Ombre et lumière

RENCONTRE UNAPOL – PM

« Nous allons tenir compte de l’intérêt des populations », Armiyao Zongo

Le Premier ministre, Christophe Dabiré, a reçu l’Union police nationale (UNAPOL) dans l’après-midi du 3 février 2020, à Ouagadougou. Cette audience fait suite à la grève illimitée annoncée à partir du 4 février 2020 par l’UNAPOL pour exiger du gouvernement une amélioration des conditions de vie et de travail des policiers. Au terme de 3 heures d’échanges, le gouvernement et le syndicat des policiers, à travers leurs représentants, ont dit avoir abordé les différents problèmes avec une compréhension mutuelle.

« Nous allons tenir compte de l’intérêt des populations ». C’est ce qu’a affirmé Armiyao Zongo, le représentant du syndicat des policiers, au sortir des échanges avec le gouvernement dans l’après-midi du 3 février 2020, à Ouagadougou. Selon Armiyao Zongo, les échanges avec le gouvernement ont été fructueux dans le sens de l’intérêt des populations. Les préoccupations soulevées ont été reconnues justes. « Le gouvernement nous a fait savoir que certaines de nos préoccupations peuvent être résolues dans un bref délai. D’autres par contre, doivent attendre à long terme », a affirmé le représentant du syndicat des policiers.

« Une décision dans le sens de l’intérêt supérieur de la Nation »

Il a soutenu que beaucoup de points de leur plateforme revendicative étaient toujours en souffrance, mais ils ont été rassurés par le Premier ministre que le dossier concernant les indemnisations des familles des victimes et celui de l’armement sont déjà sur la table du Conseil des ministres pour examen. « Nous avons pris note de ce qui a été dit lors de nos échanges, mais nous nous concerterons pour prendre une décision allant dans le sens de l’intérêt supérieur de la Nation », a indiqué Armiyao Zongo. Le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Rémis Fulgance Dandjinou, a salué la disponibilité et l’écoute du syndicat. Selon lui, au cours de la rencontre, les propos ont été courtois et les argumentaires bien développés par le syndicat. Ce qui a permis au gouvernement d’apporter un certain nombre de réponses. Il a indiqué que la majeure partie des préoccupations soulevées est déjà inscrite dans un processus de résolution en cours. « Il y a des dossiers sur lesquels nous avons commencé à travailler et nous avons demandé au syndicat de laisser le temps au gouvernement de les finaliser, pour la satisfaction de leurs intérêts, mais aussi ceux des populations », a affirmé le ministre Dandjinou. Pour ce dernier, ce sont des questions d’ordre communicationnel qui ont entraîné cette situation. « Nous sommes dans l’attente de la réponse du syndicat. Nous osons croire que son sens du devoir nous permettra de ne pas avoir une crise à répétition le 4 févier 2020 », a conclu le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement.

Kiswendsida Fidèle KONSIAMBO

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer