A la uneOmbre et lumière

PROMOTION DE L’EXCELLENCE A L’ECOLE

103  cracks récompensés 

La 4e édition de la journée de l’excellence scolaire s’est tenue sous la présidence du chef de l’Etat, Roch Kaboré, dans la salle polyvalente du palais de Kosyam, le 5 septembre 2020. 103 au total, ces  cracks  qui se sont distingués lors des examens scolaires 2020, sont issus du primaire, du post-primaire et du secondaire. Cette journée vise à magnifier l’excellence scolaire, à encourager les élèves méritants et à instaurer une saine émulation afin d’améliorer les performances des apprenants.

 

Ils se sont brillamment distingués aux examens scolaires 2020 et ce, pour le Certificat d’études primaires (CEP), le  Brevet d’études du premier cycle (BEPC), le Certificat d’aptitude professionnelle (CAP), le Brevet d’études professionnelles (BEP) et les différents baccalauréats (général, technologique, professionnel). 103 au total, ces lauréats de la cuvée 2020 de la journée de l’excellence, puisque c’est d’eux qu’il s’agit, ont été distingués par la Nation burkinabè à travers le chef de l’Etat, Roch Kaboré, et toute la communauté éducative, le 5 septembre dernier. Cette journée qui était placée sous le thème : « L’excellence scolaire pour un système éducatif plus résilient et plus performant dans un contexte de crise sécuritaire et sociale », avait pour objectif, selon le ministère de l’Education, de promouvoir et de célébrer l’excellence à travers un cadre d’échanges entre les autorités et les lauréats. Ces élèves, sélectionnés sur la base de critères préétablis, ont tous reçu leurs prix des mains du président du Faso ainsi que des conseils de la communauté éducative. « Il sont 103 lauréats contre 73 en 2019 avec malheureusement seulement 23 filles », a fait savoir Minata Ouédraogo, présidente du comité d’organisation. Ces lauréats, sous le regard de parents, d’amis, de chefs d’établissements et d’invités, sont repartis avec des prix composés d’attestations, de kits pédagogiques, de tablettes, d’ordinateurs portables, de bourses d’études et de numéraires. Parmi ses lauréats portés aujourd’hui en triomphe, il y en a qui sortent la tête du lot grâce à leurs performances en ce qui concerne l’enseignement général. En effet, pour  le CEP, la palme d’or revient à Ghislain Bonkoungou de l’école Dapoya B  de Koudougou, avec une moyenne de 9,64/10. Quant au BEPC, Yaméogo Appolinaire du Prytanée militaire de Kadiogo, avec une moyenne de 19,33/20, s’en sort avec le rang de premier. Et pour boucler la boucle avec ceux du baccalauréat, c’est Bassam Boni Gado du Prytanée militaire de Kadiogo et son suivant direct, premier ex- æquo, Marcel Poussi, tous de cette même école, qui s’arrachent la première place en Série C avec une moyenne 17,04/20. Pour la série A4, Bernard Adama Cissé obtient la moyenne de 17,70/20. La  série D enregistre une fille comme première, Pierrette Gampiné, avec une moyenne de 18,38/20. Elle vient du collège privé Horizon international. Des critères établis ont prévalus au choix de ces derniers et l’ensemble des lauréats pour l’enseignement général ainsi que ceux de l’enseignement technique et professionnel. Pour le CEP, il fallait être parmi les 10 meilleurs au niveau national et avoir 13 ans au maximum au 31 décembre de l’année en cours. En ce qui concerne le BEPC, le lauréat devait être admis au premier tour, être parmi les 10 meilleurs au plan national, avoir une moyenne de 16/20 et être âgé de 18 ans. Quant au Bac, l’élève primé est parmi les 5 meilleurs de sa série avec au moins une moyenne de 14/20 et âgé de 21 ans. Pour ces élèves primés, ce fut un soulagement lorsque le gouvernement annonça la reprise des cours. Car, ils se posaient beaucoup de questions. Ils ont donc «  salué la détermination du chef de l’Etat qui a su prendre les bonnes décisions pour sauver leur année scolaire ». Cette reconnaissance des lauréats a été faite à travers leur représentant, Marcel Poussi du Prytanée militaire de Kadiogo.

 

         « Ces élèves primés aujourd’hui, ont fait leurs cursus scolaire ici au Burkina »

 

Cheville ouvrière de cette journée de l’excellence, le ministre de l’Education, Stanislas Ouaro, pense qu’il y a des motifs de satisfaction au vu de résultats, malgré le contexte du Covid-19 dans lequel se sont déroulés ces examens. « On nous fait savoir qu’on a un mauvais système éducatif. Cette journée d’excellence initiée depuis 4 ans maintenant, prouve bien le contraire. Car, ces élèves primés aujourd’hui, ont fait leurs cursus scolaire ici au Burkina et ont été suivis par des enseignants de chez nous. Cela prouve que si les élèves, les enseignants et les parents jouent, tous, leurs rôles, on peut aboutir à des résultats scolaires de qualité », a justifié le MENA. Il poursuit en indiquant ceci : « Il est bon que parmi eux, certains puissent s’exprimer à l’extérieur pour apporter les connaissances extérieures dans notre pays. Mais il n’est pas bon que tous ces élèves sortent du pays, car on a besoin qu’ils soient chez eux pour participer à améliorer la qualité du système éducatif en tirant les autres vers le haut ». Pour avoir accordé une importance à l’éducation inclusive, le MENA, à travers la distinction des élèves vivants avec un handicap avec des prix spéciaux, veut faire sienne cette volonté politique du chef de l’Etat. Pour cette session des examens 2020, deux types de handicaps ont été retenus : les handicaps auditifs et les handicaps visuels.

