PRESIDENCE DU PATRONAT BURKINABE : « Si la candidature de Apollinaire Compaoré n’est pas validée, il n’y aura pas d’élection », dixit El Hadj Lassané Ouédraogo

  PRESIDENCE DU PATRONAT BURKINABE  : « Si la candidature de Apollinaire Compaoré n’est pas validée, il n’y aura pas d’élection », dixit El Hadj Lassané Ouédraogo

Le conseil des associations et syndicats du monde de l’économie formelle et informelle du Burkina (CASMEFIB) a tenu une conférence de presse le 11 janvier 2018 à l’hôtel Amiso de Ouagadougou. L’objectif de cette conférence était de donner de la voix relativement à l’élection du président du patronat burkinabè.

 

« Si la candidature de Apollinaire Compaoré n’est pas validée, il n’y aura pas d’élection au patronat. Et encore mieux si ce dernier n’est pas élu à la tête du patronat, nous ne serons pas d’accord avec une élection truquée. Car seul Apollinaire Compaoré, en tant qu’opérateur économique, saura mieux appréhender les problèmes que rencontrent les commerçants et y trouver des solutions ». C’est ce qu’a clamé le président du CASMEFIB, El Hadj Lassané Ouédraogo, lors de la conférence de presse tenue le 11 janvier dernier à Ouagadougou. Selon ce dernier, le monde des affaires va mal dans son système d’organisation et cela est dû d’une part aux responsables de la Chambre de commerce qui, selon lui, veulent s’ingérer aussi dans les affaires du patronat en imposant à la tête de cette institution, le candidat de leur choix. Donc, leur association qui est née il y a de cela 6 mois, ne souhaite pas qu’il y ait affrontement entre les commerçants ; elle demande purement et simplement que le choix soit porté sur Apollinaire Compaoré pour diriger le patronat burkinabè.  « Nous disons non à ce principe et nous attirons l’attention des membres du gouvernement, notamment le président du Faso, Roch Marc Christian Compaoré, pour qu’il y ait la transparence dans cette élection prévue pour le 18 janvier prochain », a-t-il souhaité. De l’avis de l’association, selon toujours son président, les élections qui étaient prévues le 29 décembre dernier, ont été reportées au 18 janvier pour des raisons qu’eux- mêmes ignorent. Donc, ils  uniront leurs voix pour que Apollinaire Compaoré soit porté à la tête du patronat burkinabè. Parce que, a-t-il expliqué, il a une expérience dans le monde du commerce et de la promotion de l’économie tant formelle qu’informelle. Il est aussi, dira-t-il, celui qu’il faut pour le développement du commerce et la relance de l’économie au Burkina. Il faut noter que les deux candidats en course pour la tête du patronat sont Apollinaire Compaoré, Président directeur général de la compagnie de téléphonie mobile TELECEL et Elie Justin Ouédraogo, directeur national de la mine d’or de SEMAFO Burkina.

Valérie TIANHOUN

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+