VERS UNE CONFISCATION DU POUVOIR EN MAURITANIE

VERS UNE CONFISCATION DU POUVOIR EN MAURITANIE

Quand Abdel Aziz enterre une seconde fois son cousin Vall

La Mauritanie du président Ould Abdel Aziz est en pleine campagne électorale. En effet, les Mauritaniens sont appelés à des élections législatives, régionales et municipales le 1er septembre prochain. Pendant cette campagne, les partisans du président lui exigent  un troisième mandat pour permettre « la continuité des grands chantiers ». Il faut le dire, les courtisans du roi sont à pied d’œuvre et cela ne saurait lui déplaire. La question du troisième mandat de Abdel Aziz semble dépasser désormais le cadre de la polémique. Tous les faits tendent à confirmer les intentions réelles de l’homme. L’on se rappelle les propos du porte-parole du gouvernement mauritanien, par ailleurs ministre de la Culture et de l’artisanat, en juillet dernier : « ceux qui croient que le président Mohamed Ould Abdel Aziz va céder le pouvoir en 2019 sont dans l’illusion. Penser que le président de la République va partir dans 10 à 11 mois relève d’un rêve. Les jours et événements à venir confirmeront mes paroles. Car, le peuple mauritanien, dans sa majorité, c’est-à-dire à 90%, est attaché à la personne du président de la République ».

Le président mauritanien a chopé la maladie du troisième mandat

Mieux, l’intéressé lui-même a tombé le masque en annonçant sa volonté de briguer un troisième mandat.

Pourtant, pas plus qu’en début juillet dernier, le chef de l’Etat mauritanien affirmait, sans sourciller, sur les antennes d’une chaîne internationale : « Je respecterai la Constitution. Cette histoire de troisième mandat relève d’une propagande de l’opposition, mais elle sera balayée par la réalité ». Ces déclarations contradictoires ne pouvaient que semer le doute et la confusion dans les esprits, surtout de tous ceux qui croyaient jusque-là en la bonne foi du maître de Nouakchott. Il ne s’agissait donc pas de propos d’un simple zélateur qui n’est pas loin de prendre ses rêves pour la réalité.  L’on peut, d’ores et déjà, dire que le président mauritanien a chopé la maladie du troisième mandat, quoique cela ait déjà fait couler beaucoup d’encre et de salive sur le continent, avec les conséquences que l’on sait. D’autant plus que son porte-parole n’a pas hésité à mettre en avant « le peuple mauritanien [qui], dans sa majorité, c’est-à-dire 90%, est attaché à la personne du président de la République ».

Des chiffres aussi subjectifs que les propos tendancieux, en ce qu’ils ne sont pas loin d’une tentative d’assassinat de la démocratie en s’abritant sous le parapluie du peuple dont le chef de l’Etat serait finalement le prisonnier, comme on l’a déjà vu et entendu sous d’autres tropiques. De quoi faire se retourner dans sa tombe, le père de la démocratie mauritanienne, Ely Ould Mohamed Vall qui n’est personne d’autre que le cousin de l’actuel chef de l’Etat. En effet, parvenu, en 2005, au pouvoir à la suite d’un putsch sans violence après avoir promis d’instaurer les bases d’une vraie démocratie dans son pays et de se retirer rapidement du pouvoir, Ely Ould Mohamed Vall surprendra agréablement ses compatriotes en tenant parole, contre toute attente. D’abord, en dotant son pays d’une Constitution démocratique, tout en libérant la presse et l’expression politique. Ensuite, en interdisant à lui-même et aux membres de son gouvernement de Transition, de se présenter aux élections qui allaient suivre.

C’est en fossoyeur de la démocratie que Mohamed Ould Abdel Aziz semble vouloir entrer dans l’histoire

Deux ans après, il transmettra le pouvoir à la suite des premières élections incontestables que son pays ait jamais organisées. Un acte hautement patriotique, qui a fait la fierté de tout le peuple mauritanien. Aujourd’hui, à en croire les propos de son porte-parole, c’est en fossoyeur de la démocratie que Mohamed Ould Abdel Aziz semble vouloir entrer dans l’histoire.

En tout cas, l’actuel chef de l’Etat mauritanien voudrait enterrer son cousin une seconde fois, qu’il ne s’y prendrait pas autrement. Et c’est en putschiste mal reconverti en démocrate, qu’il s’apprête visiblement à faire mentir tous ceux-là qui croyaient qu’il ne raterait pas l’occasion de quitter le pouvoir par la grande porte, d’autant plus qu’il a toujours juré, la main sur le cœur, de s’en tenir à ses deux mandats constitutionnels. Finalement, tout porte à croire qu’il n’aura pas ce respect post-mortem pour son cousin qui avait, pourtant, fait entrer son pays dans une nouvelle ère. Et l’on n’est pas loin de penser que toutes ces réformes constitutionnelles qui étaient présentées comme autant d’innovations, n’étaient, en réalité, que de la poudre aux yeux dont le seul but était de déblayer le terrain pour préparer la confiscation du pouvoir. Mais si le président Abdel Aziz s’imagine pouvoir sauter allègrement le pas en s’arcboutant à sa garde prétorienne, il aurait tort de croire que cela est une assurance tous risques. Car des révolutions de palais, on en aussi vu sur le continent. Et rien ne dit que la loi du plus fort qui passe pour être le mode de dévolution du pouvoir en Mauritanie, ne s’appliquera pas aussi à lui.

Il est encore temps de faire machine arrière. En tout état de cause, l’on attend de voir si le Général Mohamed Ould Abdel Aziz se montrera à la hauteur de son grade d’officier supérieur qui devrait avoir le sens de l’honneur et de la parole donnée, ou s’il se révèlera plutôt un des ces petits hommes d’Etat simplement mus par l’addiction   au pouvoir et guidés par les seuls privilèges de la fonction de chef d’Etat et les intérêts qu’ils peuvent en tirer pour eux-mêmes et leurs proches.

 

« Le Pays »

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+