POT-POURRI :

POT-POURRI :

 Suivi-contrôle des institutions privées d’enseignement supérieur : de nombreuses irrégularités relevées

 

« Des inscriptions d’étudiants sans le diplôme requis (Baccalauréat, Licence, Master ou leurs équivalents respectifs) ; une ouverture de filières sans autorisation ; des enseignants qui n’ont pas d’autorisation d’enseigner dans les établissements d’enseignement supérieur ; des enseignants sans le niveau requis pour enseigner dans les établissements d’enseignement supérieur ; une absence d’équipement de travaux pratiques nécessaires pour les filières techniques et professionnelles ; une absence de procès-verbal (PV) de délibérations pour des filières autorisées à ouvrir ; des délibérations non conformes (non signées, aucune matière et/ou note des apprenants mentionnée) ; non dépôt ou irrégularité dans le dépôt des rapports de fin et de début d’année ». Ce sont là, les principales irrégularités diagnostiquées dans un récent rapport du ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation. Dans ce document intitulé « Rapport des sorties de suivi-contrôle des institutions privées d’enseignement supérieur (IPES) »,  il est question de notation et de classement qualitatif des universités privées ainsi que des instituts et grandes écoles au Burkina Faso. Au niveau des universités, les 3 meilleures sont classées par ordre de mérite ainsi qu’il suit : Université Saint Thomas d’Aquin (USTA), Université Ouaga 3S (UO 3S) et Université Aube Nouvelle (U-AUBEN Ouaga). Dans la catégorie des Instituts et Ecoles privés d’enseignement supérieur, ce sont respectivement l’Ecole supérieure de microfinance (ESMI), l’Institut supérieur de technologie (IST) et l’Ecole supérieure polytechnique de Kaya (ESPK) qui tiennent la corde. «  A ce jour, cent vingt-trois  (123) IPES sont officiellement répertoriées sur l’ensemble  du territoire burkinabè. Les IPES nouvellement ouvertes, au nombre de douze (12) et dont l’autorisation d’ouverture date de 2017, n’ont pas été concernées par le présent contrôle. C’est donc au total cent onze (111) IPES dont onze (11) universités et cent (100) instituts et écoles qui ont été inspectées », indique le rapport publié en juillet 2018.

  Université Ouaga I : 26 admis sur 2304 étudiants à l’UFR/ SEA (Sciences Exactes et Appliquées)

 26 admis sur 2304 étudiants ; soit 2278 ajournés ; un taux de réussite de 1,12% et un taux d’échec de 98,88% ! Ces chiffres viennent de l’UFR/ SEA (Sciences exactes et Appliquées) de l’Université Ouaga 1, en ce qui concerne la session de juin 2018. Ces chiffres ont provoqué des débats très passionnés sur ce qui se passe, réellement, dans les universités publiques du Burkina Faso. Est-ce lié à un problème de niveau des étudiants ou à une application non maîtrisée du système LMD ? Chacun y va de son commentaire.

 

 Bogandé : un enseignant, candidat aux examens professionnels du CAP, victime d’un accident


Le 08 août 2018, se sont tenus  sur toute l'étendue du territoire national, les examens  du Certificat d'aptitude  pédagogique  (CAP) pour les enseignants du primaire.  Charles Bilgo,

accompagné  de son ami Martial Zoetenga, ont quitté Fada N'Gourma pour Bogandé où le premier nommé devait prendre part auxdits examens. Malheureusement, les choses ne se sont pas passées comme ils l’auraient souhaité. En effet, arrivés dans le village de Nagaré, les deux compagnons ont percuté un enfant qui a voulu traverser la voie avec sa bicyclette.  Ils ont été tous  grièvement blessés.  Les trois ont été admis au Centre médical de Bogandé  (CMA) . Dans la matinée du 07 août, les deux compagnons accidentés, au regard de leur état, ont été évacués à  Fada. Leur pronostic vital n’est pas engagé.

  Concours 2018 au Burkina: les candidats s’interrogent

 Les candidats aux concours directs de la Fonction publique, session 2018, s’interrogent sur la programmation des dates desdits concours. En principe, et selon nos informations, le ministère de la Fonction publique, du travail et de la protection sociale va publier le calendrier au cours de la semaine prochaine.

  Création du parti unifié (RHDP) en Côte d’Ivoire : le PDCI-RDA se retire du processus

 

Ceci est un communiqué publié hier, jeudi 9 août 2018, par le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI)-Rassemblement démocratique africain (RDA), qui annonce son retrait du processus de création du parti unifié (RHDP). Il est signé de Henri Konan Bédié, Président du PDCI-RDA.

