Echos des provinces

PROBLEMES DE PARCELLES A KOUDOUGOU:L’exécutif communal veut mettre un holà

S’il y a un sujet qui défraie la chronique dans la cité du Cavalier rouge, c’est bien celui des litiges fonciers. En effet, il ne se passe plus un seul jour sans qu’un propriétaire ne vienne se plaindre ou qu’un bénéficiaire se plaigne qu’on lui interdit de construire sur sa parcelle achetée ou attribuée. Le hic est qu’il a été constaté que beaucoup de terrains ont été vendus de façon illégale.   Face à cette situation et afin de préserver la cohésion sociale entre les habitants, le conseil municipal, avec à sa tête le maire Jérôme Zoma, a décidé de prendre le problème à bras-le-corps. Une commission a été mise en place pour la circonstance et dans le but de résoudre le problème par catégorie, elle a recensé d’abord 67 propriétaires terriens plaignants. Le jeudi 28 août 2014, le Conseil municipal a échangé avec ces derniers qui n’ont pas marchandé leur présence.

Double attribution, procès-verbaux non signés, propriétaires terriens non attributaires, terrains sans bornes, occupation illégale, investissement sur la parcelle d’autrui, propriétaires terriens non satisfaits. Voilà, entre autres, les plaintes enregistrées par la commission de réflexion et de propositions auxquelles les autorités communales veulent trouver des solutions. A cet effet, une commission ad hoc a été mise en place afin de résoudre de façon définitive les questions liées aux problèmes de terrains dans la cité du Cavalier rouge. Mieux, le Conseil municipal, dirigé par le maire Jérôme Zoma, n’a cessé d’entreprendre des initiatives, notamment l’organisation de conférence de presse, la diffusion de sketchs sur les radios locales et l’animation d’une émission en direct sur les radios locales, le dimanche 11 août 2014, dans le souci d’expliquer les objectifs de cette mission périlleuse aux populations. Toujours dans la même dynamique, le maire a échangé, le 28 août dernier, avec les prioritaires terriens qui ont saisi l’occasion pour exprimer leurs préoccupations et leurs attentes. Au cours des échanges, ce sont trois groupes de plaignants qui ont été dégagés. Il s’agit de ceux qui ont été attributaires et qui demandent un surplus pour satisfaire tous les membres de leur famille, ceux dont les champs ont été déclarés zone de réserve et ceux qui disent n’avoir obtenu aucune parcelle. Dans ce dernier groupe, figure M’bi Théophile, domicilié au secteur 5 de Koudougou. « Moi, je n’ai rien reçu et je ne sais pas pourquoi. Pourtant, des gens viennent construire », a-t-il martelé. Contrairement à lui, certains propriétaires mécontents refusent que des gens viennent construire dans leurs champs.

Une session extraordinaire prévue aujourd’hui

C’est le cas de Maxime Yaméogo, animateur sur une radio de la place. « Nous avons refusé que des gens construisent tant que nous serons insatisfaits. Car dans notre champ, 24 parcelles ont été dégagées plus une réserve. Sur les 24 parcelles, nous n’avons reçu que six. Quant à la réserve, on nous a promis le dédommagement mais jusqu’à présent, rien n’est fait », a-t-il relaté. Autant de déclarations et de révélations qui ont été faites lors des échanges. L’initiateur de la rencontre, Jérôme Zoma, s’est réjoui de la mobilisation des plaignants ainsi que leur franc-parler. Selon lui, il fallait une telle rencontre dans le cadre du processus de résolution des problèmes liés aux parcelles. « La rencontre a été très riche dans le cadre de notre processus de solutionnement des problèmes de terrains dans la commune de Koudougou », a-t-il confié. Ayant exprimé la volonté du conseil de voir toutes les difficultés aplanies, l’édile a tout simplement invité la population à avoir confiance à l’exécutif communal, surtout qu’il (l’exécutif) a reçu les encouragements du chef du gouvernement. «Notre travail a été salué par le Premier ministre », a-t-il fait savoir aux participants pour signifier la noblesse de l’action qu’il mène. Pour sa part, il a promis de faire le point du processus aux conseillers municipaux lors d’une session extraordinaire prévue aujourd’hui 18 septembre 2014, afin de décider de la suite à donner à cette affaire qui n’a que trop duré. Pour rappel, c’est en 1925 que la ville de Koudougou dans le Centre-Ouest a connu son premier lotissement. Depuis lors, tous les conseils municipaux qui se sont   succédé ont chacun fait au moins un lotissement.

Modeste BATIONO

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer