SORTIE DU PRESIDENT IVOIRIEN SUR LA CRISE AU RHDP

SORTIE DU PRESIDENT IVOIRIEN SUR LA CRISE AU RHDP

Quand ADO tente de cacher le soleil avec son doigt

Au lendemain de la formation du nouveau gouvernement ivoirien, les supputations vont bon train sur les bords de la lagune Ebrié. Et la polémique sur les tensions au sein du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP), ne retombe pas. En effet, annoncée pour être composée de personnalités favorables au parti unifié si cher au président Ouattara, la nouvelle équipe gouvernementale compte, en son sein, une douzaine de personnalités du parti du pachyderme qui ne s’est pourtant pas, jusque-là, résolu à s’engager dans la démarche du chef de l’Etat qui entend aller à ladite union avant la présidentielle de 2020.

L’atmosphère est devenue très pesante entre les deux poids lourds de la coalition RHDP

En outre, si le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) dit attendre de comprendre, parce que, contrairement à la coutume, son président n’a pas été consulté avant la formation de ce nouveau gouvernement, le chef de l’Etat, Alassane Dramane Ouattara (ADO), semble vouloir dédramatiser la situation en assurant que de frictions, il n’y en a point au sein de la famille des héritiers du père de la nation ivoirienne.
Le moins que l’on puisse dire, c’est que le président ADO tente de cacher le soleil avec son doigt. Car, il est difficile de comprendre qu’il tienne un tel langage quand on sait toute la tension qui a entouré la formation de ce nouveau gouvernement, suite au refus du PDCI de s’exécuter dans le sens de la validation des textes du parti unifié, tant qu’il n’aura pas l’assurance que son principal allié, le Rassemblement des républicains (RDR), lui renverra l’ascenseur en soutenant la candidature de son porte-étendard à la prochaine présidentielle, conformément à leur accord. Et c’est un secret de Polichinelle de dire que l’atmosphère est devenue très pesante entre les deux poids lourds de la coalition RHDP. Toute chose qui a aussi jeté le froid dans les relations entre le Sphinx de Daoukro et l’enfant de Kong. C’est pourquoi, que Bédié dise qu’il n’a pas été consulté pour la formation de ce gouvernement, ne saurait étonner outre mesure. Au contraire, cela était prévisible, en raison de la position de son parti qui n’entend pas aller au parti unifié, dans les conditions actuelles.

Il propose d’y aller plutôt après la présidentielle de 2020, histoire de se donner des chances de présenter un candidat et surtout de ne pas être obligé de soutenir le candidat du parti unifié alors qu’il n’a aucune garantie que ce dernier sortira de ses rangs. Pour Henri Konan Bédié et ses partisans, la donne semble donc suffisamment claire : ou le RDR d’Alassane Dramane Ouattara s’engage à soutenir le candidat du PDCI à la présidentielle de 2020 comme le PDCI s’est aligné par deux fois derrière la candidature du chef de l’Etat en 2010 et en 2015, ou chacun va de son côté. C’est dire donc que si Bédié n’a pas été consulté pour la formation du nouveau gouvernement, c’est qu’il n’a pas donné son aval pour qu’y figurent des personnalités de son parti. C’est pourquoi l’on ne peut s’empêcher de se demander à quel titre les ministres qui se réclament du PDCI, siègent dans le gouvernement. Est-ce au nom du parti ou à titre personnel ? Si c’est au nom du parti, cela pose problème puisque non seulement le PDCI ne remplit pas encore les conditions annoncées pour faire partie de la nouvelle équipe, mais en plus, ce dernier s’est fendu d’un communiqué pour marquer son incompréhension. Si c’est à titre personnel, faudrait-il alors y voir un début de débauchage des cadres du PDCI, par le parti au pouvoir ? Quoi qu’il en soit, il est aujourd’hui indéniable qu’il existe un véritable malaise au sein du RHDP.

ADO a besoin de rassurer les Ivoiriens

Et la crise est d’autant plus profonde que le président ADO n’exclut pas la possibilité de briguer un troisième mandat en 2020 ; toute chose qui vient brouiller sérieusement les cartes entre alliés d’hier qui ne savent plus véritablement sur quel pied danser. Car, tout porte à croire que dans sa volonté d’assurer ses arrières, le président ADO cherche à ratisser large. Et il n’est pas sûr que ses alliés d’hier arrivent à lire dans son jeu d’aujourd’hui. C’est pourquoi d’aucuns n’excluent pas que le RDR soit derrière la crise qui divise actuellement le parti de l’Eléphant, d’autant plus que la majeure partie des personnalités de ce parti qui ont été reconduites dans le nouveau gouvernement, s’étaient clairement désolidarisées de la ligne du parti en appelant à la mise en place rapide du parti unifié. La question est de savoir maintenant si le PDCI peut se passer de ces militants qui ne sont pas des moindres, sans se tirer une balle dans le pied. Par ailleurs, au lendemain de la formation de la nouvelle équipe, ils sont nombreux, dans les rangs du président de l’Assemblée nationale également, Guillaume Soro que l’on dit aussi en froid avec le chef de l’Etat, à vivre l’entrée, dans la nouvelle équipe, de Sidiki Konaté, un proche parmi les proches du PAN, comme une trahison. En tout cas, aucun message, dit-on, n’est venu de l’entourage de Guillaume Soro, pour féliciter le nouveau promu. Ceci expliquerait-il cela ? Quoi qu’il en soit, le président ADO a besoin de rassurer les Ivoiriens. Surtout ses alliés d’hier qui attendent apparemment de comprendre pour mieux se décider. C’est pourquoi l’on peut, d’ores et déjà, dire que son discours du 6 août prochain, à la veille de la célébration de la fête nationale, est très attendu. Et l’on espère qu’il pourra situer les Ivoiriens sur un certain nombre de questions qui les turlupinent.
En tout état de cause, quelles que soient leurs divergences, les deux alliés de poids du RHDP, ont intérêt à s’entendre. Car, mieux que quiconque, ils savent qu’ils n’ont pas droit à l’erreur parce qu’ils sont attendus au tournant. Attention au retour du boomerang !

« Le Pays »

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+