REVELATIONS :

REVELATIONS :

CSC : quand le vice-président suspend Nathalie Somé

 Selon nos informations, Désiré Comboïgo, vice-président assurant l’intérim de la présidence du Conseil supérieur de la communication, a suspendu Nathalie Somé. La décision a été transmise à l’intéressée par voie d’huissier. En rappel, le Secrétaire général a été également suspendu. Quant au directeur de la Communication et selon une note publiée par le vice-président, il a été remis à son ministère d’origine pour emploi.

 Djibo : le poste de contrôle du commissariat central de Police attaqué

 Le poste de contrôle du Commissariat central de police de Djibo, situé à quelques encablures de la ville, a été attaqué, hier 18 avril 2018 dans la journée, par des individus armés. D’après nos informations, les policiers ont réussi à repousser les assaillants. Côté bilan, on ne déplore aucune victime.

 Enlèvement d’un enseignant à Bouro : le groupe Etat islamique dans le grand Sahara revendique

 Le groupe Etat islamique dans le grand Sahara (EIGS) a revendiqué l’enlèvement de Issouf Souabo, un maître d'école à Bouro, dans le Soum. Cet enseignant de l’école primaire de Bouro, dans la commune de Nassoumbou, avait été kidnappé le 12 avril par des individus armés. « Nous revendiquons l’enlèvement, le 12 avril, d’un maître d’école qui parlait français aux élèves », a déclaré « Hammar », nom de l’un des porte-parole de l’EIGS. « Tous ceux qui enseignent en français » seront « combattus », a-t-il continué. Il a également revendiqué, au nom de l’EIGS, l’assassinat, dimanche, du maire de Koutougou, accusé de « collaborer » avec le gouvernement burkinabè. « Les moudjahidines ont tué Hamidou Koundaba, qui travaille contre nous avec l’armée du Burkina Faso, pour les croisés », a déclaré « Hammar » dont les propos ont été rapportés par Jeune Afrique. Selon nos confrères, le groupe EIGS qui est basé à la frontière entre le Mali et le Burkina Faso, a aussi revendiqué l’assassinat du maire d’une commune dans le Soum. Et JA de préciser : « L’EIGS est dirigé par Abou Walid al-Sahraoui, un transfuge d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), qui a aussi co-dirigé le Mouvement pour l’unicité du djihad en Afrique de l’Ouest (Mujao), un groupe islamiste malien. Selon nos sources, l’EIGS et le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM) de Iyad Ag Ghaly – qui a notamment revendiqué l’attaque meurtrière à Ouagadougou, vendredi 2 mars – sont en voie de rapprochement. Les deux chefs jihadistes se seraient notamment rencontrés début décembre dans la région de Kidal. Leur alliance serait surtout effective dans la zone dite des trois frontières (Mali-Burkina-Niger), où sévit Sahraoui et où la force conjointe du G5 Sahel compte se déployer ».

 

L’enseignant Issouf Souabo « ne mérite ni l’oubli, ni l’abandon », selon l’UPC

 Ce communiqué est signé de Rabi Yaméogo, porte-parole du Bureau politique national de l’UPC : « Dans la soirée du jeudi 12 avril 2018, une élève a été tuée et un enseignant enlevé dans l’attaque de

l’école de Bouro, dans la commune de Nassoumbou, par des individus non identifiés. Cette énième attaque du monde de l’éducation vise à décourager les braves enseignants qui travaillent déjà dans des conditions extrêmement difficiles.  A la famille de l’élève qui a perdu la vie dans cette ignoble attaque, l’UPC présente ses condoléances les plus émues. Aux blessés, le parti souhaite un  prompt rétablissement.  L’UPC appelle solennellement le gouvernement burkinabè à tout mettre en œuvre pour que l’enseignant enlevé, M. Issouf Souabo, soit retrouvé sain et sauf.  C’est un père de famille arraché à sa famille, à ses élèves, à ses collègues, à ses compatriotes. Il ne mérite ni l’oubli, ni l’abandon.  Dans ces moments difficiles, nos pensées et nos encouragements vont à la famille Souabo et au monde éducatif ».

 Commune de Samba: accusé de sorcellerie, un homme meurt après avoir bu une potion

 La commune de Samba s'est réveillée dans une douleur atroce, le mercredi 18 avril dernier. Et pour cause, un homme est décédé dans la nuit du mardi 17 avril dernier  à Bouré, village situé à environ 35 km de Yako, dans la commune de Samba dans le Passoré, pour fait de sorcellerie. La trentaine bien sonnée, Hubert Zoungrana, puisque c'est de lui qu'il s'agit, a bu  volontairement, selon les coutumes, la potion (« teenpelem » en mooré), le mardi 17 avril dernier, pour laver l’affront qu’il a subi pour avoir été accusé de sorcellerie. Il en est finalement décédé. Selon nos sources, elles étaient deux personnes à avoir  bu ladite potion et ce, devant toute la population dudit village. La deuxième victime, quant à elle, se trouverait dans un état critique au moment où nous tracions ces lignes.

Jeûnes surérogatoires : les fidèles musulmans fixés sur les dates

 Ceci est un communiqué signé du président de la Commission Lune, Cheikh Aboubakar SANA II, sur les jeûnes surérogatoires : « La commission technique nationale lune et évènements islamiques de la Fédération des associations islamiques du Burkina, informe les fidèles musulmanes et musulmans que la nouvelle lune marquant le début du mois de Cha’abane, huitième mois du calendrier musulman, a été aperçue dans les localités de Dédougou et de Banfora au soir du lundi 16 avril 2018. Par conséquent, le 1er jour du mois de Cha’abane est le mardi 17 avril 2018 et les dates des trois jours de jeûnes surérogatoires correspondent aux 29, 30 avril et le 1er mai 2018. Par ailleurs, elle rappelle aux fidèles musulmanes et musulmans qui ont encore des jours de jeûne du ramadan dernier à rattraper, à bien vouloir le faire dans les prochains jours car le ramadan 2018 est à moins de trente (30) jours, incha’Allah ».

  Kombissiri : une boutique de vente de téléphones portables et de matériel de télécommunication part en fumée

 L’ incendie, selon des témoins, serait survenu  aux environs de 15 h 30 ce mardi 17 avril. C’est une boutique située au secteur 1 de Kombissiri, en face de la grande mosquée, qui est partie en fumée. Le sinistre a pu être circonscris grâce à la solidarité des voisins et des riverains du quartier. Selon des témoignages recueillis sur place, les pertes s’élèveraient à des milliers de F CFA, car rien n’a pu être récupéré. Le  pire a ainsi été évité et ce, d’autant plus que la zone abrite beaucoup de boutiques et de commerces. L’origine de cet incendie n’était toujours pas connue.

 Conseil constitutionnel : la nouvelle loi organique du CSC déclarée conforme

 La loi organique n°004-2018/AN du 22 mars 2018 portant modification de la loi organique n°015-213/AN du 14 mai 2013 portant attributions, composition, organisation et fonctionnement du Conseil supérieur de la communication (CSC), a été déclarée conforme. Ainsi en a décidé le Conseil constitutionnel, en sa séance du 18 avril 2018.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+