SORTIE MEDIATIQUE DE EMILE PARE : « La polémique ne produit pas de bons résultats », selon Bakary Séré

SORTIE MEDIATIQUE DE EMILE PARE   :   «  La polémique ne produit pas de bons résultats », selon Bakary Séré

 

 

Dans notre édition du 12 décembre dernier, Emile Paré, membre du Bureau politique du MPP, disait ceci : « ce gouvernement est frileux, flottant et composé de beaucoup d’aveugles politiques ». Cette sortie n’est pas du goût de Bakary Séré qui dit déplorer « une prise de position radicale ». Lisez !

 

Parler ne signifie pas seulement dire, car nombreuses sont les idées, les sentiments et les sensations qui restent souvent indicibles. Induire vaut mieux que dire, avec tout ce que cela suppose en termes de nuances pour dessiner les contours d’un propos.  La retenue, marque suprême de respect et d’élégance à l’égard de soi-même ainsi qu’à l’égard de l’autre, a l’avantage de laisser aussi libres que ses auditeurs, les lecteurs vis-à-vis de ce qu’elle évoque.

 

C’est en ma qualité de militant du parti MPP que je voudrais m’exprimer, suite à  la sortie médiatique du camarade Emile Paré. La polémique, parfois, ne produit pas de bons résultats. C’est pourquoi, volontairement, éviterai-je toute appréciation quant aux propos de mon frère. Le MPP est un grand parti qui s’est doté de textes, en l’occurrence les statuts et règlement intérieur qui constituent notre loi fondamentale. C’est le respect de cette loi, malgré des cas d’indiscipline constatés çà et là, qui nous a permis de remporter les élections présidentielle et législatives et enfin les municipales. En rappel, le camarade Emile Paré est celui-là même qui a la charge de la formation politique des militants de notre parti. A cet effet, pour mieux éclairer et orienter l’action politique, un centre de formation, sous son initiative, a été créé. Je voudrais donc le féliciter pour le travail qu’il abat chaque jour, pour la formation des militants du parti. Quand j’ai lu l’interview du camarade Paré dans les colonnes du quotidien « Le Pays », j’ai été frappé de stupeur. Je n’apprends rien au docteur Emile Paré en disant que rien n’est en effet plus délicat à gérer qu’une nation et que rien n’est plus difficile à obtenir que la cohésion au sein d’un groupe. La critique et l’autocritique sont la sève nourricière d’un parti et cela, quel que soit le groupe ou le regroupement. Peu importe l’appréciation. Les échanges et les débats ont lieu dans les différentes instances du parti ; en témoignent les sessions organisées, les conventions, les conférences. La question fondamentale que je me pose est celle-ci : pourquoi le camarade Emile Paré, militant de sa trempe, a-t-il délibérément préféré tous nos canaux traditionnels d’échanges et d’information à travers lesquels nous débattons pour les médias ? Cette sortie, du point de vue de la morale politique au sein de notre parti, crée plus de problèmes qu’elle n’en résout. Le 11 décembre 2017, la région de la Boucle du Mouhoun a effectué sa rentrée politique autour du thème de l’union sacrée des filles et fils de la région, pour son développement. A la vérification des mandats, les 47 communes ont répondu présentes. La parole a été  donnée aux Secrétaires généraux de sections, pour faire le point sur la vie du parti. Cet exercice s’est déroulé dans une atmosphère empreinte de respect mutuel et de courtoisie. Cette rentrée a été présidée par les camarades Paul Kaba Thiéba, D. Maurice Bonanet et le président de la fédération, Aboubacar Sahou, président du Conseil régional. Les discussions ont été constructives. Les militants se sont exprimés librement, car le seul souci qui animait tout un chacun, était la cohésion autour des objectifs de développement. De nombreux acquis ont été engrangés par les militants avertis. De mon point de vue, cette rentrée devait être la tribune rêvée pour le camarade Emile Paré. Avec tout le respect que j’ai pour mon cher frère Emile, je déplore cette prise de position radicale contre Paul Kaba Thiéba. Je trouve cela excessif en ces moments difficiles où les actes terroristes endeuillent  notre pays.  L’homme méritait plutôt un soutien de sa part et non ce brûlot.

Bakary SERE, membre du bureau politique national du MPP

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+