« Conformément au mandat qui lui a été donné par le Bureau politique du PDCI-RDA, en sa session du 17 juin 2018, afin de poursuivre les négociations avec les partis politiques alliés de la coalition RHDP pour la création d’un parti unifié dénommé RHDP, SEM. Henri Konan Bédié, Président du PDCI-RDA, a rencontré, le mercredi 8 août 2018, SEM. Alassane Ouattara, Président d’honneur du Rassemblement des républicains. Cette rencontre fait suite à l’audience que le Président du PDCI-RDA a accordée, le 06 juillet 2018, à Daoukro, à Mesdames Henriette Dagri Diabaté et Kandia Camara, respectivement Présidente du RDR et Secrétaire générale du RDR.

A la fin de cette audience, le Président du PDCI-RDA les avait chargées de transmettre au Président d’honneur du RDR, sa vision de la marche du Groupement politique du Rassemblement des Houphouéstistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP). En réponse à l’exécution de son mandat ci-dessus cité, le PDCI-RDA a constaté que le 16 juillet 2018, une Assemblée générale constitutive d’un Parti unifié dénommé RHDP, s’est tenue à l’Hôtel Sofitel Ivoire d’Abidjan, sans qu’elle n’ait été convoquée par le Président de la Conférence des Présidents des Partis politiques membres du RHDP, Président du PDCI-RDA. Le PDCI-RDA s’est interrogé sur les motivations réelles de la précipitation avec laquelle le Parti unifié dénommé RHDP, a été lancé au mépris des délais minimaux de 12 à 18 mois impartis pour la finalisation de ce projet. Le PDCI-RDA a, en outre, constaté la présence à cette Assemblée générale constitutive de ce Parti Unifié dénommé RHDP, des membres non signataires de l’accord du 12 avril 2018, comme membres fondateurs d’un Parti Unifié RHDP.
Il s’agit du mouvement dit «Sur les traces d’Houphouët-Boigny ».

Vu toutes les irrégularités ci-dessus relevées, qui ont eu à entacher le processus de création de ce Parti unifié RHDP,

Le PDCI-RDA :

  • prend acte de la création de ce Parti unifié dénommé RHDP par certains de ses alliés de la coalition RHDP mise en place le 18 mai 2005 à Paris ;
  • prend acte également que les partis politiques fondateurs de ce Parti unifié dénommé RHDP issu de l’Assemblée générale Constitutive du 16 juillet 2018, ont pris la décision de mettre fin à leur appartenance au Groupement politique RHDP ;
  • dénonce l’Accord politique pour la création d’un Parti unifié dénommé RHDP signé le 12 avril 2018 ;
  • se retire du processus de mise en place d’un Parti unifié dénommé RHDP ;
  • se réserve le droit de promouvoir une plate-forme de collaboration avec les Ivoiriens qui partagent sa vision d’une Côte d’Ivoire réconciliée et soucieuse des droits, des libertés et du bien-être de ses populations.

Au terme de leurs échanges du mercredi 08 août 2018, SEM. Alassane Ouattara, Président d’honneur du Rassemblement des Républicains, Président de la République de Côte d’Ivoire a marqué son accord pour une réforme de la Commission électorale indépendante (CEI) avant la tenue des prochaines élections municipales et régionales prévues pour le 13 octobre 2018. De même, SEM. Henri Konan Bédié, Président du PDCI-RDA, a fait savoir à SEM. Alassane Ouattara, Président d’honneur du Rassemblement des Républicains, qu’il présentera des candidats pour les élections municipales et régionales sous la bannière du PDCI-RDA ».

 

BLOC-NOTES

  La cérémonie d’ouverture de la huitième session des Universités d’été des droits humains (UEDH) aura lieu le lundi 13 août 2018 à 8h30 à l’hôtel des Conférences Ouind Yidé à Ouagadougou. Cette session réunira 18 participants francophones issus des pays de l’Afrique de l’Ouest sur le thème : « L’engagement des jeunes dans la lutte contre les pratiques traditionnelles néfastes et préjudiciables aux femmes en Afrique de l’Ouest ».

  L’Association Lueur d’espoir pour tous « ALET » procédera à des dons d’arbres dans la commune de Saaba, ce samedi 11 août 2018. La cérémonie se déroulera à 9h à la préfecture de Saaba.

 

Dans le cadre de la célébration de la Journée internationale de la jeunesse, le Conseil national de la jeunesse du Burkina organise des activités, les 11 et 12 août à Ouagadougou, sous le patronage de Sa Majesté le Mogho Naaba Baongo.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+