ZEPHIRIN DIABRE, A PROPOS DES 13 DEPUTES FRONDEURS : L’unanimité ne s’est pas faite autour de la participation de l’UPC à un gouvernement

ZEPHIRIN DIABRE, A PROPOS DES 13 DEPUTES FRONDEURS :     L’unanimité ne s’est pas faite autour de la participation de l’UPC à un gouvernement

 

 

Le président du parti du lion, Zéphirin Diabré, a rencontré le 10 octobre 2017 à Gaoua, les militants de la province du Poni. L’objectif de cette rencontre, voulue par la base, était d’éclairer les militants de cette localité sur la démission des 13 députés UPC.

                 

Parmi les 13 députés qui ont démissionné du groupe parlementaire UPC pour créer le groupe UPC/RD, figure un député  de la province du Poni. Les militants UPC de cette localité avaient marché pour manifester leur désapprobation par rapport à ce qu’ils considèrent  comme une trahison. Ils avaient demandé à rencontrer le président du parti pour mieux comprendre ce qui s’est réellement passé. Et c’est ce 10 octobre que le président Zéphirin Diabré a rencontré les militants qui sont restés fidèles au parti. De l’explication du président du parti, aucune  justification sérieuse n’a été donnée  par les démissionnaires pour motiver leur acte. Les justifications ont varié au cours du temps, mais tout serait parti de la volonté de certains camarades de prendre part à la gestion des affaires de l’Etat au lendemain des élections présidentielles. Mais l’unanimité ne s’est pas faite autour de  cette participation à un gouvernement. Diabré a ajouté qu’il n’a pas été contacté pour cela. Aussi, le député du Poni, Kodjo Jacques Palenfo, aurait  dit que la section du Poni s’est réunie et a pris la décision de l’amener à quitter le parti s’il rejoignait le parti au pouvoir. Zéphirin Diabré pense que ces démissions ont été orchestrées par des politiciens qui ont pour objectif la déstabilisation de l’UPC. Ils auraient même voulu retirer la direction du parti pour la confier à quelqu’un qui leur est proche. Des mesures ont été prises pour décharger les députés frondeurs de leurs responsabilités dans les instances du parti. C’est ainsi que des sections ont été dissoutes et des intérimaires nommés à la tête de celles-ci. C’est le député de la Bougouriba Nicolas K. Dah qui assure l’intérim de la section du Poni. Une réorganisation des structures du parti à travers tout le pays est envisagée.   Le président Diabré a qualifié ces démissions de tempête dans un verre d’eau. Le parti est solidement implanté dans le Sud-Ouest. Il est encore vivant et vivace à Gaoua, a-t-il rassuré. Il a invité ses militants à rester fidèles au parti, engagés et confiants. Pour lui, la page est tournée, mais les portes restent ouvertes. Les militants sont venus des différentes sous-sections de la province pour rencontrer le président de leur parti. Ils ont souhaité que la base soit consultée pour la prise de décisions. Le président a été applaudi comme pour dire que les militants attendaient la confirmation de ce qu’ils savaient déjà. A son arrivée, il a rendu visite aux autorités coutumières et religieuses de Gaoua.

                                                                                                     Dar Flavien DA

 (Correspondant)

 

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+