RENTREE POLITIQUE DE L’ADF-RDA : « Le Burkina Faso est en panne », dixit Me Gilbert Noël Ouédraogo

RENTREE POLITIQUE DE L’ADF-RDA  : « Le Burkina Faso est en panne », dixit Me Gilbert Noël Ouédraogo

 

L’Alliance pour la démocratie et la fédération-Rassemblement démocratique africain (ADF-RDA) a effectué sa rentrée politique les 5 et 6 octobre 2018 à Ouahigouya. C’est la salle de spectacle Mamadou Ouédraogo qui a accueilli les militants venus des 45 provinces du Burkina, les chefs et les représentants de partis politiques, des députés du parti, des délégations venues de l’extérieur, des autorités coutumières et religieuses et une population fortement mobilisée. La cérémonie de clôture des échanges est intervenue le samedi 6 octobre, en présence du président du parti, Me Gilbert Noël Ouédraogo.

Le Burkina Faso est confronté de nos jours à une série d’attaques meurtrières du fait du terrorisme, emportant pour la plupart des agents de nos Forces de défense et de sécurité dans l’exercice de leurs fonctions. Ces attaques viennent grossir le rang des veuves et des orphelins. C’est face à ce défi à relever que l’ADF-RDA a mené la réflexion à l’occasion de sa rentrée politique autour du thème : « Quelles réponses face aux défis sécuritaires au Burkina Faso ? ». Ce thème manifeste l’amour pour le Burkina Faso et témoigne de l’engagement à œuvrer avec tous les hommes de bonne volonté afin de trouver des solutions idoines, globales et définitives aux questions sécuritaires qui se posent à notre pays et à son peuple, a laissé entendre le président du parti, pour justifier le choix du thème.
La cérémonie de clôture a été marquée par le seul discours de Me Gilbert Noël Ouédraogo, précédé de la lecture du rapport de synthèse des travaux. En effet, dans ce rapport de synthèse, quelques recommandations ont été formulées à l’endroit des décideurs, de la société civile et des organisations internationales. Il s’agit, entre autres, de l’élaboration d’une stratégie nationale de lutte antiterroriste, de la mise en place d’un dispositif sécuritaire à même d’apporter les réponses les plus appropriées en cas de menaces, de la réduction des effectifs des contingents intervenant sur divers fronts dans le cadre de missions de maintien de la paix, de la réorientation des priorités en matière de dépense publique en vue de réaffecter des ressources aux FDS pour leur équipement.
Dans son discours de clôture, le président du parti de l’Eléphant a indiqué que le Burkina Faso est en panne et pour preuves : les morts se multiplient, la peur gagne les populations et les activités économiques sont au ralenti. Il interpelle le président du Faso, garant de la sécurité des citoyens et de l’intégrité territoriale, à prendre toutes les mesures pour que le Burkina retrouve sa quiétude d’antan. Pour ce faire, une prise de responsabilité de nos dirigeants, la formation et l’équipement adéquat de nos Forces de défense et de sécurité, seront un atout. Parlant d’équipements, le président du parti a indiqué qu’il est urgent de doter nos FDS d’engins blindés, de véhicules dotés de dispositifs pouvant détecter les mines. Au lieu de passer le temps à la réaction, le Burkina Faso gagnerait à faire de l’anticipation et de la prévision. Pour y parvenir, le service des renseignements doit être renforcé. « La presse est invitée à apporter de meilleures informations et une sensibilisation et à ne pas véhiculer certaines informations qui mettent à mal la cohésion des forces ou l’unité nationale », a martelé Me Noël Ouédraogo.  Par-dessus tout, l’ADF-RDA invite tous les Burkinabè à une véritable union sacrée pour faire face à ce fléau plutôt que d’indexer des boucs émissaires sans preuves. Cette rentrée politique marque le début d’une série d’activités qui conduiront le parti à son congrès ordinaire en 2019 et une tournée nationale de sensibilisation et d’information des militants du parti la réorganisation des structures.

Mahamoudou ZONGO

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+