SUSPENSION DU DIALOGUE POLITIQUE AU TOGO : Chronique annoncée d’un échec

SUSPENSION DU DIALOGUE POLITIQUE AU TOGO : Chronique annoncée d’un échec

Ouvert le 15 février dernier sous la facilitation du chef de l’Etat ghanéen, Nana Akuffo Addo, le dialogue politique togolais est déjà en panne. En effet, il a été suspendu, et l’opposition menace déjà de redescendre dans la rue, dès la semaine prochaine, pour remettre la pression sur le pouvoir. Et pour cause. Elle accuse ce dernier de n’avoir pas honoré son engagement à surseoir à la poursuite unilatérale du processus électoral. En rappel, depuis plusieurs mois, l’opposition et le pouvoir sont à couteaux tirés par rapport à la question de la présidentielle à venir. Pendant que la première, forte du soutien de la rue, cherche à déloger le locataire du palais de Lomé II au pouvoir depuis près d’une décennie après avoir succédé à son père qui aura régné pendant plus de trente ans, le second cherche par tous les moyens à préserver les intérêts du chef de l’Etat à l’effet de se maintenir au pouvoir au-delà de son deuxième quinquennat.

La trêve aura été de courte durée

C’est dans ce contexte de crispation sociopolitique qu’un dialogue politique s’est ouvert à l’effet de trouver une solution à la crise qui est en passe de paralyser le pays. Et des engagements avaient été pris de part et d’autre pour observer une trêve durant les pourparlers, de sorte à leur donner une chance. L’opposition, en l’occurrence, devait suspendre ses manifestations pendant que le pouvoir, de son côté, s’engageait à cesser la traque et la répression des militants de l’opposition. Mais comme on peut le constater, la trêve aura été de courte durée, obligeant les représentants de la coalition des 14 partis de l’opposition à faire le déplacement de la capitale ghanéenne, pour porter leurs griefs au facilitateur qui leur a toutefois demandé de surseoir aux manifestations qu’ils prévoient de mener sur quatre jours consécutifs à partir du mardi 13 mars. C’est dire si à peine lancé, le dialogue politique togolais a déjà pris du plomb dans l’aile. Mais cela n’a rien de surprenant. Car tout le monde connaît le point d’achoppement : le retour à la Constitution de 1992 dans sa version originelle, exigé par l’opposition, et qui risque de mettre d’office hors jeu le président Faure Gnassingbé de la course à sa propre succession. Or, on ne voit pas comment le digne descendant du grand timonier togolais, accepterait de se faire hara-kiri. Du reste, tout porte à croire qu’il n’a jamais eu l’intention de quitter le pouvoir et n’entend point céder sur ce point, à moins d’y être contraint. Or, l’opposition ne s’est jamais sentie aussi près de se débarrasser de Faure et n’entend pas lâcher prise en si bon chemin. Dans ces conditions, l’on se demande quelles chances la médiation guinéo-ghanéenne menée pour le moment par Accra, a de pouvoir concilier des points de vue aussi divergents et des intérêts aussi diamétralement opposés. En la matière, la poire semble particulièrement difficile à diviser en deux. Cette médiation est donc bien partie pour échouer. Car, l’on a le sentiment d’assister à un jeu de dupes où chaque partie vient avec des idées déjà arrêtées et où personne ne veut toutefois porter la responsabilité de l’échec des négociations. Du reste, y a-t-il vraiment des raisons d’espérer  une issue heureuse à ce dialogue ? Rien n’est moins sûr. Au contraire, à y regarder de près, l’on a le sentiment que personne n’y croit vraiment, mais tout le monde fait semblant, en attendant son inéluctable échec qui risque de remettre le feu aux poudres.

Les choses semblent se jouer à pile ou face

C’est donc la chronique annoncée d’un échec. A moins que dans l’intervalle, les protagonistes reviennent à de meilleurs sentiments en mettant de l’eau dans leur vin. Ou alors que Faure parvienne à soudoyer certains leaders de l’opposition comme cela est de coutume en pareilles circonstances, pour casser la lutte de l’opposition. Et quand il se susurre que la note de cette médiation quelque peu salée, a été payée rubis sur ongle par Lomé, l’on se demande si l’entrée en jeu des espèces sonnantes et trébuchantes ne produira pas l’effet contraire à ce dont on est en droit de s’attendre. Une chose est sûre, depuis le déclenchement de cette crise, le président togolais ne dort plus que d’un œil. Et certaines sources font état d’un lobbying qu’il mènerait auprès de certains de ses pairs africains afin de l’aider à passer cette difficile épreuve.

En tout état de cause, tout le mal que l’on peut souhaiter au médiateur ghanéen, c’est que son action en faveur du rapprochement des frères ennemis togolais connaisse un happy end. D’autant plus qu’en raison des positions tranchées des uns et des autres, l’on ne voit pas comment il pourrait parvenir à des résultats satisfaisants pour tout le monde, dans ce bras de fer où les choses semblent se jouer à pile ou face. En attendant, on espère que son appel à la suspension des manifestations de l’opposition sera entendu. Mais encore faudrait-il qu’il puisse obtenir du pouvoir, un engagement ferme à ne pas poser des actes jugés délictueux par l’autre partie. C’est à ce prix que l’on pourrait espérer que les protagonistes ne déterrent pas illico presto la hache de guerre. Quoi qu’il en soit, cet appel du médiateur à la retenue, peut être vu comme une mesure de décrispation visant à préserver le calme sur le front social. Mais la véritable question est de savoir à quoi tout cela va aboutir. En attendant, c’est le wait and see.

« Le Pays »

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+