d’un avion. Le quart Sud-Est touche cinq régions administratives que sont le Centre, le Centre-Est, le Centre Sud, l’Est et le Sahel. 72 000 km² seront survolés et couverts grâce au parcours par l’avion de type Air Tractor d’une distance de 207 000 km linéaire de vol. Le levé a pour finalité de mettre à la disposition des investisseurs miniers, des données géo-scientifiques plus fiables. Il permettra au Burkina Faso de mieux cartographier son sous-sol. Les méthodes utilisées dans le cadre de ce levé sont essentiellement le magnétisme et la spectrométrie gamma. Ces méthodes servent à la cartographie géologique et hydrogéologique du sol et du sous-sol de cette partie de notre pays. Ce levé va permettre au Burkina Faso d’identifier des zones prospectives qui feront l’objet de contrôle approfondi au sol par le BUMIGEB.

  Droit du travail au Burkina : le club des Hommes d’affaires franco-burkinabè  en parle

 Le club des Hommes d’affaires franco-burkinabè organise un diner-débat le jeudi 24 mai 2018 à l’hôtel Sopatel Silmandé. Le thème en débat, est en relation avec le secteur du travail : « Relations entre l’autorité et les chefs d’entreprises dans le cadre de la gestion et la règlementation du droit du travail au Burkina Faso : quelles approches stratégiques ? ». Le débat sera animé par le ministre de la Fonction publique, du travail et de la protection sociale, Pr Seyni Ouédraogo.

  Assassinat du préfet Sigapinda Patrice Kaboré : le MJS condamne

 « Le Mouvement des jeunes socialistes (MJS) a été informé que le préfet du département d’Oursi, M. Kaboré, a été lâchement assassiné. Le MJS fait part de ses sincères condoléances à la famille du défunt et appelle à des mesures draconiennes pour assurer la protection des représentants de l’Etat au Nord », peut-on lire dans un communiqué. Ledit communiqué va plus loin : « Le meurtre du préfet Sigapinda Patrice Kaboré n’est hélas que la plus récente tragédie. La situation empire de jour en jour, menaçant chaque fois davantage l’intégrité territoriale du Burkina Faso. Le Mouvement présente non seulement ses condoléances aux proches de la victime, mais demande aussi que l’Etat mette les moyens pour assurer la sécurité des agents de l’Etat dans les régions septentrionales du pays. Il n’est pas acceptable que des hommes exemplaires comme le préfet Kaboré soient tués par des voyous désireux d’anéantir la société burkinabè pour instaurer un régime de terreur.  Dans cette lutte contre la tyrannie, Sigapinda Patrice Kaboré est un martyr de la République ». C’est un homme qui a versé son sang pour la patrie, en faisant le sacrifice ultime pour assurer la continuité politique de l’Etat au Nord. Le MJS demande à ce que cet homme soit honoré dignement et ait droit aux célébrations dignes d’un homme tombé pour la cause nationale.  Nous ne pouvons pas laisser ce sacrifice être négligé et finir en une note de bas de page. La situation au Nord n’est pas une simple affaire de banditisme. C’est le champ de bataille d’une lutte héroïque entre ceux qui se battent pour la Liberté burkinabè et ceux qui veulent assurer la tyrannie de la Terreur. Sigapinda Patrice Kaboré se présente comme un homme ayant défendu jusqu’à la fin, la flamme sacrée de la Liberté. Ce n’est donc pas seulement une vie humaine qui s’est éteinte, mais surtout un pilier dans la lutte contre le terrorisme ».

Côte d’Ivoire : un conflit entre autochtones Toura et  des Burkinabè à Biankouma fait 700 déplacés

 L’information est de notre confrère Koaci.com : « Un conflit a éclaté la semaine dernière dans l’Ouest du pays, précisément à Gandié dans le département de Biankouma, entre les autochtones Toura et les allogènes burkinabè. Le bilan fait état de 400 habitations incendiées et plus de 700 déplacés dont 600 sans-abris. Nous apprenons, ce jeudi, de sources concordantes, qu’un fils de la région suspecté de complicité avec les allogènes burkinabè dans ledit conflit foncier, a été mis aux arrêts. Il s’agirait du nommé Sylvain Goué. Il serait celui qui aurait mis le feu aux poudres en informant les allogènes, qu’un des leurs avait été tué par les jeunes de Gandié.  Ce qui a d’ailleurs occasionné la révolte de ces derniers qui se sont attaqués aux biens des Toura. Ce dernier est également accusé de vendre des parcelles dans la forêt sacrée ».

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+