 

Boureima KINDO

 

 

 

 

 

 Le chef de l’Etat s’est exprimé à l’issue de la cérémonie

 

« Je remercie sincèrement les partenaires sociaux qui, malgré nos divergences, ont fait primer l’intérêt de la Nation. Je les encourage à travailler dans ce sens »

 

« Je félicite toute la chaîne de l’Education pour tous les efforts qui ont été  déployés afin de sauver cette année scolaire. Le contexte est difficile avec l’insécurité et la pandémie du Covid-19. C’est dans l’abnégation et le patriotisme que l’ensemble des enseignants, de l’administration et des parents ont travaillé pour que nous ayons cette réussite. Lorsque le gouvernement avait décidé de reprendre les cours, ç’a créé une polémique. Laquelle polémique concernait les conséquences de cette maladie sur les enfants. Et parfois, on évoquait l’inconscience du gouvernement qui, malgré cette pandémie, tenait coûte que coûte qu’on achève l’année scolaire. Je souhaite féliciter aussi tous ces enfants, ces étoiles qui sont l’espoir de demain. Nous avons décidé d’investir dans le capital humain. Ce capital humain du Burkina se construit et se forme aujourd’hui. Quand nous regardons les moyennes, nous pouvons dire que nous sommes fiers de cette pépinière d’intellectuels. Mais dans la réalité, l’excellence n’est pas un but en soi, c’est plutôt une motivation qui doit permettre à nos jeunes de continuer à travailler dans l’excellence. Il faut qu’ils continuent à performer et nous les y encourageons. C’est donc pour cela que nous avons organisé cette cérémonie pour qu’ils prennent conscience qu’ils ont un rôle à jouer aujourd’hui et demain. Je remercie sincèrement les partenaires sociaux qui, malgré nos divergences, ont fait primer l’intérêt de la Nation. Je les encourage à travailler dans ce sens. Nous devons tous rechercher l’intérêt du Burkina Faso ».

Propos recueillis par BK

 

Pierrette Gampiné, première en série D avec 18,38/20 du collège privé Horizon international

 

« En termes de perspectives, je souhaite faire l’architecture »

 

« Très heureuse d’avoir été primée parce que mes parents, mon école, mes encadreurs sont fiers de moi. J’ai travaillé dur, du mieux que je pouvais, malgré le contexte scolaire qui  a été marqué par le Covid-19. J’ai continué à travailler et ce sans lâcher prise. En termes de perspectives, je souhaite faire l’architecture.»

 

Ghislain Bonkoungou 1er jumeau, premier au CEP avec 9,64/10

 

« Je vais revenir ici (à Kossyam) avec le BEPC pour montrer que je suis un crack »

 

« C’est mon travail scolaire, mon amour du travail et ma volonté de venir cette année à Kosyam, qui m’ont valu cette distinction. J’ai rêvé être parmi ces élèves lauréats de l’année 2020 et j’y suis. Mais pour y arriver, j’ai bien appris mes leçons. Et je vais revenir ici (à Kosyam)  avec le BEPC pour montrer que je suis un crack. Pour montrer que je suis fort et que je resterai toujours fort. Les éditions  passées m’ont inspiré et j’espère que cette édition inspirera d’autres camarades afin qu’ils nous surpassent l’année prochaine. »

 

Mme Bonkoungou, encadreur  au niveau de la Direction provinciale Centre-Ouest,  chargé de l’éducation inclusive. Elle est la mère des jumeaux : Ghislain Bonkoungou 1er jumeau et Ghislaine Bonkoungou 2e jumelle

 

« Pour la suite, ils le savent déjà. Car leur grand frère faisait partie des lauréats de la cuvée  2018. Il est aujourd’hui au lycée scientifique et il est brillant »

 

« Je remercie Dieu d’avoir eu des enfants qui se donnent aux études. Car, c’est l’Esprit Saint qui inspire. Et nous, en tant que parents, on ne fait qu’accompagner. Cet accompagnement n’a pas été facile, avec l’arrêt des cours dû au Covid-19. Je salue donc le dévouement des enseignants qui ont donné des exercices aux enfants malgré qu’ils fussent à la maison. Et comme on s’y connaît, j’ai pu les assister. Il n’y a pas eu de repos car, on a respecté un emploi du temps comme si nous étions en classe. Mais ils étaient souvent envahis par la peur jusqu’à verser des larmes avec les programmations annulées de la reprise des classes. C’était vraiment difficile pour eux. Pour la suite, ils le savent déjà. Car, leur grand frère faisait partie des lauréats de la cuvée  2018. Il est aujourd’hui au lycée scientifique et il est brillant. Ce sont les aînés qui les inspirent. Nous cherchons actuellement une école où il y aura la discipline. Je suis vraiment une mère comblée. »

 

Propos recueillis par BK

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer