SITUATION NATIONALE:La gendarmerie appelle au respect du couvre-feu

SITUATION NATIONALE:La gendarmerie appelle au respect du couvre-feu

Le commandement opérationnel, composé de la gendarmerie, de la police et de l’armée, veille au respect du couvre-feu instauré depuis le 31 octobre 2014. Le point sécuritaire a été dressé le 8 novembre 2014 au cours d’une conférence de presse à l’état-major de la gendarmerie nationale de Ouagadougou.

Le couvre-feu instauré depuis le 31 octobre dernier se passe bien et a permis, en plus d’assurer la sécurité des personnes et des biens, d’interpeler 14 personnes et de saisir un fusil calibre 12 et plusieurs autres objets. L’information a été donnée au cours d’une conférence de presse principalement animée par Colonel Serge Ouédraogo, le 8 novembre dernier à Ouagadougou. Le Burkina étant dans une période critique de son histoire, Colonel Serge Ouédraogo a invité les Burkinabè à mieux gérer les rumeurs car elles peuvent envenimer la situation. « Il y a trop de rumeurs qui circulent et si on ne prête pas attention, cela peut troubler l’ordre public parce qu’il y en a qui parlent de volonté de vengeance », a-t-il dit. Même si le couvre-feu se passe bien, le colonel Ouédroago a reconnu que des difficultés existent dans sa mise en œuvre. Des actes de pillage de minerais sont enregistrés ça et là. Certaines personnes ne veulent pas le respecter. Mais les forces de l’ordre et de sécurité, a poursuivi le colonel Ouédraogo, travailleront à mettre fin à ces actes répréhensibles. C’est pourquoi il a invité les citoyens qui craignent pour leur sécurité à appeler la gendarmerie ou s’y rendre pour demander protection. A ceux qui ont perdu des objets, le colonel Serge Ouédraogo leur demande de s’adresser à la gendarmerie pour se faire enregistrer. «Nous avons récupéré beaucoup de biens et nous invitons tous ceux qui ont perdu un engin ou un objet, à venir dans les brigades de gendarmerie pour se faire connaître.   Peut-être qu’ils auront la chance de retrouver leurs biens. Nous avons fait le point et la restitution a déjà commencé», a déclaré le colonel Serge Ouédraogo. Le couvre-feu pourrait donc être levé dans les jours à venir, a-t-il rassuré. Il a invité ceux qui détiennent par devers eux des objets qui ne leur appartiennent pas, à les remettre dans les commissariats ou à la gendarmerie. « Dans quelques semaines ou mois, quand la situation redeviendra normale, celui qui les gardera sera considéré comme un voleur et sera traité comme tel », a prévenu le colonel Ouédraogo.

Issa SIGUIRE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+