VISITE DE JOURNALISTES ET COMMUNICATEURS BURKINABE DANS DEUX GRANDS MEDIAS DE RPC : La presse chinoise à l’ère des nouveaux médias

VISITE DE JOURNALISTES ET COMMUNICATEURS BURKINABE DANS DEUX GRANDS MEDIAS DE RPC :  La presse chinoise à l’ère des nouveaux médias

Les journalistes et communicateurs burkinabè du public comme du privé en séjour en Chine depuis le 27 novembre dernier, ont quitté Beijing, la capitale chinoise, pour Xiamen (la porte du manoir), pour la phase pratique consistant en des visites de terrain.  Hier, mardi 4 décembre 2018, ils ont visité la Radio et Télévision de Xiamen ainsi que le Quotidien de Xiamen. Xiamen est une ville balnéaire qui appartient à   la province du Fujian, située au sud-ouest de la Chine.

Après la phase des communications relatives au panorama général de la  Chine ; au panorama des médias chinois et la perspective de coopération télévisée et de coopération radiophonique  ;  aux stratégies des médias à l’ère des nouveaux médias,  au développement et à la pratique des nouvelles technologies médiatiques etc., les journalistes et communicateurs burkinabè du public comme du privé en séjour en Chine depuis le 27 novembre dernier, ont quitté Beijing, la capitale chinoise,  pour Xiamen (la porte du manoir), pour la phase  pratique consistant en des visites de terrain. Arrivés le lundi 3 décembre dans cette ville balnéaire et ensoleillée de la province du Fujian, située au sud-ouest de la Chine, ils sont allés, dès le lendemain de leur arrivée, à la découverte de la Radio et Télévision du Xiamen, Xiamen Media Group ainsi qu’elle s’appelle, un groupe de médias qui compte sept chaînes de télévision et qui dispose de huit fréquences couvrant des rubriques différentes.  

« Le plus grand défi qui se présente à la presse écrite aujourd’hui, c’est sa capacité à se conformer à l’ère des nouveaux médias »

Il faut dire que Xiamen Media Group, à l’instar des médias traditionnels en Chine, qui joueraient leur survie s’ils renâclaient à se conformer à l’ère du temps, n’avait pas d’autre choix que de s’adapter au nouveau contexte de mutation en cours dans le domaine des médias. En plus des médias traditionnels que sont la télévision et la radio, Xiamen Media Group dispose, en effet, depuis juillet dernier, d’une plateforme de nouveaux médias que ses hôtes burkinabè ont eu l’agréable plaisir de découvrir. « Les nouveaux médias nous ont imposé de nous fixer de nouveaux défis et c’est pourquoi, nous avons décidé d’établir une plateforme de ces nouveaux médias », a expliqué M. Linxiaoyao, le Directeur de la Radio-Télé chargé du département technologie qui ajoute que « c’est la tendance pour les médias de notre pays ; à l’époque d’Internet, il le faut absolument ». Au cours de la visite, la délégation burkinabè conduite par le Directeur de cabinet du ministre en Charge de la Communication, Adama Coulibaly, a exploré plusieurs compartiments du groupe de presse résolument tourné vers la transition numérique, dont justement le centre des nouveaux médias où une équipe chaleureuse et dynamique constituée d’hommes et de femmes, attendait les membres de la délégation pour des échanges. Face aux défis qui s’imposent aux médias traditionnels, notamment celui de faire de pouvoir améliorer leur système de production et de diffusion, M. Linxiaoyao n’a pas été sans relever l’accompagnement de l’autorité centrale dans la réalisation des objectifs transitionnels de Xiamen Media Group. « Nous avons reçu beaucoup de subventions de la part du gouvernement », a souligné le Directeur de la Radio-Télé, chargé du département technologie qui a par ailleurs relevé que de plus en plus d’universités chinoises donnent des formations sur les nouveaux médias.  « Le plus grand défi qui se présente à la presse écrite aujourd’hui, c’est sa capacité à se conformer à l’ère des nouveaux médias, les habitudes des gens ayant changé. A présent que tout le monde est collé à son téléphone portable, cela nous oblige à nous adapter ».  C’est la position du Vice-directeur du Centre des nouveaux médias du Quotidien de Xiamen, le plus grand quotidien d’Etat de la province en termes d’abonnement - la presse privée n’existe pas en Chine -, qui, en plus du journal papier, s’est investi dans la production audio et vidéo et a même une radio, pour se conformer à l’ère du temps.

Prendre la pleine mesure des mutations en cours dans ce média

 Il l’a fait savoir à l’occasion de la visite que la délégation burkinabè a rendue, dans la soirée du mardi 4 décembre 2018, à ce journal créé le 23 octobre 1949, année de la fondation de la République populaire de Chine (RPC).   Pour évoluer vers cette transition, le journal n’a pas lésiné sur les moyens.  Elle dispose d’une section spécialement consacrée aux nouveaux médias dont les agents sont constitués en majorité de femmes.  Là-bas aussi, journalistes et communicateurs burkinabè ont eu l’occasion de prendre la pleine mesure des mutations en cours dans ce média en vue de s’adapter aux nouvelles réalités. Le Quotidien de Xiamen a trois publications : Xiamen Matin, Xiamen Soir et Xiamen Quotidien. Il est publié à 16 mille exemplaires par jour, selon son Vice rédacteur en chef, M. Chu qui ajoute que l’organe de presse est le plus influent de la ville.  Comme tous les organes de Chine, ce journal est affilié au parti au pouvoir, le parti communiste de Chine (PCC).  Vendu à deux yuans, la monnaie chinoise (un yuan équivaut à 80 F CFA), même si ses lecteurs préfèrent plutôt la formule de l’abonnement annuel, le Quotidien Xiamen occupe la 2e place des journaux du parti communiste, précisera M Chou.  A la question de savoir si l’impact des nouveaux médias sur les médias traditionnels est négatif, le vice-Directeur du Centre des nouveaux médias, M. Ningwei, pense le contraire : «  L’influence est plutôt positive. Car, le tirage tournait autour de quelque 100 mille exemplaires. Mais grâce aux nouveaux médias, des millions d’abonnés nous suivent désormais en ligne.  C’est dire si les nouveaux médias ont influencé la forme de diffusion des informations et offrent beaucoup d’opportunités et de potentialités dans le futur ».  C’est à partir de 2015 que le Quotidien de Xiamen a opté pour les nouveaux médias. En 2015, il a dû actualiser son système, le conformer à la deuxième génération de « cuisine centrale ». La troisième génération de système des nouveaux médias est en cours, qui sera installée dans le nouveau siège à deux étages, du Quotidien et sera fonctionnelle à partir de l’année prochaine. Tout cela, d’après l’équipe dirigeante du Quotidien de Xiamen, participe d’une volonté de transformation de la structure pour l’adapter à l’époque des nouveaux médias.

Par Cheick Beldh’or SIGUE 
(Correspondance depuis Xiamen en RPC)

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+