Header

SITUATION SOCIOPOLITIQUE EN RDC : Les choses vont du mal en pis

SITUATION SOCIOPOLITIQUE EN RDC : Les choses vont du mal en pis

De nouveaux affrontements ont éclaté en fin de semaine dernière à Mwene Ditu, dans le centre de la RDC où la situation devient de plus en plus incontrôlable, eu égard à la prolifération des groupes armés. En effet, des miliciens parmi lesquels certaines sources citent des enfants de 12 à 13 ans des deux sexes, sont en train de mettre la ville de Mwene Ditu sous coupe réglée. Ce week-end, c’est le centre hospitalier universitaire de Mbandaka qui a fait les frais de ces pillards en armes, qui ne se sont pas contentés de vandaliser certaines installations et d’emporter du matériel et des équipements, mais s’en sont aussi pris au personnel soignant et aux malades qui ont été dépouillés de leur argent et de leurs téléphones portables.  Cela, sans que la police qui se dit débordée par la situation et le nombre des miliciens, puisse faire faire respecter l’ordre. Aussi, face à la défaillance de l’Etat, la justice populaire est en train de s’organiser, avec des cas de lynchage de bandits.

Tout se passe comme si les choses étaient faites à dessein pour laisser pourrir la situation

C’est dans ce contexte tendu qu’une délégation gouvernementale  s’est rendue à Kananga, dans le Kasaï-central, pour tenter de trouver une solution à une insurrection qui touche aujourd’hui cinq provinces du Centre du pays. Mais, les émissaires de Kinshasa ne semblaient pas les bienvenus dans cette partie de la RD Congo qui s’estime marginalisée et abandonnée à elle-même, avec des groupes armés qui y font la pluie et le beau temps. En tout cas, l’annonce de la visite gouvernementale avait donné lieu à des troubles et à des violences orchestrées par des miliciens visiblement hostiles à cette visite. Morceau choisi : « ces troubles, c’est à cause de cette délégation. Qu’ils restent chez eux. Nous, nous vivons, ici, seuls ». Le moins que l’on puisse dire, c’est que les choses vont de mal en pis au pays de Joseph Kabila, avec cette flambée de violences tous azimuts, au moment où le processus politique est aussi dans l’impasse, depuis la mort de l’opposant historique, Etienne Tshisékédi. A cette allure, la RDC court le risque de devenir un brasier ardent, si rien n’est fait pour arrêter l’escalade à temps. Du reste, la communauté internationale ne s’y trompait pas, lorsqu’elle tirait la sonnette d’alarme, il y a de cela quelque temps, face à la dégradation de la situation sociopolitique en RD Congo, qui ne cesse d’aller de Charybde en Scylla sans que cela n’émeuve la classe politique qui n’a même pas su s’élever au-dessus de ses querelles byzantines pour offrir une sépulture digne au vieux combattant, Etienne Tshisékédi, dont la dépouille mortelle attend depuis bientôt deux mois, d’être rapatriée de la Belgique où il a poussé son dernier soupir. C’est pourquoi l’on ne peut s’empêcher de se poser la question suivante : à qui profiterait le chaos en RD Congo ? En tout cas, tout se passe comme si les choses étaient faites à dessein pour laisser pourrir la situation à des fins inavouées. Car tant que la situation ne sera pas normalisée, il serait illusoire de penser organiser des élections ; ces fameuses élections qui cristallisent les passions au pays de Joseph Kabila dont les velléités de se maintenir au pouvoir ne sont plus qu’un secret de Polichinelle.

L’on espère que l’implication d’Alpha Condé pourra permettre de faire bouger les lignes

Dans ces conditions, l’on  n’a pas besoin d’être grand clerc pour savoir que c’est au pouvoir de Joseph Kabila que profiterait une telle situation qui repousserait de fait aux calendes…congolaises, tous les rendez-vous électoraux. C’est sans doute la raison pour laquelle l’opposition qui ne veut pas se laisser rouler dans la farine, a vu un de ses leaders en la personne de Félix Tshisékédi, le fils de l’autre, pour ne pas le nommer, effectuer le déplacement de Conakry auprès du président en exercice de l’Union africaine, le Guinéen, Alpha Condé, pour demander son implication dans l’épineux processus politique congolais. Quand on sait combien l’action du président guinéen a été hautement déterminante dans  l’épilogue de la crise gambienne, l’on se demande s’il pourra rééditer les mêmes exploits en RD Congo, même si le contexte est différent et que l’équation ne se présente pas de la même façon. En tout cas, l’on espère que son implication pourra permettre de faire bouger les lignes, pour une sortie de crise sur les rives du fleuve Congo. Le défi est certes difficile, mais le président guinéen en sortirait certainement grandi, s’il parvenait à trouver un accord entre les frères ennemis congolais autour de l’essentiel. Mais comment ? Là est la véritable question.

« Le Pays »

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+