YAKO : Des populations marchent pour exiger « une justice équitable » pour Gilbert Diendéré

YAKO   :   Des populations marchent pour exiger « une justice équitable » pour Gilbert Diendéré

 

 Sous l’égide  de l’Association la main propre, avec son président Frank Sidnoma Sankara, représentant des chefs coutumiers et l’ensemble des filles et fils du Passoré, une marche-meeting a été organisée à Yako le samedi 18 novembre dernier. Objectif : exiger une justice équitable en faveur du Général Gilbert Diendéré incarcéré à la MACA il y a de cela deux ans. A l’occasion, autorités politiques, coutumières et religieuses, filles et fils du Passoré venus des  différentes contrées de la province, se sont mobilisés pour la circonstance. C’était à l’espace de la réserve de l’ONEA de Yako.

 

Partis du centre médical de Yako, les manifestants ont remis leur message aux autorités provinciales, au haut-commissariat : lequel  message a été reçu par Karidiatou Kaboré, préfet de Yako, représentant le haut-commissaire du Passoré, empêché. Au cours de la marche tenue le samedi 18 novembre dernier, les manifestants ont arpenté les artères clés de la ville de Yako pour exiger une justice équitable pour le Général Diendéré. En effet, on pouvait entendre de ces lieux, des slogans comme « Justice pour Diendéré », « Libérer mon Général », «Mon Général, tout le Passoré vous soutient ». Tout au long de la marche, les slogans scandés par les marcheurs faisaient état de l’accélération des dossiers judiciaires dont celui du Général, en tant que fils de la localité. Après le haut-commissariat, les manifestants sont revenus à leur point de départ pour un meeting. Là encore, les marcheurs entonnaient des mots demandant la libération du Général sur qui pèsent, entre autres, des charges tels « attentat à la sûreté de l’Etat, crime contre l’humanité ». Pour cette foule, c’est un début de lutte dont aucune impunité ne passera inaperçu. Pour Frank Sidnoma Sankara, représentant des chefs coutumiers et l’ensemble des filles et fils du Passoré, «nous sommes là ce matin afin qu’on accélère les dossiers du putsch dans lequel notre grand frère, notre fils, notre papa, le Général Gilbert Diendéré est impliqué. Nous demandons à la Justice d’accélérer, car le peuple burkinabè a soif de justice », s’est-il indigné. Suite à cette requête, la réplique de Karidiatou Kaboré, préfet de Yako, a été immédiate : « nous avons reçu votre message, on va le transmettre à qui de droit », a-t-elle laissé entendre aux manifestants qui applaudissaient des deux mains. Ainsi, tour à tour, ce fut le même son de cloche pour les autorités coutumières dont le message a été livré par sa Majesté Naaba Sigri de Dakola. Madame le préfet de Yako a répliqué encore à sa réception, avoir entendu ledit message qu’elle transmettra à qui de droit. Toutefois, la marche s’est tenue dans une ambiance pacifique, sans incident majeur. Aussi, s’il y a eu une particularité qui a retenu l’attention des manifestants, c’est non seulement la forte mobilisation des filles et fils, autorités politiques, coutumières et religieuses venus des 8 communes du Passoré pour la circonstance, et qui a rehaussé l’éclat du jour, mais aussi la présence de Nana Tibo du Cadre Démocratique  et populaire (CDP), qui dit venir soutenir la marche.

Egalement, la présence d’Ambroise Tapsoba de radio OPTIMA, qui a tenu en haleine la foule par son animation et monté d’un cran le symbole de la lutte.

Marou DIANDA (correspondant)

 

 

                                   

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+