VINCENT DABILGOU AUX MILITANTS DU NTD : « Vous vous êtes adossés à du Roch »

VINCENT DABILGOU AUX MILITANTS DU NTD    :  « Vous vous êtes adossés à du Roch »

 

 

Le Nouveau temps pour la démocratie (NTD), parti de la mouvance présidentielle, a organisé sa rentrée  politique 2017-2018, le 4 novembre dernier, à  Faramana et à  Dandé, communes rurales de la région des Hauts-Bassins, province du Houet.   Députés, maires, ministre du parti se sont joints au président national du parti, Vincent Dabilgou, pour défendre le PNDES et expliquer aux populations l'intérêt national contenu dans cette grosse valise du programme présidentiel et qui réconforte le NTD dans son option de soutenir l'action du président Roch Marc Christian Kaboré.

 

A l’occasion de sa rentrée  politique 2017-2018, le Nouveau temps pour la démocratie (NTD) a fait une immersion  dans les profondeurs du Burkina Faso,  pour « honorer une promesse politique » et « exposer le contenu du PNDES à  ces communes rurales », explique Vincent Dabilgou. D'où le thème «   Contribution du NTD à l'appropriation du Programme national de développement économique et social (PNDES) dans les communes rurales du Burkina Faso ».  Dans la matinée du samedi 4 novembre dernier, devant hommes, femmes, jeunes et notabilités communales, le président du parti, les trois députés, le ministre des Transports et de la mobilité urbaine, Souleymane Soulama, les maires et les conseillers du parti ont exposé  à  tour de rôle  le contenu du PNDES et son apport concret dans l’épanouissement des populations des communes rurales en particulier.

Toutes les préoccupations des représentants des jeunes et des femmes, exposées respectivement par Zoumana Dembélé et Tiapri Sako, ont déjà été  prises en compte dans le PNDES, selon le président du parti. Il s’agit essentiellement, « de la construction de maternités, de l’accès aux microcrédits, de l’autonomisation des femmes, de l’accès aux engrais agricoles, de l’aménagement des pistes rurales, etc.». Le président du parti s'est dit réconforté du choix du thème, parce que le PNDES est un « outil de développement certain », qui va développer le Burkina Faso et il faudra que « les communes rurales se l’approprient ».

Du partage des fruits de la croissance

 

 Vincent Dabilgou dit « comprendre » l'attente pressante des populations,  mais reste optimiste car, dit-il, « on ne peut pas tout faire en deux ans ». Une chose est sûre, « il reste trois ans et le NTD fait confiance au président Roch ». Aux populations de Dandé qui l'ont reçu en grande pompe dans la soirée,  il les a rassurées  de sa disponibilité à  plaider auprès  du gouvernement  pour le développement de leur commune où  son parti compte cinq conseillers. La députée Zalissa Koumaré a exhorté non seulement les populations de Dandé à accompagner leurs conseillers, mais aussi à avoir un œil sur les élus afin que les « fruits de la croissance soient équitablement redistribués au profit de chaque habitant ».   En accordant  leur confiance au NTD, ces populations « ont fait le bon choix d’un parti politique qui compte dans la majorité présidentielle », rassure Vincent Dabilgou. En un mot, elles se sont  « adossées  à du Roch », se réjouit-il. Selon le président du  NTD, son parti a été  « le premier parti à avoir déclaré son soutien à la mouvance présidentielle » et reste aujourd'hui la quatrième force politique, après les élections municipales. Ce qui place le parti en première ligne au sein des partis de la mouvance. Cette rentrée a été aussi l’opportunité pour le parti, d’installer ses bureaux communaux dans les deux localités.

A Faramana, c’est le conseiller Amidou Traoré qui représente le parti. Il a promis de travailler de concert avec tous les habitants de Faramana et à « cultiver la paix et la tolérance » afin que la stabilité continue de régner dans la commune.

A Dandé, où le poste de premier adjoint au maire est occupé par le NTD, c’est Amadou Sebgo qui a été désigné à l’unanimité comme Secrétaire général communal du parti. La rentrée politique  du parti a été effectuée, mais les échanges sur le PNDES dans les communes rurales du pays, se poursuivent.

Le Monarck (Correspondant)

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+