SORTIE DE MACRON SUR LES MARCHES AUX ESCLAVES EN LIBYE : Opportunisme ou sincérité ?

SORTIE DE MACRON SUR LES MARCHES AUX ESCLAVES EN LIBYE : Opportunisme ou sincérité ?

Le 22 novembre dernier, alors qu’il recevait son homologue guinéen et président de l’Union africaine (UA), Alpha Condé, le président français, Emmanuel Macron, s’est prononcé sur la vente des migrants africains comme esclaves en Libye. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le locataire du palais de l’Elysée n’est pas allé avec le dos de la cuillère pour qualifier la pratique. « C’est un crime contre l’humanité » a-t-il dit avant de préciser que «  c’est aussi une des formes de trafics aujourd’hui les plus rentables et qui nourrit les délinquances les plus graves et pour partie des réseaux terroristes». Tout d’abord, il faut se féliciter de cette sortie de Macron qui vient rompre le silence des capitales européennes sur le scandale révélé au grand jour par la télévision américaine CNN. Il faut d’autant plus s’en féliciter que le président, joignant l’acte à la parole, a annoncé que la France prendrait l’initiative d’une démarche au sein du Conseil de Sécurité de l’ONU afin de faire adopter des résolutions concrètes pour endiguer le phénomène. Cela dit, l’on peut se demander si Emmanuel Macron a agi par opportunisme ou en toute sincérité. En effet, se sentant très attendu sur la question lors de son prochain voyage en Afrique, qui devrait le conduire à Ouagadougou, Abidjan et Accra, et sans doute acculé par le président Alpha Condé qui s’est montré très critique vis-à-vis des Européens dont il pointe la responsabilité dans cet abject trafic d’êtres humains, le président français s’est vu contraint de réagir pour desserrer l’étau et créer un climat prospère à sa prochaine randonnée sur le continent.

Le président français a sans doute réagi par simple acquis de conscience

L’autre question et pas des moindres que l’on peut se poser à propos de cette déclaration, est de savoir si le Conseil de sécurité de l’ONU est la tribune la mieux indiquée pour ce combat contre la résurgence de l’esclavage. Car, ce n’est un secret pour personne que cet organe onusien est dominé par les USA de Donald Trump soupçonné de collusion avec les suprémacistes blancs et la Russie d’un Vladimir Poutine peu regardant sur les questions des droits de l’Homme. L’on peut même douter que Macron ait l’accompagnement de ses pairs européens qui hésitent à se prononcer sur la question non seulement en raison de leur passé esclavagiste, mais aussi à cause de la montée de la position anti-migrants des partis d’extrême droite dans les opinions européennes. Cela dit, la tribune onusienne risque d’être le mouroir du débat. De ce qui précède, l’on peut dire que le président français a sans doute réagi par simple acquis de conscience et par calcul politique. S’il avait voulu donner de l’efficacité à son action, il se serait plutôt engagé à œuvrer, dans le cadre de l’ONU, au retour de l’Etat dont l’absence en Libye, sert de couverture à toutes sortes de trafics et de contrebandes d’un autre âge.

 

SAHO

Articles similaires

1 Commentaire

  1. Sacksida

    Dans un Monde tumultueux et complexe, nous pourrions choisir Emmanuel Macron, un des héritiers de la Révolution Française de 1789 en tant que porte-parole des Burkinabé et des Africains en général pour défendre le droit des peuples africains au développement économique et social et à la justice dans le cadre d’une gouvernance mondiale solidaire, et facteur d’une promotion des peuples et de la paix. Dans ce sens, les peuples Burkinabé et Africains qui luttent contre les effets d’un capitalisme mondial prédateur des peuples et des intérêts des faibles, le Président Macron devrait travailler dans les réunions mondiales afin de mettre un terme à l’exploitation injuste de nos potentialités économiques en Afrique et pour des rapports plus justes entre partenaires économiques. En cela, nos gouvernements et nos assemblées nationales au niveau local doivent jouer leurs partitions et défendre les intérêts réellement des citoyens et tout en bannissant toute politique régressive et d’arriération. Egalement, toute manifestation du terrorisme, de l’esclavagisme et leurs complices doivent être combattus et sanctionné avec toutes les énergies et la rigueur disponibles. En outre, c’est connu que l’Afrique a été pillé et subit toute sorte d’oppression économique et sociale, mais le moment est arrivé de développer nos économie nationale et dans l’intérêt de tous et des partenaires afin d’éviter que la jeunesse ne soit tenté par des embarquements de fortune pour un « eldorado » où elle espère une vie meilleure. En conclusion, nous sommes tous des hommes et des femmes vivant sur la même planète terre et nous devons nous donner les mains dans les mains de manière raisonnable, afin de défendre les intérêts justes et collectifs des peuples. Salut !

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+