UNIVERSITE OUAGA II : Pr Adjima Thiombiano dans ses nouveaux habits de président

UNIVERSITE OUAGA II   :  Pr Adjima Thiombiano dans ses nouveaux habits de président

 

 

Le secrétaire général du ministère de l’Enseignement supérieure, de la recherche scientifique et de l’innovation, Pr Pierre Tanga Zoungrana, a procédé à l’installation officielle du nouveau président de  l’Université Ouaga II, Pr Adjima Thiombiano, en remplacement du Pr Stanislas Ouaro, actuel ministre de l’Education nationale et de l’alphabétisation.  La cérémonie qui s’est tenue le 20 mars 2018 à Ouagadougou a réuni plusieurs autorités de l’enseignement supérieur ainsi que le personnel de l’Université Ouaga II.

 

Le Pr Adjima Thiombiano a été officiellement installé dans ses nouvelles fonctions du président de l’Université Ouaga II. Il remplace à ce poste, Pr Stanislas Ouaro appelé au gouvernement Paul Kaba Thiéba III après  avoir dirigé le temple du savoir pendant 5 ans et demi. En prenant la parole, le président entrant a remercié les plus hautes autorités du pays en particulier le ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation pour la confiance placée en sa personne. Toute chose qui lui permettra d’apporter sa contribution au système éducatif en général, et à celui de l’enseignement supérieur en particulier.  Par ailleurs,  Adjima Thiombiano dit être conscient des lourdes tâches qui seront les siennes, surtout quand on sait que celui-ci est actuellement confronté à des difficultés notamment les problèmes liés à l’application du système Licence, master doctorat (LMD) au niveau de l’Unité de formation et de recherche en Sciences économiques et de gestion (UFR/SEG). Car il estime que « nul ne saurait se soustraire à la construction d’un système  universitaire performant, socle important du développement de tout pays ». Et il poursuit que c’est particulièrement un agréable  devoir pour lui d’accepter  ce sacerdoce pour apporter sa pierre aussi modeste soit-elle à la construction  de la  maison commune qu’est l’université. Afin de mener à bien sa mission, le troisième président de cet établissement public d’enseignement supérieur, compte travailler dans un esprit de collégialité, sans exclusion aucune, en toute objectivité  et en toute équité. Convaincu que les universités doivent servir  d’exemple dans tous les domaines, Adjima Thiombiano mettra un accent particulier sur la bonne gouvernance. Pour terminer, le président entrant a salué et félicité le Pr Stanislas Ouaro pour le travail abattu et les acquis importants engrangés pendant sa présidence. Pour sa part,  le secrétaire général de l’UO2, Emmanuel Zorgo, qui a  livré le message du personnel,  n’a pas manqué d’honorer le président sortant, Stanislas Ouaro qui a plusieurs réalisations à son actif. Pour le représentant du personnel, le Pr Ouaro a, en cinq ans et demi, marqué positivement l’Université Ouaga II à tous égards. Son leadership  au sein de  ses pairs a permis  au système  universitaire burkinabè  d’engranger  plusieurs  acquis. A entendre le  secrétaire général, les acquis dont la liste est non exhaustive, sont perceptibles à plusieurs domaines,  et vont du domaine du management des hommes, à la qualité des offres  de formation en passant par celui du respect de la légalité.  Toujours selon le secrétaire général de l’Université Ouaga II, concernant la résorption des retards, « le Pr Ouaro a développé plusieurs initiatives ».  Il en est ainsi de l’institution des jurys de correction dont son implication personnelle a permis la prise d’un arrêté 2012-2018 portant prise en charge des actes de la vie universitaire. Comme acquis, on  note également la création et le fonctionnement de plusieurs instituts, ainsi que des initiatives  pour la création d’autres. Des avancées  notables ont aussi été observées  au niveau  du chantier de construction du  nouveau   site de l’Université Ouaga II. Quant au Pr Ouaro Stanislas, il a remercié le Pr Moussa Ouattara, ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation, d’alors, pour sa nomination à la tête de l’université à l’âge de 37 ans, une première au Burkina Faso.  Félicitation et bon vent à l’endroit du président entrant étaient les mots de conclusion du  président sortant.

 

Rahamatou SANON (Collaboratrice)

 

 

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+