LE PRESIDENT DU FASO AUX PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP : « Je prends l’engagement d’apporter des solutions à vos préoccupations, à la hauteur de nos moyens »

LE PRESIDENT DU FASO AUX PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP  :   « Je prends l’engagement d’apporter des solutions à vos préoccupations, à la hauteur de nos moyens »

Le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a pris langue avec les personnes vivant avec un handicap. Ce dialogue direct a permis aux personnes en situation de handicap des 13 régions du Burkina Faso, environ un million, de soumettre directement leurs doléances au chef de l’Etat pour examen. Premier du genre, le forum national des personnes vivant avec un handicap a eu lieu le 21 juin 2018 à Ouagadougou.   

 

La cuvette du Palais des sports de Ouaga 2000 a abrité le premier forum national des personnes vivant avec un handicap qui s’est tenu sous le thème : « Autonomisation sociale et économique des personnes handicapées : état des lieux et perspectives ».  Et pour y accéder, il fallait montrer patte blanche. Dans la matinée du 21 juin 2018, la majorité des personnes en situation de handicap, seules ou accompagnées, ont rallié le Palais des sports de Ouaga 2000 pour échanger directement avec le chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré, qui prône « une politique inclusive ». Mais, il y a des personnes handicapées qui étaient sûres qu’elles étaient venues faire de la figuration, puisqu’elles n’auraient pas accès à la salle et ne verraient pas le président du Faso. De ceux-là, fait partie Haoua Sawadogo/Ouédraogo, handicapée moteur. Avec d’autres camarades handicapés moteurs, ils étaient agglutinés devant l’appâtâme donnant sur la porte qui permet aux handicapés moteurs d’avoir accès à la cuvette du Palais des sports, guettant une occasion pour pouvoir avoir accès à  la salle. Et effectivement, une occasion s’est présentée. Une légion de VADS passait juste à côté d’eux. Alors,  dame Sawadogo de s’égosiller : « Venez nous chercher, nous aussi on veut entrer ». Quand nous nous sommes approché d’elle, voilà ce qu’elle nous a dit : «Ils ne sont pas gentils ; ils auraient pu nous transporter afin que nous aussi on ait accès à la salle ».  Comme si elle attendait qu’on lui demande ce qui se passe, elle s’est mise à débiter : « On veut rentrer s’il y a possibilité. Mais on dit que c’est plein. Qu’on ne peut plus entrer et qu’il ne reste que les places en haut, alors que nous on ne peut pas monter ». Pour les prochaines fois, dame Sawadogo a demandé « qu’on fasse monter les malentendants et les aveugles qui occupent la place en bas, afin que les handicapés moteurs puissent avoir accès à la salle». Après cet épisode, notre équipe  a accédé à la salle. Et sa configuration était particulière. La majorité des invités étaient « en bas ». Mais des places en haut étaient aussi occupées. En tout cas, tous étaient bien installés pour recevoir le président du Faso. Aux environs de 10h, le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a fait son entrée dans le Palais des sports, sous des salves d’applaudissements. Les choses sérieuses pouvaient alors commencer. Et c’est le ministre de la Femme, de la solidarité nationale et de la famille, Laurence Ilboudo/Marschal, qui a planté le décor. Elle a fait un résumé des préoccupations que les personnes en situation de handicap ont formulées au cours des fora régionaux et du panel précédemment organisés. Qu’à cela ne tienne, les représentants des personnes en situation de handicap  vivant dans les 13 régions ont tenu à adresser directement leurs préoccupations au Président Roch Marc Christian Kaboré. Tour à tour donc, ils se sont succédé au pupitre pour soumettre des préoccupations relatives à un accès facile à la santé, au logement, aux bourses et au crédit pour pouvoir mener des activités génératrices de revenus. La question de l’application effective de la loi 012 a été à l’ordre du jour, pour permettre aux personnes vivant avec un handicap de bénéficier des avantages qu’elle leur accorde. Par ailleurs, les représentants des personnes en situation de handicap ont estimé que  l’opérationnalisation de la carte d’invalidité leur ouvrira beaucoup de portes et atténuera bon nombre de leurs difficultés. A la fin du chapelet de doléances, le chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré, s’est adressé à ses interlocuteurs : « J’ai écouté avec beaucoup d’attention vos préoccupations qui sont réelles parce que pendant longtemps, on a travaillé à considérer les personnes vivant avec un handicap comme des personnes qui ne peuvent pas contribuer au développement du pays et qui étaient exclues du champ de vision du pays ».  Toute chose qui conduit le président du Faso à « adopter une politique inclusive ». C’est pourquoi il a estimé que « nous devons faire en sorte que personne, dans ce pays, n’ait de complexes pour ce qu’il est et qu’il apporte à son propre niveau la modeste contribution qu’il peut apporter au développement du pays, à son propre épanouissement et à une vie décente et débarrassée de tout complexe ». Tout compte fait, le chef de l’Etat a rassuré les personnes en situation de handicap que « le travail qu’ils ont abattu ne sera pas un travail pour rien », parce que « l’une des  priorités du gouvernement, est de faire en sorte que la loi qui a été adoptée en 2010, trouve une application concrète dans tous les secteurs ». Et il a soutenu qu’il appartient au gouvernement de prendre toutes les dispositions, car la question de la personne vivant avec un handicap est une question transversale, qui touche tous les secteurs de la vie sociale et économique. C’est d’ailleurs  la raison pour laquelle le Président du Faso a instruit les ministres interpellés à donner des informations par rapport à ce qui est fait en faveur de la personne vivant avec un handicap, dans les différents départements ministériels. En guise de réponses aux préoccupations qui concernent les appareils de mobilité et autres préoccupations, le président a affirmé : « Je prends l’engagement, devant vous, de voir avec le ministre de la Femme pour que nous puissions prendre des dispositions pour apporter des solutions à vos préoccupations, à la hauteur de nos moyens ». Durant environs deux heures de temps, le Président s’est entretenu avec les personnes en situation de handicap. Tout compte fait, il a estimé qu’il est  « impératif que suite à ce  premier forum, des dispositions soient prises au niveau du gouvernement pour l’intégration totale du respect de la loi dans tous nos textes et à tous les niveaux ». Pour lui, il faut que tout soit cohérent pour que les personnes en situation de handicap puissent bénéficier de cartes d’invalidité et bénéficier également de la gratuité des soins, du matériel de mobilité, selon les textes. Pour ce qui est de la pérennité du forum, le chef de l’Etat a proposé que le forum national  pour les personnes handicapées puisse se tenir tous les deux ans, pour faire le point des mesures et des décisions prises. C’est sur cette proposition que les deux parties se sont quittées. La satisfaction se lisait sur le visage des participants. «Le président a pris l’engagement de mettre en application la loi votée en notre faveur. Je suis très satisfaite ». Mais il y a un petit bémol, parce que Zénabou Sawadogo  a souhaité que « la prochaine fois, leurs fauteuils ne soient pas loin d’eux parce que c’est difficile de contenir les urines pendant plus de deux heures ». Par ailleurs, une cagnotte de 18 450 000 F CFA a été distribuée à une dizaine d’association de personnes en situation de handicap.

 

Françoise DEMBELE

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+