Header

ZINIARE : Nana Tibo et ses camarades pour le retour de Blaise Compaoré

ZINIARE : Nana Tibo et ses camarades pour le retour de Blaise Compaoré

Le samedi 6 mai 2017, Nana Tibo, accompagné d’une délégation, était à Ziniaré pour demander le retour  triomphal de Blaise Compaoré parmi les siens. La visite au chef de terre Naam Yir Naaba  à Guiloungou et la visite au Chef de Ziniaré, ont été les points marquants du séjour de Nana Tibo à Ziniaré.

 

C’est aux environs de 11h que la délégation, avec Nana Tibo en tête, est arrivée à Ziniaré. Après un regroupement sur un  terrain de football à Guiloungou, secteur 5 de Ziniaré à environ 5 kilomètres du chef-lieu de la commune, c’est aux sons de klaxons et de sifflets avec un poster géant de Blaise Compaoré devant, que la délégation s’est rendue chez le Naam Yir Naaba, un chef de terre de Guiloungou âgé de plus de 80 ans. La délégation, au début, composée d’une centaine de personnes environ, certains en t-shirts CDP, grossissait légèrement dans sa progression vers la cour du chef de terre. En effet, pendant que certains habitants de Guiloungou observaient au bord de la voie le passage de la délégation, d’autres, des  jeunes en particulier, se joignaient au mouvement.  C’est devant la cour du Naam Yir Naaba, sous des neems, que se sont déroulées les différentes interventions.

La délégation, par la voix de son porte-parole, Oumarou Zoungrana, a   décliné les raisons de sa présence à Ziniaré en général et à Guiloungou en particulier. Il a dit être à Ziniaré par reconnaissance des bienfaits de Blaise Compaoré à leur égard quand il était au pouvoir. Selon Oumarou Zoungrana, leur présence à Ziniaré n’est pas politique. Il a précisé que c’est pour remercier les ancêtres de Blaise Compaoré que la délégation est venue à Ziniaré. Il a reconnu également les défaillances dans l’organisation de la visite, d’où la faible mobilisation de la population. Selon lui, l’information n’a pas bien circulé, mais il a promis de faire un rattrapage les prochaines fois. La parole fut ensuite donnée à Thérèse Komboïgo qui, au nom des femmes, a souhaité, au nom des ancêtres et avec la bénédiction de tous, le retour de Blaise Compaoré au Faso natal.

Pour Bertin Ouédraogo, ressortissant de Dapelgo dans la province de l’Oubritenga, les Burkinabè sont ingrats de nature. Sinon, ils n’auraient pas dû se comporter de la sorte à l’égard de Blaise Compaoré. A ses dires, tout le monde reconnaît ce que Blaise Compaoré a fait pour ce pays. Il a ensuite demandé aux uns et aux autres d’être tolérants et souhaité le retour sans condition de l’ex-président Blaise Compaoré au Burkina.

Quant à Aïcha Congo, elle dira que Blaise Compaoré a été exploité et continue de l’être jusqu’à nos jours. Pour elle, les Hommes sont ingrats, ils oublient très vite. A ses dires, c’est surtout ceux qui ont mangé avec Blaise Compaoré qui sont les plus ingrats aujourd’hui. Selon elle, Blaise Compaoré a construit le Burkina Faso ; ce qu’il a fait, a-t-elle dit, est ineffable. De ce fait, elle a souhaité, au nom des ancêtres, son retour au pays.

Prenant la parole à son tour, Nana Tibo a insisté sur le fait que leur visite n’est pas politique. Pour lui, c’est au nom de la fraternité que la délégation est arrivée à Guiloungou dans la matinée. Il a fait un bref rappel de ses anciennes relations avec Blaise Compaoré qui l’avait emprisonné 7 fois, pour ses agissements.  A ses dires, Blaise Compaoré n’a pas été son ennemi. « Si tu aimes dire la vérité, tu meurs pauvre comme Jésus », a dit Nana Tibo. Et d’ajouter qu’en entreprenant son projet de faire venir Blaise Compaoré au Burkina, il a été arrêté par la gendarmerie mais il tient à son projet, quels  que soient les obstacles. Pour lui, Blaise Compaoré a quitté le Burkina Faso parce qu’il aime son pays et lui a évité ainsi le sang et l’a même béni avant de s’envoler. Il a dit compter sur les bénédictions et les soutiens mêmes mystiques, pour l’aboutissement de son projet.  Nana Tibo a donné 3 mois au pouvoir actuel pour qu’il change sa manière de gérer le pays, sinon, il va s’écrouler. Il a promis d’aller en Côte d’Ivoire, même à dos d’âne, pour voir et ramener Blaise Compaoré.

Le Nam Yir Naaba a, pour sa part, remercié la délégation en affirmant que Blaise Compaoré leur manque. Aussi a-t-il demandé à Dieu de le ramener, surtout avant sa mort.

Après Guiloungou, la délégation a rendu une visite de courtoisie au chef de Ziniaré, avant de prendre la route pour Loumbila où des populations l’attendaient également pour des échanges.

 

Jean-Pierre OUEDRAOGO

(Correspondant)

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+