SITUATION SOCIOPOLITIQUE NATIONALE : TOUBA contre la marche- meeting du CFOP

SITUATION SOCIOPOLITIQUE NATIONALE :  TOUBA contre la marche- meeting du CFOP

L’organisation de la société civile Tous unis pour un Burkina apaisé (TOUBA) a animé une conférence de presse, le 6 septembre 2018, à Ouagadougou. Ses premiers responsables ont dit être contre la marche-meeting de l’Opposition politique prévue le 29 septembre prochain au Burkina. Pour eux, l’heure n’est pas aux marches- meetings, mais à l’union sacrée autour des valeurs de la République pour vaincre le terrorisme au pays des Hommes intègres.

La marche-meeting de l’opposition politique Burkinabè, prévue pour le 29 septembre prochain, n’est pas opportune. C’est du moins le point de vue de l’organisation de la société civile Tous unis pour un Burkina apaisé (TOUBA). Elle l’a fait savoir au cours d’une conférence de presse animée le 6 septembre 2018 à Ouagadougou. « Concernant les marches, nous ne sommes pas contre parce que la marche est une expression démocratique. Elle est inscrite dans notre Constitution. Mais pour le moment, le pays saigne. Nous trouvons que l’heure est à la synergie d’actions pour essayer d’éradiquer la menace terroriste qui fait saigner matin, midi et soir le Burkina Faso. (…) Je pense qu’aujourd’hui, ce serait malsain, pour un politicien, de vouloir surfer sur autre chose au lieu de regarder ce mal qui nous ronge actuellement », a indiqué Richard Silga, Coordonnateur de TOUBA. Pour lui, l’essentiel est de mettre en commun les efforts en vue de vaincre le terrorisme au Burkina. D’ailleurs, a-t-il estimé, si les terroristes arrivent à faire des victimes au Burkina, c’est qu’ils bénéficient de complicités internes. «Aucune attaque ne peut se faire au Burkina Faso, sans qu’il n’y ait un cautionnement de nous les Burkinabè. Si nous devons lutter contre le terrorisme, qu’on lutte honnêtement», a-t-il dit. En ce qui concerne l’arrestation de Safiatou Lopez/Zongo, les responsables de TOUBA estiment que c’est à la Justice de faire son travail parce qu’autant ils ne peuvent pas dire qu’elle est coupable de quoi que ce soit, autant ils ne peuvent pas dire qu’elle est innocente. D’ailleurs, elle a été arrêtée par l’unité spéciale d’intervention de la gendarmerie.
« Dans le souci de s’imprégner réellement de la situation, nous avons dépêché un émissaire pour s’enquérir de sa situation à la gendarmerie nationale. Nous avons été rassurés sur le respect de ses droits, sur ses conditions de détention ainsi que l’accessibilité des proches et de son avocat », a confié Richard Silga. Pour vaincre l’insécurité qui gagne du terrain au Burkina, les animateurs de la conférence de presse ont invité les populations à plus de collaboration. Mieux, à être les yeux et les oreilles des Force de l’ordre et de sécurité. C’est ce que fait l’organisation dirigée par Richard Silga.

Issa SIGUIRE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+