PROMESSES EN FAVEUR DES FEMMES PENDANT LA CAMPAGNE PRESIDENTIELLE : Le CCNOSC pour leur traduction en réalité

PROMESSES EN FAVEUR DES FEMMES PENDANT LA CAMPAGNE PRESIDENTIELLE : Le CCNOSC pour leur traduction en réalité

« Quel engagement des femmes pour une autonomisation financière dans un Burkina sans terrorisme ? » Tel est le thème sous lequel les femmes de la sous-section du Cadre de concertation nationale des organisations de la société civile (CCNOSC) de l’arrondissement 7 de Ouagadougou  placent leurs activités dont le lancement officiel a eu lieu le 16 septembre dernier à la place rondpoint de la Transition par Safiatou Lopez/Zongo, présidente du CCNOSC. La cérémonie a connu la présence des représentants du M21, de L’ADP, de la coalition des étudiants et des autorités coutumières de ladite localité.

Avant l’entame de son discours, Safiatou Lopez a tenu à faire observer une minute de silence en la mémoire des victimes  de l’attaque du Café Resto Aziz Istanbul et aux victimes de la résistance au putsch du 16 septembre 2015. Le CCNOSC, a-t-elle souligné, vient en soutien aux femmes et en particulier à ces braves femmes de l’arrondissement 7 qui ne ménagent aucun effort pour atteindre une autonomie financière et contribuer à la construction de la Nation burkinabè. Cette activité, a-t-elle dit, comble un idéal cher au CCNOSC, celui de voir un Burkina meilleur, prospère et  stable dans un contexte de terrorisme. Aucun développement  ne peut se faire sans la femme ; c’est pourquoi, elle interpelle les autorités administratives et particulièrement le ministère de la Promotion de la femme à sortir de leurs bureaux pour toucher du doigt les réalités que vivent nos femmes tant en milieu urbain qu’en milieu rural. Elle a ajouté qu’il est temps que les promesses faites aux femmes lors des campagnes par le président Roch Marc Christian Kaboré soient une réalité, car son élection a suscité un espoir chez les femmes. Selon elle, l’avènement du MPP au pouvoir n’a pas changé grand-chose dans les méthodes de travail malgré le lourd tribut que ce peuple a payé ces deux dernières années. A son avis, ce sont les mêmes pratiques de gouvernance basées sur la patrimonialisation du pouvoir que ces leaders ont dénoncées au CDP. Ils sont les premiers à critiquer les autres et se rétractent lorsque des critiques leur sont adressées. Et de poursuivre que certains vont même jusqu’à dire aux jeunes du CCNOSC, qu’ils n’auront pas de travail au Burkina tant qu’ils seront aux côtés de sa présidente d’honneur. « C’est dire donc que le parti au pouvoir n’a pas retenu grand-chose de notre histoire récente. Ainsi, ils recrutent des jeunes désœuvrés et affamés pour vilipender toute personne qui critique la gestion de ce pouvoir. Cependant, sans critique, pas de progrès. Et le CCNOSC ne baissera pas la garde ni la veille citoyenne. Le CCNOSC dénoncera toutes les dérives liées à la gestion du pouvoir, car c’est un patrimoine commun et sa bonne gestion nous incombe tous. Nous n’avons rien contre le pouvoir, nous voudrions seulement que les aspirations du peuple soient prises en compte, en pensant aux femmes. Que certains du parti au pouvoir taisent leur régionalisme pour un Faso uni et indivisible, car nous sommes tous fils et filles de ce pays. Que chacun de nous travaille à la cohésion  et évite de poser des actes qui mettent le pays en péril », a-t-elle soutenu.  Safiatou Lopez a invité par ailleurs tous les Burkinabè à s’unir pour lutter contre le terrorisme à travers une franche collaboration avec les Forces de défense et de sécurité, car il clair que la terreur semée par les terroristes sape nos efforts de développement. Pour elle, sans la paix, aucune activité rémunératrice ne peut être menée, encore moins un projet d’autonomisation ou d’octroi de micro-crédits. Dans cet élan d’octroi de micro-crédits, le CCNOSC, selon Mme Lopez, a offert un moulin d’une valeur de plus de 2 millions de  F CFA, y compris les frais d’installation, aux femmes de l’arrondissement 7. La présidente des femmes de l’arrondissement 7, Aminata Sawadogo a, pour sa part, soutenu que Mme Lopez leur a offert des crédits de plus de 50 millions de F CFA. Grâce à Lopez, aucune femme ne balaie encore la rue pour collecter du sable à vendre. Elle a tenu à la remercier et à l’encourager. Au total, 100 millions de F CFA ont été prêtés aux femmes dans différentes localités. Signalons que tour à tour, les différents responsables des couches sociales (femmes, jeunes et vieux, chefs coutumiers de la localité) se sont prononcés pour marquer l’importance de la cérémonie. L’artiste Jean Joé qui n’est plus à présenter était de la partie.

 

Pascal TIENDREBEOGO (Correspondant)

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+