A la uneLa chronique du fou

PRESIDENTIELLE 2020

 Privilégier l’intérêt du peuple

En fin de semaine écoulée, Kadré désiré Ouédraogo (KDO), après plusieurs mois de silence, a fini par répondre favorablement à l’appel de ses militants et sympathisants qui lui demandaient de se porter candidat en 2020. C’était plus précisément le 16 février dernier à Bobo-Dioulasso. KDO a donc tombé le masque. Il tentera de défier le président Roch Marc Christian Kaboré, un homme qu’il connaît très bien, étant donné que tous  les deux sont des produits de Blaise Compaoré. Moi, je ne m’hasarderai pas à épiloguer sur les chances de KDO. Non, c’est d’ailleurs son droit de se porter candidat. Et tout le mal que je puisse lui souhaiter, c’est qu’il voie la réalisation de ses rêves. Je formule les mêmes vœux à tous les candidats déclarés ou non à la présidentielle de 2020. Moi, je n’ai qu’un seul souci : ramener la paix au Burkina Faso. Pour cela, j’en appelle à la responsabilité de tous. Je suis contre le discours anti-fraternel sur fond de stigmatisation et de  haine. Je le dis parce que le contexte ne n’y prête pas. Si bien qu’il faut éviter d’en rajouter à la situation, avec des sorties fracassantes. Cela dit, je reviens à la candidature de KDO pour dire que je fais le constat qu’elle ne fait pas l’unanimité au sein du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), ex-parti au pouvoir. Pour quelle raison ? Je n’en sais rien. Je constate seulement qu’il y a des cadres supérieurs de ce parti qui sont derrière le natif de Kaya pendant que d’autres font bloc derrière Eddie Komboïgo, celui-là que d’aucuns présentent comme un jeune loup aux dents longues et acérées. Dans ces conditions, j’ai bien peur que le parti ne vole en éclats alors même qu’il avait la chance de reconquérir le pouvoir d’Etat s’il était uni. Et c’est peu de dire que cette situation arrange le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) qui, certainement, est en train de se frotter les mains. C’est de bonne guerre. En politique, seule la fin justifie les moyens  et moi, je ne fais qu’observer.

Je souhaite que l’on sorte du système partisan

Quand l’heure vient de dire mes vérités, je le dis sans porter de gants. En tout cas, je dis et je répète que le CDP est en train de compromettre ses chances. Car j’ai entendu KDO dire qu’il ira à la présidentielle en indépendant. Là aussi, c’est son droit le plus absolu dans la mesure où il sait que le CDP n’acceptera pas de porter sa candidature quoique certains cadres, et non des moindres, le soutiennent. Mais en allant en indépendant, je me demande s’il n’amenuise pas ses chances. Mais que sais-je ? Il a peut-être ses raisons. Cela dit, je profite de l’occasion pour exprimer une doléance. Autant les candidatures indépendants sont autorisées à la présidentielle, autant elles devraient l’être aux législatives et aux municipales. Cela s’impose d’autant plus que le scrutin de listes en vigueur a montré ses limites ; en témoigne la cacophonie que l’on constate dans certaines mairies. Pour moi, les populations doivent savoir sur qui porter leur choix. Or, telles que les choses se passent, on a l’impression que quand elles élisent un parti, celui-ci leur impose celui qu’il veut et dont le crane pourrait ne pas plaire pour des raisons parfois objectives. Voyez-vous ? Je souhaite que l’on sorte du système partisan. En tout cas, moi, je me porterai candidat aux législatives de 2020. Et je sais que je frapperai fort là ou certains grands partis laisseront des plumes. Que croyez-vous ? Je suis fou mais politiquement, beaucoup ne voient pas ma poussière.

« Le Fou »

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer