RETOUR SUR LES DEUXIEMES JOURNEES PARLEMENTAIRES DU CDP Sur les terres du père fondateur du parti

RETOUR SUR LES DEUXIEMES JOURNEES PARLEMENTAIRES DU CDP  Sur les terres du père fondateur du parti

 

Du 21 au 23 septembre 2017 se sont tenues à Ziniaré, chef-lieu de la province de l’Oubritenga, les deuxièmes journées parlementaires du Groupe parlementaire du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP). La cérémonie d’ouverture qui a eu lieu le 22 septembre au CICO de Ziniaré, a été présidée par le président dudit Groupe parlementaire, Alfred Sanou, en présence des représentants des groupes parlementaires du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), Burkindlim et Paix, justice et réconciliation nationale (PJRN), et bien évidemment des militants du CDP.
Cette journée a été consacrée non seulement à la visite aux autorités administratives, religieuses et coutumières de Ziniaré, mais également à des entretiens sur le budget-programme, l’adoption du rapport et l’entretien avec le président par intérim du CDP, Achille Tapsoba.

« Quelle contribution du groupe parlementaire CDP dans la lutte actuelle contre le fondamentalisme islamiste et le terrorisme violent ? » C’est sous ce thème que se sont déroulées les deuxièmes journées parlementaires 2017 du CDP à Ziniaré. Pour le président du groupe parlementaire CDP, Alfred Sanou, à travers ce thème, les députés dudit groupe entendent mener une réflexion sérieuse et profonde sur un phénomène nouveau que connaît le Burkina Faso et qui entrave gravement la marche du peuple vers le progrès et le développement. A l’écouter, la réalité a rattrapé le Burkina Faso aujourd’hui, car il y a quelques années, le terrorisme se passait loin des frontières de ce pays. Le thème des présentes journées permettra d’ouvrir un débat public sur la question, a-t-il précisé. Après avoir défini le fondamentalisme et le terrorisme, il a énuméré quelques attaques qui se sont produites ces dernières années et qui ont endeuillé l’Afrique de l’Ouest, avant d’ajouter que la lutte contre le terrorisme dans tous ses aspects, requiert la conjugaison des efforts de toutes les couches sociales. A ses dires, le groupe parlementaire CDP est soulagé de savoir, à la lumière des entretiens avec les différentes confessions religieuses de Ziniaré, que le terrorisme est rejeté par toutes les saintes écritures des religions présentes au Burkina Faso. Pour Alfred Sanou, ceux qui utilisent le terrorisme pour aboutir à leurs fins ont d’autres objectifs que ceux religieux et ces journées parlementaires devront permettre à tous de comprendre le phénomène et de formuler des recommandations pour l’enrayer. Il a fait un tour d’horizon de la paix dans le monde en évoquant les menaces de guerre nucléaire ainsi que la limitation du nombre de mandats présidentiels qui met le Togo en ébullition. Il a fait observer une minute de silence à la mémoire du défunt président de l’Assemblée nationale, Salifou Diallo, et a profité de l’occasion pour présenter les chaleureuses félicitations du Groupe parlementaire CDP au nouveau président du parlement, Alassane Bala Sakandé.
Quant au Secrétaire général provincial du CDP de l’Oubritenga, Désiré Béyi, il a traduit toute sa joie de prendre la parole au nom de la section provinciale du CDP de l’Oubritenga pour souhaiter la bienvenue à tous les militants sur la terre libre d’Oubri et de celle du père fondateur du parti, Blaise Compaoré. A ses dires, le CDP se porte bien et les résultats des dernières élections en attestent. Il a précisé que dans l’Oubritenga, le CDP a la gestion de 4 communes sur 7. Il a 1 député sur 2 et pour lui, cela démontre l’engagement de tous les militants, leur attachement au parti et au président Blaise Compaoré, malgré le contexte très difficile. Pour Désiré Béyi, la vitalité du parti s’est exprimée également à travers la mise en place des différentes structures géographiques de manière consensuelle, en vue de remporter plus de victoires aux prochaines consultations électorales. A l’entendre, le CDP a de bons rapports avec les autres partis. Il a terminé en appréciant à sa juste valeur, le thème retenu pour ces journées parlementaires.
Les représentants des groupes parlementaires MPP, PJRN et Burkindlim ont tour à tour pris la parole à la cérémonie d’ouverture. Ils ont tous reconnu la pertinence du thème qui porte sur le terrorisme. Pour eux, les remèdes à cette problématique doivent être holistiques, prenant en compte l’ensemble des institutions du pays. Ils ont également souhaité que les résultats des travaux puissent déboucher sur des recommandations et des orientations pertinentes.

Jean-Pierre OUEDRAOGO
(Correspondant)

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+