Header
Header
Header

SANCTION CONTRE LE CHEF DE LA POLICE CONGOLAISE : Aller au-delà du cas Kanyama

SANCTION CONTRE LE CHEF DE LA POLICE CONGOLAISE : Aller au-delà du cas Kanyama

 

Pour sa responsabilité dans des violences et des disparitions «ciblant des civils, des femmes et des enfants », le chef de la police de Kinshasa vient de subir les foudres de l’Administration américaine.   Le général Célestin Kanyama vient en effet, d’être frappé au portefeuille par le Trésor américain. Ces avoirs viennent d’être gelés  au pays de l’Oncle Sam, si l’on en croit Washington. Il est interdit à toute entité américaine de faire des transactions avec lui. Sanction amplement méritée pour ce cerbère congolais à la réputation sulfureuse, qui aura fait des veuves et des orphelins dans l’impunité totale, avec la bénédiction du satrape congolais.  Leur seul tort ayant été de s’opposer aux ambitions « pouvoiristes » du petit président à la tête du grand Congo Kinshasa.  Et d’avoir montré la ligne rouge  à Kabila  qui a choisi de se moquer de l’intelligence du peuple congolais et qui a décidé de franchir les limites du tolérable et du politiquement correct.  On a donc envie de dire que  Célestin  Kanyama récolte ce qu’il a semé.  Il paie pour sa bestialité et son manque d’humanité. Reste à savoir si à la suite de la sanction à son encontre,  le général aura la moindre larme  à l’œil.  Rien n’est moins sûr.  On peut en effet se demander  si le monstre de Kinshasa a été  suffisamment fou pour placer le moindre kopeck en Occident, et particulièrement aux Etats-Unis.  On peut tout autant se demander si  l’Oncle Sam n’a pas opté pour cette mesure, juste pour se donner bonne conscience au cas où le général n’aurait placé aucun magot dans les banques occidentales.  En tous les cas,   l’Oncle Sam devrait faire claquer son fouet  sur toutes les personnalités congolaises et autres Raspoutine qui incitent le jeune Kabila à orienter le Congo sur la voie du chaos et de la perdition.  Et pourquoi pas Kabila lui-même, qui, après tout, constitue le vrai problème de la RDC ?  A la sanction américaine à l’encontre du général,  les autorités congolaises n’ont pas tardé à réagir : une fois encore, elles ont dénoncé une atteinte à la souveraineté du Congo.  Puérile réaction s’il en est !  Comme d’habitude, on a ressorti le disque rayé et honteux de la souveraineté.

La RDC a mal à sa gouvernance

Mais de quelle souveraineté parle la RDC quand on n’est pas capable de prendre à bras-le-corps sa propre sécurité ?  N’a-t-elle pas fait appel, comme on s’en souvient, aux Casques bleus quand elle était aux prises avec les rebelles qui troublaient le sommeil de Kabila ?  Franchement,  il faut trouver autre chose !   Comme elles en ont l’habitude, les autorités congolaises ont choisi  de se refugier dans le déni total.  On refuse de voir la laide réalité en face à savoir que la RDC a mal à sa gouvernance et qu’il urge, pour le pouvoir congolais, de faire le sursaut salvateur en se ressaisissant avant qu’il ne soit trop tard.  Nous l’écrivions dans les colonnes d’une de nos précédentes éditions : le verdict prononcé contre Jean- Pierre Bemba, n’assagira pas outre mesure le pouvoir congolais.  L’histoire est sur le point de nous donner raison : Kabila et compagnie sont tragiquement du mauvais côté de l’Histoire et personne ne les sortira de  là.  Mais le prix à payer risque fort d’être très salé. Ce n’est qu’une question de temps.

« Le  Pays »

 

 

 

 

FacebookTwitterGoogle+Tumblr

Articles similaires

1 Commentaire

  1. Pingback: SANCTION CONTRE LE CHEF DE LA POLICE CONGOLAISE : Aller au-delà du cas Kanyama – BurkinaInfo -La Chronologie de l'INFO au Burkina Faso

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+