REVOCATION DU MAIRE DE DAKAR

REVOCATION DU MAIRE DE DAKAR

 Macky Sall peut digérer son tièp diène maintenant

La descente aux enfers se poursuit pour Khalifa Sall. En effet, le jour d’après la confirmation de sa condamnation par la Cour d’appel à cinq ans de prison ferme et 5 millions de francs CFA d’amende prononcée en première instance, en fin mars 2018, le célèbre pensionnaire de la prison de Rebeuss a été révoqué, par décret présidentiel, de ses fonctions de maire de Dakar. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cette fatwa présidentielle suscite des vagues au sein de la classe politique sénégalaise voire au-delà. Pour d’aucuns, notamment les soutiens du désormais ex-maire de la capitale, la célérité avec laquelle le chef de l’Etat a pris le décret de destitution, atteste à suffisance que tout ce ramdam judiciaire autour de cette affaire de "caisse d'avance" n’est qu’une stratégie ‘’Sall’’ pour disqualifier un adversaire de taille dans la perspective de la présidentielle de février 2019. D’autant plus que tout a commencé à s’écrouler autour de  Khalifa Ababacar Sall depuis qu’il a affiché clairement ses ambitions présidentielles. C’est comme si c’était son péché originel. En outre, pour le camp de l’ancien maire de Dakar, cette ‘’sanction présidentielle’’ qui vient compliquer davantage sa bataille politico-judiciaire, est irrégulière en ce sens qu’il s’est pourvu en cassation. Ce qui devrait rendre suspensif tout type de sanctions à l’encontre de Khalifa Sall. Mais au stade actuel des choses, l’on peut bien se demander si les carottes ne sont pas déjà cuites pour l’ex-édile de la capitale sénégalaise même si ses partisans ont décidé de battre le pavé demain, pour dénoncer le décret de révocation.

Les chances, pour Khalifa Sall, de briguer la magistrature suprême en 2019, sont assez minimes

On le sait, les dédales judiciaires sont tels que quand on a autant d’affaires sur le dos comme c’est le cas de Khalifa Sall, il est difficile de se donner un avenir politique. C’est dire donc que les chances, pour Khalifa Sall, de briguer la magistrature suprême en 2019, sont assez minimes. Alors, Macky Sall peut maintenant digérer son tièp diène après avoir pris la mesure de destitution d’un de ses grands challengers qui, du fond de sa cellule, exerçait toujours ses fonctions de maire de Dakar en posant des actes administratifs. Toute chose qui lui permettait de garder intacte son influence dans la capitale.

Après donc la mise à l’écart presque définitive d’un gros poids de la scène politique à savoir Karim Wade, le fils de l’ex-président Abdoulaye Wade de la course présidentielle, voilà que Khalifa Sall qu’on dit populaire au pays de la Teranga, voit aussi ses chances s’amenuiser. De quoi amener certains à se demander si Macky Sall ne se sert pas de la légalité pour détruire politiquement ses adversaires. Certes, il ressort que le décret de destitution de l’ancien maire de Dakar découle des dispositions du Code des collectivités territoriales, mais tout se passe dans un contexte où la Justice sénégalaise est comme plongée dans une crise de confiance. Car, depuis un certain temps, le pouvoir judiciaire est vivement critiqué d’avoir des atomes crochus avec l’Exécutif. Une situation dénoncée même par des membres de la corporation comme le juge Ibrahima Dème qui, en démissionnant de la magistrature le 26 mars dernier, a parlé d’une Justice aux ordres, tout en affirmant : « Je démissionne d’une magistrature qui a démissionné ». Par ailleurs, des instances communautaires comme la Cour de justice de la CEDEAO, avaient donné de la voix en rappelant que l’ex- maire n'a pas eu droit à un procès équitable. Et le rapport d’Amnesty International, en février dernier, n’a pas non plus manqué de dénoncer un « acharnement contre un adversaire politique ». En attendant que le juge de cassation décide du sort définitif de Khalifa Sall, c’est bien l’autre Sall, à savoir le président sénégalais, qui boit son petit lait.

Drissa TRAORE

*Tièp diène : riz au poisson considéré comme le plat national au Sénégal

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+