VŒUX DES DIPLOMATES ET REPRESENTANTS D’ ORGANISATIONS INTERNATIONALES A KOSYAM : Pour un monde plus solidaire

VŒUX DES DIPLOMATES ET REPRESENTANTS D’ ORGANISATIONS INTERNATIONALES A KOSYAM   :  Pour un monde plus solidaire

 

 

Les ambassadeurs, chefs de missions diplomatiques et les représentants d’organisations internationales et interafricaines étaient à Kosyam le vendredi 5 janvier 2018. Au menu de leur visite, la traditionnelle présentation de vœux pour la nouvelle année 2018 au président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré.

 

Tous ou pratiquement étaient présents au rendez-vous du 5 janvier dernier à Kosyam, pour la traditionnelle présentation des vœux de nouvel an au chef de l’Etat Roch Marc Christian Kaboré, à sa famille et à travers lui, au peuple burkinabè. Ambassadeurs, chefs de missions diplomatiques et consulaires, représentants d’organisations internationales et interafricaines sont venus, comme il est de coutume à chaque début d’année, exprimer au président du Faso, à ses collaborateurs et au peuple burkinabè, leurs remerciements pour la chaleureuse hospitalité dont ils bénéficient. Ce fut également une opportunité pour l’ambassadeur du Maroc, Farhat Bouazza, doyen du Corps diplomatique accrédité au Burkina, de rappeler que l’année 2017 n’a pas manqué de réserver aux différents peuples son lot de drames et de peines, mais également de joies et d’espoirs. C’est ainsi que tout comme le coordonnateur résident du système des Nations unies par intérim, Aristide Ongone Obame, intervenant au nom des organisations internationales et Reine Ayeva Broohm au nom des organisations interafricaines, l’ambassadeur Farhat Bouazza s’est appesanti sur les durs moments éprouvés par le Burkina suite aux attaques des groupes armés et extrémistes qui ont endeuillé le peuple burkinabè. Au gouvernement et au peuple burkinabè, le diplomate marocain les a rassurés du soutien des pays respectifs dans « leurs efforts pour lutter contre la menace terroriste, un danger auquel nous sommes tous, à des degrés divers, confrontés et que nous devons combattre avec la plus grande fermeté sans pour autant nous départir de nos valeurs de liberté et de démocratie, ni dévier de nos objectifs axés sur le développement au service des populations ». Il n’a pas manqué de saluer les mémoires d’illustres disparus au Burkina au cours de l’année 2017, particulièrement Salifou Diallo, ancien président de l’Assemblée nationale, et Youssouf Ouédraogo, ancien Premier ministre et ministre des Affaires étrangères.

L’année 2017 ne fut pas seulement celle des douleurs et peines, mais elle a été aussi porteuse d’espérances et de progrès, comme l’a signifié le doyen des diplomates accrédités au Burkina. C’est ainsi que Farhat Bouazza a relevé des avancées significatives dans la lutte contre le terrorisme. Et malgré les difficultés et le contexte international difficile, le Burkina, sous la conduite de Roch Marc Christian Kaboré, affirme-t-il, a poursuivi ses efforts en obtenant des résultats significatifs. Pour étayer cela, il avance que « le taux de croissance de 6,4 réalisé en 2017, et qui compte parmi les meilleurs du continent africain, n’a pas été le fruit du hasard ». Plus loin, le diplomate marocain indique qu’afin d’assurer au peuple burkinabè une vie meilleure et construire un avenir porteur de prospérité et de dignité, le gouvernement du président Roch Marc Christian Kaboré a élaboré un nouveau référentiel qu’est le Plan national de développement économique et social (PNDES) qui, dit-il, engrange déjà des résultats. Les vœux qu’ils ont formulés au président du Faso, à sa famille et à travers lui au peuple burkinabè, sont ceux de bonne santé, de paix, de progrès et de prospérité pour la nouvelle année. En réponse, Roch Marc Christian Kaboré leur a transmis ses vœux de santé, de bonheur et de prospérité dans un monde en paix. Le président du Faso a tenu à souligner le soutien et la solidarité des pays amis, lorsqu-il déclare  que  « les forces du mal n’ont eu de cesse de nous attaquer, faisant de nombreux morts et des blessés qui porteront à vie les séquelles physiques et psychologiques de ces actes barbares et ignobles ». Pour combattre le terrorisme dans la région, il a rappelé qu’une force conjointe a été mise en place par les pays membres du G5, que cette force est en train de monter en puissance et qu’elle saura apporter la riposte appropriée. Au-delà des épreuves difficiles, le Burkina, relève-t-il, construit avec abnégation et courage son destin en consolidant la démocratie et en renforçant les bases de son développement. Il a saisi l’occasion pour faire appel à la solidarité internationale face à la dernière campagne agricole qui a été difficile, avec une production céréalière déficitaire. Les chantiers et échéances de 2018, souligne Roch Marc Christian Kaboré, seront marqués par de grands défis et parmi ceux-ci, il évoque la paix et la sécurité qui vont être au cœur des préoccupations. Avant de clore son propos, le président du Faso dit espérer « qu’ensemble, avec nos efforts conjugués, nous pourrons créer les conditions nécessaires à l’éclosion d’un monde plus solidaire, plus sûr et de progrès ».

Antoine BATTIONO

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+