SORTIE DE MARINE LE PEN SUR LA FRANCAFRIQUE : Idriss Déby n’a qu’à s’en prendre à lui-même

SORTIE DE MARINE LE PEN SUR LA FRANCAFRIQUE : Idriss Déby n’a qu’à s’en prendre à lui-même

«Je lui ai dit tout le mal que je pensais de la Françafrique ». Vous ne rêvez pas ; ces propos sont de Marine Le  Pen, à l’occasion de sa visite au Tchad où elle a rencontré le président Idriss Déby Itno.  Des propos qui ont sans doute valu au satrape tchadien, d’être dans ses… petites babouches, l’autocrate tchadien représentant, on le sait, une pièce-maîtresse dans le dispositif des rapports incestueux entre la France et ses anciennes colonies.  Si donc la candidate de l’extrême-droite à la présidentielle française, ne s’est pas gênée pour dire ses quatre vérités à celui-là même qui lui a offert l’hospitalité, Idriss Déby n’a qu’à s’en prendre à lui-même !  Sans doute ses oreilles ont-elles sifflé en entendant ces propos. Sans doute Déby a-t-il eu le sentiment  d’avoir été payé en monnaie de singe. Car, après tout, l’hôte de Marine Le Pen méritait mieux que cette déclaration aussi  dévalorisante que « maternaliste » !

 

Son complexe vis-à-vis du Grand Blanc, Déby  le paie d’une certaine manière

 

S’il en a donc pris pour son grade, qui plaindra Idriss Déby Itno ? L’opposition était vent debout contre cette visite. Et Dieu seul sait si bien des Tchadiens ont partagé sa position. Mais Déby n’en a eu cure !  Que Marine Le Pen soit allée à la rencontre des militaires français de l’opération Barkhane dans la perspective de l’élection présidentielle, cela pouvait être toléré !  Mais qu’elle ait eu le privilège d’être reçue par le numéro un des Tchadiens, il y avait évidemment quelque chose de gênant voire révoltant  pour qui sait que la dame est … la fille de l’autre.  La demande de rencontre avec le dirigeant tchadien, aurait été poliment déclinée qu’elle aurait certainement réjoui bien des Tchadiens. Mais son complexe vis-à-vis du Grand Blanc, et dans le cas d’espèce,  une Française raciste et xénophobe,  qui l’a poussé à lui offrir l’hospitalité, Déby  le paie d’une certaine manière.  Et ce, au détour d’une phrase qui n’est pas pour le réjouir, loin s’en faut !  Mais de cela, Marine Le Pen n’a que faire.  Si son objectif a été  atteint, pour elle, c’est l’essentiel.

« Le Pays »

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+